Rutte, Merkel, Macron, entre exigences d’équilibre et disputes de principe

08:48, 18 august 2020 | Actual | 5 vizualizări | Nu există niciun comentariu

Plan de relance économique ou sainte alliance

politique?

par Irnerio Seminatore

Table des matières

Sur le paradigme minoritaire en démocratie

Plan de relance économique ou sainte alliance politique?

Principes, caractères et issues. Rutte, Macron et Merkel entre pouvoir et légitimité

Mark Rutte, révélateur d’un tournant de l’Union

Les divisions de l’Union

******************

Sur le paradigme minoritaire en démocratie

Mark Rutte et les 4 pays qui l’ont suivi dans le cadre des négociations du Sommet de Bruxelles ont essayé d’établir une forme d’équilibre entre les exigences revendiquées par les pays du Nord, du Sud et de l’Est, au delà de l’appel à la solidarité, inégalement partagée par tous. Tache extrêmement difficile, puisque face au pouvoir de la présidence, s’affrontaient trois principes de légitimité, respectivement rigoriste, welfariste et souverainiste.

Il fallait négocier un nouveau rapport de forces politique, en dessous du masque de la solidarité et donc dans une situation d’égoïsme national affiché et d’une redéfinition des rangs de puissance dans le jeu européen et mondial. Rutte, dont la flexibilité fut l’exacte contraire de sa confiance envers les autres pays membres et dans sa conviction d’être le seul interprète fidèle des traités, n’avait pas tenu compte du fait qu’on ne peut faire la loi en démocratie en position minoritaire.

En effet, une inversion du paradigme majoritaire, qui permettrait à une minorité de bloquer une majorité, déboucherait sur deux issues, se soumettre ou pousser à la crise et au conflit. Or l’adoption formelle du premier, ne préjuge pas de l’émergence du deuxième.

La voie rigoriste choisie par Mark Rutte, ce fut la voie hérétique, la voie du défi et de la provocation! Celle qui consiste à remettre en discussion „le projet” pour les obligations qu’il recouvre et qui demeurent incompréhensibles et partiellement inappliquées.

Aucun concept d’ordre ne pourrait en effet résulter du succès politique d’une quelconque minorité (moralement acceptable ou pas!)

Le respect de la majorité est à la base même du paradigme démocratique, fondé sur la loi du nombre. La contestation de cette loi est parfaitement légitime, mais elle engendre soumission ou révolte et, en ses ultimes conséquences, un changement de régime, une révolution.

Le scénario de la crise européenne vers un affrontement entre coalitions de pays divergents autour de concepts de légitimités opposés, profiterait aux adversaires de l’Union ou de l’Europe (en clair le monde arabo-musulman ou celui d’acteurs rivaux sur la scène internationale, favorables à la disparition définitive de l’Europe).

1240.jpg

En l’état actuel des choses, l’avenir de l’UE est fortement compromis, car en face d’une forme de pouvoir dépolitisé (ou non existentiel), la présence de trois revendications de légitimité, globalement contradictoires, est un gage de conflit assuré. Tel est le paysage du continent, réduit à sa pure nudité, la „realtà effettuale” de Machiavel. Mais le „vrai”, comme la réalité ne se repèrent que sous la surface des choses.

Dès lors, comment restaurer une légitimité ébranlée ou, si l’on n’accepte pas le principe démocratique, comment en créer une autre? Tel est le défi de Rutte! Tel est le pari des européens, le salut du maléfice commun.

Plan de relance économique ou sainte alliance politique?

Le Sommet de Bruxelles s’insère dans une nouvelle phase de l’Union, dans un tournant historique, caractérisé par l’émergence de tensions implosives. Ceci explique pourquoi ce Sommet a préfiguré davantage une Sainte-Alliance pour la préservation du „statu quo” intérieur, qu’une répartition salvatrice de dettes collectives.

Trois craintes ont agité, de manière diverse, les préoccupations des dirigeants de l’Union, la peur :

– d’une révolte sociale prévisible

– d’une invasion ininterrompue de populations extra-européennes hostiles et non intégrables

– de divisions politiques, engendrant étranglements et blocages

Mais la Sainte-Alliance pour le „statu-quo” interne et pour la défense des régimes en place pourra se déployer avec difficulté, en raison de son caractère hybride, défensif et anti-populaire.

