UKRAINE, UNE DEUXIEME SERAIEVO ? UN TOURNANT DANS LA GRANDE STRATEGIE D’HEGEMON

19:47, 31 decembrie 2021 | Actual | 281 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

Irnerio Seminatore

Si, du point de vue du Concert européen et de la géopolitique mondiale de l’époque, Sarajevo a représenté un défi pour l’Empire Austro-Hongrois, puissance en déclin, le poussant vers une accélération de la première guerre mondiale, la crise ukrainienne actuelle au Donbass et indirectement en Crimée, marque un moment de remise en cause majeure des équilibres européens et mondiaux, successifs à la dislocation de l’Union Soviétique. Est-elle un test de la volonté russo-américaine de rompre la confiance entre les acteurs engagés de l’Est et de l’Ouest et de se montrer indifférents aux répercussions, incalculables, d’ordre planétaire ?  Aujourd’hui comme alors, le premier concept a volé en éclat a été celui des alliances et de réassurances qui avait suivi à la guerre franco-prussienne et à la proclamation de l’Empire Allemand à Versailles. Dans la conjoncture actuelle, une série d’accords et de traités qui ont porté règlement en Europe centrale et orientale des futures relations d’amitié et de coopération entre l’Est et l’Ouest, après la dislocation de l’Union Soviétique, sont restés lettre morte.

Or, ce qui est en cause, pour l’exercice de l’indépendance et de la souveraineté de l’Ukraine, ex Etat-membre de l’URSS depuis le Traité de Brest-Litovsk de juillet 1918, historiquement faible, divisée et soumise à des pressions déstabilisatrices diverses, est sa sécurité et son unité territoriale et politique est sa capacité de résister jeux d’influence des deux camps. Le prix à payer pour ne se soumettre à l’ordre imposé est une épreuve décisive – la guerre civile ou le conflit ouvert, a impliqué une sous-estimation de l’histoire et des intérêts vitaux d’un Etat-frère – la Russie. Cette sous-estimation, sous pression occidentale, constitue un mauvais calcul, car tout un système de relations politiques et géostratégiques s’est mis en mouvement à l’échelle européenne et euro-atlantique, accélérant les réactions d’autodéfense de chaque camp et motivant les appétits et les ambitions politiques et territoriales des Grands et des puissances moyennes – Chine, Turquie, Israël, Iran.

Ainsi l’analyse conjoncturelle doit tenir compte de la confrontation engagée par cette tension à tous les niveaux et théâtres de conflits, réels ou virtuels, et de la difficulté, aujourd’hui, de déclencher et de maitriser un conflit régional limité. Or, si l’enjeu de la crise Ukrainienne, vue de la Russie, repose principalement sur l’exigence de contrer son adhésion de l’Ukraine a l’Otan et le péril direct et rapproché de cette dernière, la remise en cause, par personne interposée, du status-quo sécuritaire de la part d’Hégémon, se convertit en une opportunité pour la Russie, qui ne peut lui accorder le contrôle de l’espace maritime de la Mer Noire. En revanche, elle peut réaliser une jonction stratégique majeure entre la mer Baltique (Lituanie, Lettonie, Estonie, Pologne) et la Grande Méditerranée (Méditerranée depuis Gibraltar, plus la Mer Noire jusqu’à la mer Caspienne).

 

Cette jonction, appuyée sur le pivot de la Crimée, réaliserait, simultanément une immense tenaille géopolitique, vers le Sud, car elle permettrait le contrôle du Levant et des pays du Golf (Arabie Saoudite, Irak et Emirats-Arabes Unis), via la Syrie et le port de Tartous, à mi-chemin entre le Bosphore, et le Canal de Suez. Serait concernée aussi par ce jeu la Mer Rouge, ancienne voie impériale du Royaume Unis vers l’Inde et l’Océan Indien. Une vaste zone de conflit, périphérique à l’époque de la guerre froide, deviendrait centrale dans la perspective d’un conflit mondial, car située entre les Balkans, l’Est européen, l’Asie Mineure, le Caucase et l’Asie centrale. Il s’agit d’une zone, qui est partie intégrante de la Grande Méditerranée, verrouillée par la Turquie au Bosphore et donnant l’accès a plusieurs foyers de conflits et de guerres gelées. Après l’écroulement de l’Union soviétique, l’Union Européenne et l’Otan, ont voulu inclure les pays de l’est européen, malgré l’hostilité de la Russie, dans un schème d’élargissement ayant pour but la stabilité politique et la diversification des approvisionnements énergétiques.

Suivant une conception qui remplaça la compétition politique par un compétition économique, encadrée par des règles et par le droit, l’Union Européenne ne fit que remettre à plus tard l’opposition entre libre détermination de la souveraineté et soumission à la règle de prudence de la realpolitik, en matière d’adhésion à l’Otan de la part de l’Ukraine et de la Géorgie. La poudrière allait se remplir encore davantage de matériel explosif par la montée des tensions, après le coup d’Etat de Maidan et la réintégration de la Crimée dans la Russie. Ce retour interdit à la flotte atlantique de s’installer à Sébastopol et de menacer au cœur Moscou.

L’importance de la Mer Noire, qui n’avait pas échappé dans le passé à Winston Churchill, dans le fiasco militaire de Gallipoli, n’a pas satisfait les appétits d’Erdogan, qui a proposé un partenariat turco-russe sur cet espace maritime, par opposition au projet d’une flotte de l’Otan.

