Soros Watch : l’ECFR – European Council on Foreign Relations – le think tank des réseaux Soros au sein de l’UE.

09:17, 28 februarie 2020 | Actual | 269 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

On a beaucoup parlé récemment des liens entre les réseaux Soros et la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) suite au rapport réalisé par l’European Centre for Law and Justice (ECLJ). Au-delà de la seule CEDH, c’est sur l’ensemble des institutions européennes que s’exerce l’influence des réseaux Soros. Ceci au travers de différents organes de pression dont l’un des plus puissants est l’ECFR – European Council on Foreign RelationsPierre-Antoine Plaquevent, auteur de Soros et la société ouverte, métapolitique du globalisme, nous expose ici les rouages internes de cet outil de lobbying et le rôle conséquent qu’il joue auprès des institutions européennes. Un organe de pression non élu qui exerce une influence considérable au sein du personnel politique de l’Union européenne, particulièrement en ce qui concerne la politique migratoire de l’UE.

L’ECFR – European Council on Foreign Relations est un groupe de réflexion et d’influence européiste de haut niveau fondé sous l’impulsion de George Soros et financé avec l’aide de l’Open Society Foundations. L’ECFR est la version européenne du célèbre Council on Foreign Relations (CFR) créé par les banquiers Rockefeller et JP Morgan en 1919. Le CFR américain dont fait aussi partie George Soros regroupe certaines des personnalités les plus importantes du monde de la finance et de la politique aux USA et donne le ton de la politique étrangère américaine depuis la fin de la première GUERRE MONDIALE. Il peut être considéré comme l’une des instances les plus influentes de la puissance impériale américaine depuis près d’un siècle. Version européenne du CFR américain, L’ECFR se veut être un puissant lobby pan-européiste qui rassemble des membres influents de la politique, des affaires, des médias et du monde militaire européen.

Ainsi que l’expose clairement son site internet : « Le Conseil de l’ECFR est l’expression la plus forte et la plus visible de notre identité paneuropéenne. Il est composé de ministres des affaires étrangères, d’anciens premiers ministres, de parlementaires nationaux et du parlement européen, de commissaires européens, d’anciens secrétaires généraux de l’OTAN, de penseurs, journalistes et chefs d’entreprise. Les membres du Conseil nous aident à européaniser les conversations nationales sur les priorités et les défis de la politique étrangère de l’UE. » [1]

Parmi les membres de l’ECFR on retrouve George Soros et son fils Alexander Soros ainsi qu’un panel impressionnant de personnalités politiques issues des gauches européennes. Pour la France on peut citer entre autres l’ancien ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner, le Ministre de l’Économie Bruno Le Maire ou encore le précédent commissaire européen aux affaires économiques, Pierre Moscovici. Parmi ses membres français on retrouve entre autres Pascal Lamy, Christine Ockrent ou Laurence Parisot. On y retrouve aussi l’influent Shahin Vallée, peu connu du grand public mais ancien conseiller économique du premier président du Conseil européen, Herman Van Rompuy puis d’Emmanuel Macron du temps où celui-ci était Ministre de l’économie. Shahin Vallée qui travaille depuis 2015 pour le Soros Fund Management sur les questions économiques et monétaires dans la zone euro.

Pour lire la suite (22 pages) cliquez sur l’image ci-dessous :

 

 

 

 

 

 

 

Source:

Navighează dupa cuvinte-cheie: ,