Les Welfaristes animent partout des „coups d’État” bonapartistes, par la transformation du pouvoir judiciaire en levier du pouvoir politique, infamant et sans appel. En même temps ils favorisent la transformation des régimes politiques en régimes autoritaires et se prévalent de la plus grande révolution de notre temps, la révolution des consciences, par la communication et les médias, comportant la perversion du vocabulaire et la subversion du rapport entre histoire et nature. Ce fut ainsi que ce Sommet n’a pas reflété une perspective morale unique, ni une unanimité de perspectives communes, mais une adaptation laborieuse à des réalités de crise incomparables, sensiblement marquées par la référence à l’intérêt national, le péché satanique de l’Union.

Il n’a échappé à personne que les opinions, mobilisées par les médias, ont réclamé l’exceptionnalité du phénomène, en invoquant la solidarité de l’Union Européenne, seule capable d’activer l’ensemble.

europe_fissure.jpg

Cependant la fissure des divisions a traversé les lignes distinctives des particularismes européens pluriséculaires.

A été brisée également la conception abstraite et formelle de la souveraineté, comme pouvoir d’État, voulue par la France vis à vis de la Pologne et de la Hongrie, assortie de chantages juridiques et de sanctions dans l’allocation des ressources.

L’Union Européenne, vidée de tout élan spirituel, est sortie durement touché de cette épreuve, frappée à mort sur les balanciers de morales universelles, en ce qu’il y a d’essentiel, la confiance en soi, de telle sorte qu’elle ne pourra plus représenter un modèle politique dans l’ordre des perspectives futures.

Principes, caractères et issues.

Rutte, Macron et Merkel entre pouvoir et légitimité

Les négociateurs du Sommet ne pensaient certes pas de devoir régler en quatre jours la grande horloge du temps, ni remplacer le système kantien par l’univers darwinien de la survie du plus apte.

Ils ne réfléchirent non plus à la nature durable de l’équilibre entre légitimité et pouvoir et ne se doutèrent pas que la fissuration de l’équilibre engendrerait de nouveaux rapports de force, au sein d’une Union aux soins palliatifs et intensifs.

Ils ne prirent donc pas en compte qu’une phase de confrontation probable allait s’ouvrir pour l’Europe, après le Brexit et que le rôle traditionnel d’arbitre et de balancier, passé de la Grande Bretagne aux États-Unis, s’effritait lentement, décolorant les daguerréotypes du passé .

Parmi les Présidents ou les Chefs de Gouvernement, aucun ne disposait d’un esprit de système, ni de vision stratégique sérieuse, cependant que presque tous avaient une détestation du long terme et un besoin d’urgence, qui les éloigne des inconnues et des dilemmes omniprésentes de la paix et de la guerre. Ainsi leurs visions respectives se situaient souvent aux antipodes, influant sur l’abattement des cartes nationales dans le jeu interne des âpres rivalités de puissance.

19-mai-2020-le-genre-de-cirque-ou-on-sait-qui-va-jongler.jpgPour Macron, l’intérêt national de la France était une métaphore de l’intérêt global de l’Europe et justifiait le rôle historique du pays à partir de la stabilité de l’Union et, par ricochet, de la stabilisation de l’Héxagon, qui dictait le principe directeur de sa présidence et sa politique de relance.

A ses côtés Mme Merkel, Présidente tournante de l’Union, trouvait dans le principe supérieur de l’Europe un mode pour „sauver l’Allemagne d’elle même”, comme le dit un jour son mentor, le Chancelier Helmut Kohl. La politique devait être froide et calculée, opportuniste par moments, mais jamais sentimentale, en particulier avec la France, car elle excluait a priori toute obligation de réciprocité.

Refusant ainsi instinctivement tout leadership et toute voie solitaire de l’Allemagne qui provoquerait un changement de perspective géopolitique, ainsi que toute forme de romantisme et tout attachement personnel, la Chancelière, avait formé un couple, outre qu’avec ses deux époux, aussi avec quatre Présidents français, Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron, dans un esprit de „continuité” et de vide stratégique, sans s’entendre entièrement avec aucun, car l’égoïsme et le pragmatisme étaient, dans sa conception du monde, les seuls fondements des grands États, auquel elle rajoutait la prudence, imposée par l’histoire conquérante de son pays.

La divergence entre les caractères des dirigeants et leurs idées, quant aux perspectives de l’Union en crise, portaient également sur les intérêts de survie de celle-ci, historiquement limités et visaient à masquer l’hégémonie factuelle de l’Allemagne, comme porte-étendard des idées fédéralistes et la prééminence de cette dernière sur le couple franco-allemand affaibli.