La contre manœuvre occidentale vis-à-vis de la géopolitique audacieuse de la Russie en Ukraine a été de prendre des mesures de réassurance au Sommet de l’Otan de Newport en 2O14, puis au Sommet de Varsovie de 2O16, prévoyant l’installation d’états-majors et la rotation des troupes dans le pourtour de la Baltique. Ces mesures pourraient-elles repousser une invasion de la part de la Russie, antagoniste multipolaire du bloc atlantique ? Par ailleurs, sur le front Asie- Pacifique il semble impensable que d’autres foyers de crise, Taiwan ou les deux Corées ou encore la zone de l’Indopacifique, restent intangibles au tsunami du système dans son versant occidental, car les alliances de l’ANZUS (Australie, Nouvelle Zélande, Etats-Unis – 1951-), et de l’AUKUS (Australie, Grande-Bretagne, Etats-Unis 2021-) ont été conçues de manière délibérée pour contenir la puissance chinoise. Du coup un grand tournant se dessine dans la stratégie d’Hégémon, dont, aujourd’hui, on ne peut que spéculer sur les ambitions et sur les issues

L’espérance de gains politico-stratégiques de la part d’Hégémon, comptant sur un affaiblissement progressif de la Russie et de l’Union européenne et en vue d’un affrontement de grande intensité et de portée systémique contre la Chine, donnerait les mains libres à Israël et à l’Arabie Saoudite pour frapper l’Iran, susceptible de se joindre à la Russie et à la Syrie, via le Liban.

La signification géostratégique de cette frappe consisterait à briser l’axe Moscou-Bagdad- Téhéran, coupant en deux l’Asie centrale et la rendant a nouveaux accessible à l’influence et aux forces occidentales. Parallèlement, la jonction des forces chinoises et russes, déjà présentes en Lybie, Ethiopie et Afrique subsaharienne compléteraient une manœuvre d’enveloppement globale, pour se partager les ressources du continent, qui serait ainsi soustrait à l’Europe

Les enjeux stratégiques du XXème siècle dans une ère de non -paix

Pour intimider ou contraindre l’Ukraine, la Russie doit composer avec le Chine sur l’arrière asiatique et avec les Etats-Unis sur le front Occidental.

Après le basculement de l’Amérique vers l’Indopacifique, visant a reconstruire son Leadership dans le monde, ce changement stratégique ne pourra se faire sans le consensus et l’aide de ses alliés européens et asiatiques

Dans la Global Posture Review commandée par J. Biden a son Secrétaire d’Etat, en février 2021, la diplomatie américaine devenait une option par rapport aux conflits rampants dans le monde et perdait la souplesse propre à la complémentarité de sa relation avec la défense.

Il en résultait une obligation d’aligner les forces américaines avec la politique étrangère du pays, en respectant ses priorités dans un contexte international marqué par le retrait progressif du Moyen Orient et par la menace russe. L’échec du conflit afghan, le recadrage de la stratégie de sécurité nationale, justifient-ils la Russie à prendre des risques en Europe de l’Est. Ainsi, dans un contexte géostratégique de compétition accrue avec le Russie et la Chine, la ligne directrice de la Global Posture Review comporte une approche opposée aux précédentes.

Puisque toute forme de pivot vers l’Asie représente un éloignement de l’Europe, qui demeure une porte d’entrée vers les régions cruciales du Proche et Moyen Orient, de l’Asie centrale et de l’Eurasie, comment l’Otan et la présence des troupes américaines peuvent-elles assurer la poursuite du bras de fer avec la Russie.

En particulier la Grande Méditerranée et l’Europe du Sud, demeurent une zone stratégique vitale dans la compétition triangulaire avec la Russie et La Chine. De nombreuses inquiétudes naissent de la fragilité des pays européens, de l’espace cyber et de la refonte des enjeux stratégiques des Etats-Unis à l’échelle mondiale. Tout en n’excluant pas des formes de déséquilibrage régionales de la puissance globale des Etats-Unis, les ambitions américaines en Asie et en Europe traduisent la continuité d’un état d’esprit de l’Administration de Joe Biden avec celle de D. Trump.

Du point de vue planétaire, les enchainements intercontinentaux rendraient extrêmement couteuse une guerre mondiale et totale pour la puissance extérieure maritime, Hégémon, la poussant, dans la spiralisation de la violence à faire recours au tabou de la dissuasion, par l’usage de la coercition nucléaire de théâtre dans le but de vaincre militairement sur le terrain des combats et, dans un deuxième temps, à vouloir vaincre politiquement par l’anéantissement nucléaire des acteurs rivaux. En s’interrogeant sur les choix doctrinaux de la politique étrangère des Etats-Unis, après quatre décennies de guerre froide, pendant lesquelles l’Amérique a pratiqué une politique d’endiguement de l’Union Soviétique, Joseph Nye, politologue de la Harvard University, souligne que, depuis 2017, les Etats-Unis sont revenus à la logique de compétition entre grandes puissances. La reconnaissance de l’ambition de construire leur futur autour de la rivalité avec la Chine, n’exclut nullement l’hypothèse d’une compétition régulée avec celle-ci.

A l’heure actuelle, et à propos d’un enjeu régional aux répercussions mondiales, la crise Ukrainienne se dessine comme un tournant décisif, non seulement pour les acteurs majeurs de la scène régionale, mais pour des raisons, en apparence peu évidentes, du système international et de son alternance hégémonique et civilisationnelle.

Avec la crise ukrainienne, Sarajevo sera au rendez- vous par deux fois dans le courant d’un siècle, mais de manière autrement plus tragique.

 

Bucarest, 31 Décembre 2021