Une crise permanente pour activer la transition économique

15:12, 8 februarie 2021 | Actual | 65 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

La situation de crise avec ses mesures renouvelées en permanence de serrage de vis, de restrictions et de culpabilisation de tous ceux qui ne respecteraient pas assez les directives d’experts se prolonge sans perspective d’amélioration ou de répit durable. Ils nous ont d’ailleurs prévenu : il faudra apprendre à vivre avec le virus et rien ne sera jamais plus comme avant. Un virus désormais mythologique, en mutation permanente forcément, et nommé selon des critères de propagande  idéologiques. Le dernier né serait un « variant »  nominé anglais, très contagieux depuis le Brexit qui fait trembler la classe politique européenne. Il est dorénavant clair que les aspects médicaux (dans le sens des soins et la mise en quarantaine des malades) sont secondaires et que la crise Covid obéit à une autre logique de formatage des comportements. Il suffit de voir comment, grâce à ces mesures, qui ont favorisé le vote par correspondance de la clientèle des minorités sociétales sanctuarisées, le parti démocrate, l’oligarchie financière, les milliardaires du green business, les GAFAM tout-puissants qui censurent illégalement les opinions contraires, les medias dominants ont bousculé Trump. Par un usage de votes « inclusifs » qui pèsent plus que ceux des déplorables, des péquenots du Middle-West, des hommes hétérosexuels d’origine européenne. La démocratie américaine, lumière interventionniste et exemple pour le Monde a montré son vrai visage : mépris des près de 80 millions d’électeurs qui ont choisi Trump, chasse aux sorcières médiatique, incitation à la haine, acharnement d’expulsion, d’épuration politique et sociologique, simulacre de la séparations des pouvoirs .Le système totalitaire qui s’installe dans l’hystérie a montré son vrai visage ( Biden, l’endormi et zombie survivant de l’époque Obama est resté masqué chez lui pour débiter une campagne d’abord alarmiste sanitaire) et n’a pas le soutien et le respect d’un citoyen sur deux.

Crise, grande réinitialisation de l’économie et pénurie préorganisée

Pour comprendre ce qu’il y a derrière cette crise, issue de la globalisation de la gouvernance et des nouvelles technologies numériques de contrôle, d’intelligence artificielle, déclarée scientifique et basée sur des faits, il suffit de lire ce que les théoriciens de cette mutation de l’économie ont écrit.

Schwab, fondateur du WEF, donne des pistes dans son ouvrage sur la quatrième révolution industrielle. La société mondialisée a atteint ses limites de croissance et il faudra gérer la crise, la transition, en utilisant de nouveaux outils qui mettent directement en contact le consommateur avec le propriétaire ( ubérisation) d’un service ou d’objets à vendre. Fini les intermédiaires, médiateurs que sont les petits commerces, les restaurateurs, les conseillers bancaires ou assurances, les médecins de famille. Priorité à la baisse des coûts au contact direct numérique, à la surveillance en continu de vos données, au profilage de risques, de votre consommation. L’intelligence numérisée aura pour fonction de rationner l’accès aux soins, en définissant des besoins essentiels et d’autres qui peuvent attendre, dissuader les comportements à risque. Les politiques qui n’oseraient pas mettre des limites peuvent se cacher derrière une machine qui propose une gouvernance optimale, écologique, durable etc. Ce que l’individu est incapable de faire durablement, l’intelligence artificielle le fera : gestion de la pénurie, freinage de l’accès aux soins, régulation de l’accès aux produits, gestion de l’énergie dans votre maison, conseils et contrôle de votre hygiène de vie et alimentaire, profilage, analyse de vos contacts et de vos opinions. C’est ce nouveau monde masqué, totalitaire, déshumanisé qui s’avance avec la crise Covid. Surveillance totale, gouvernance immédiate agile et dépersonnalisée. Le rêve pour certains politiciens qui n’ont plus de décisions à prendre et se réfèrent aux algorithmes justes scientifiquement .Fin de la démocratie trop émotionnelle, trop arbitraire, dépassement des limites organiques et rêve de traiter les maladies, considérées comme génétiquement favorisées, par des modifications préventives de l’ADN (l’humain comme soja transgénique).

Les restrictions COVID sont pensées pour nous préparer à la pénurie : d’énergie, alimentaire, fin de l’autosuffisance par la mondialisation, fin de la croissance, restriction de l’accès aux soins, Janvier sans alcool, janvier Végane pour se préparer à la diminution de la consommation de viande qui à l’avenir sera considérée comme participation à un écocide. On vous incite à vous comporter différemment (ski, sport, vaccination) pour moins accéder aux soins aigus hospitaliers qui deviendront le seul chemin puisque les médecins de premier recours seront court-circuités. Bien sûr qu’il faut changer notre mode de vie, mais en favorisant la proximité, la responsabilité individuelle, une plus grande autosuffisance, le maintien d’une agriculture à dimension humaine. Mais ceux qui instrumentalisent les moyens numériques et le contrôle des opinions et des déplacements des citoyens vont dans une toute direction : la tyrannie par une utopie qui ne profitera qu’à quelques milliardaires soi-disant philanthropes.

Prévenir et surveiller valent mieux que guérir

Le traçage des données individuelles, la détection de facteurs indirects de risque, la surveillance des déplacements, le repérage des contacts servent non pas à soigner un malade, mais à empêcher une surcharge imaginée des hôpitaux, eux-mêmes réduits dans leur personnel, leur capacité de prise en charge par le modèle néolibéral. Si c’est l’économie qui dicte sa loi, elle voudra gérer autoritairement la consommation de soins, surveiller et punir les mauvais comportements de santé. Quel cauchemar.

Priorité aux soins médicaux, transparence du mode diagnostic et de la cause des décès, retour à la démocratie et fin de la tyrannie des politiques dont les déclarations sont dictées par les experts et l’intelligence artificielle.

Dominique Baettig, médecin,  ancien conseiller national, militant souverainiste

Source: http://euro-synergies.hautetfort.com