Mark Rutte, révélateur d’un tournant de l’Union

Mark Rutte, Capitaine de la „Ronde de nuit” de Rembrandt, d’esprit patricien, prolongeant la présence du Royaume Uni dans l’Union, mais porté, par sa formation de manager à une compétition globale exigeante, ne partageait pas la frivolité stratégique de Macron, ni la pesanteur diplomatique de Merkel et moins encore la rhétorique compassionnelle des welfaristes.

Issu moralement d’une plus forte intimité, toute rigoriste, entre principes et pouvoir, il procédait par oukases et tendait à radicaliser avec brutalité la fissure entre les trois principes de légitimité que l’Union aurait dû concilier et qu’il tenait pour des péchés quasi religieux.
Sa fermeté, proche de intransigeance, rappelait les „ultimatums” de l’avant-guerre et était loin des compromis calculés, de toute politique de tolérance réciproque.

5a1a05fc4e863e81b81f3b0d4aa5ad0d.jpgPersonne, parmi les dirigeants ne se doutait que les conflits de légitimité avaient comporté des guerres inexpiables et s’étaient soldés par des effondrements d’empires, puis par des règlements, qui rétablissaient tantôt les rapports de forces, tantôt des prétentions à gouverner ou des bien fondés de l’autorité. Ainsi une attitude de fortes tensions pouvait faire perdre des décennies d’apaisement à l’expérience de l’Union et conduire à une diplomatie de la confrontation, que le remplacement des luttes pour le pouvoir par des mécanismes juridiques et institutionnels, n’arriveraient pas à absorber.

Le retour de l’expérience du passé ne pouvait pas non plus faire oublier que toute importante négociation européenne avait des répercussions sur les deux ordres de pouvoir, l’ordre global, inspiré par l’esprit de système, par la rivalité belliqueuse et par les conflits armés et l’ordre européen, anesthésié par l’idéal de la paix et par l’absence d’une solide légitimité populaire.

Les adversaires les plus acharnés de Rutte étaient les pays welfaristes, les plus dépensiers, champions des prodigalités d’État et principalement les socialistes, dont le pacifisme superficiel s’était conjugué avec l’écologisme montant et la contestation anti-système. Or la fissuration des trois cultures, qui représentent trois histoires d’abdication, éloignent à nouveau de la paix et plus encore de l’ esprit d’apaisement qui avait réconcilié les peuples européens après 1945.

Les divisions de l’Union

Les divisions au sein de l’Union, avaient commencé à devenir orageuses et se traduisaient, à l’extérieur, en signes de réconciliation avec la Russie, autrefois menaçante et en soupçons dangereux, vis à vis de la Chine. Cependant les fluctuations fondamentales de l’équilibre global des forces se définissait hors du continent et l’Europe devenait un élément de la stratégie générale des grandes puissances.

En définitive Mark Rutte n’a été qu’un révélateur du tournant de l’Union et du renversement de l’état d’esprit de l’Europe, en ce qui concerne sa capacité de conserver sa cohésion, de refuser tout transfert financier par des mesures intrusives intolérables et d’avoir fait de la perspective financière son objectif ultime.

Dans une sorte d’aperçu, il apparaissait à tous que l’Allemagne, redevenue le pays le plus puissant d’Europe, tirait bénéfice des lignes de fissure de l’Europe traditionnelle, d’autant plus que, dans une vision globalisée du système westphalien, elle avait atteint le bout de son chemin historique, car elle devait décider avec les 27, qu’elle était la limite tolérable de la diversité interne de l’Union et quel est le niveau de cohésion et de solidarité minimales pour exister politiquement.

Limite que l’Europe n’a pas encore réussi à définir.

ee8dd8c4796f24886d02c8a360b47d55.jpgDans les conditions de divisions séculaires du continent, il n’est pas totalement interdit de songer que ce Sommet aurait pu se tenir à Munster en 1648, à Vienne en 1815, ou à Munich en 1938, puisque la recherche d’assurance à tout prix n’arrive pas à garantir l’ordre, ni selon des principes moraux universels, ni selon un idéal d’équilibre des forces, ni encore suivant une entente supra-nationale sans menaces?

Dès lors, auquel de ses multiples passés, veut elle s’inspirer l’Europe d’aujourd’hui, pour définir sa place dans le monde et son avenir dans l’Histoire?

Attend-elle de tomber sous les coup d’Hannibal et de faire dire au Tite Live de demain:

„Dum Romae consulitur, Saguntum expugnatur!” (Pendant qu’à Rome on discute, Sagonte est conquise!)

Source: http://euro-synergies.hautetfort.com

Comentează

Adresa ta de email nu va fi publicată. Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *