Réflexions sur un perpétuel coup d’Etat

09:29, 10 februarie 2021 | Actual | 118 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

Toute ma vie, j’ai essayé de comprendre la réalité et les contraintes qu’elle imposait à mes actions.

Et quand je croyais avoir compris, je pouvais prendre des décisions qui s’imposaient « en connaissance de cause », ce qui me permettait d’atteindre -parfois- le but que j’ai m’étais fixé.

Je commençais par un état des lieux, un diagnostic, je me fixais un but et enfin, je réfléchissais à la façon la plus raisonnable d’aller de mon état des lieux à mon but.

Dans le langage courant, cela se traduisait par la formule « la réflexion précède l’action ».

Et dans mes analyses, je faisais souvent l’hypothèse que le gouvernement (ou l’Etat) choisirait toujours la solution qui favoriserait la majorité, ne serait-ce que pour être réélu

Eh bien, j’ai eu tort, au moins en ce qui concerne ce dernier point.

Depuis 2000, les gouvernements, un peu partout dans le monde développé, choisissent les solutions qui accroissent leur pouvoir et non pas le bien commun, et au diable la prospérité générale ou la Démocratie. La Mafia ne s’est jamais préoccupée du bien être des Siciliens, mais simplement de préserver son contrôle sur l’ile. Le but est de rester au pouvoir, et c’est tout.

Et donc, pour arriver à leur fin, une grande partie de ceux qui nous gouvernent en Europe et aux Etats-Unis ont développé un nouveau « Logos » qui leur permet de nous voler comme au coin du bois sans avoir à nous rendre de comptes.

Et ce nouveau Logos, le voici.

  • La réalité n’existe pas, ou plutôt, il n’en existe que des perceptions individuelles et chacune de ces perceptions est aussi valable qu’une autre.
  • Étudier cette réalité ne sert donc à rien puisque n’importe quelle perception en vaut une autre.
  • Et donc, une réalité généralement acceptée par tout le monde ne saurait imposer la moindre contrainte ni à mes actions, ni au chemin que je dois emprunter pour arriver à mes fins.
  • Ma liberté « subjective » l’emporte donc sur tout, puisque la réalité « objective » n’existe pas.
  • Et quiconque s’oppose à ma foucade du moment au nom de la réalité ou de la Science m’agresse de façon odieuse et j’ai donc le droit, que dis-je le devoir, de lui taper dessus.

Notre société est passée de la formule « Ma liberté s’arrête là où commence celle des autres » à « ma liberté ne peut pas être limitée par la réalité ».

Et le rôle des gouvernements n’est plus de prendre des décisions qui satisfassent la majorité, mais de protéger les minorités contre la tyrannie de cette majorité, car la Démocratie serait une forme de totalitarisme.

Vérifions comment ils utilisent ce nouveau Logos pour nous amener là où ils veulent.

Commençons par la notion même de « Vie ».

Gouverner, comme le disait de Gaulle, ce n’est pas choisir entre une bonne et une mauvaise solution, mais entre deux mauvaises. Nous venons de subir une épidémie qui a un certain nombre de caractéristiques et ou des décisions ont  être prises.

Rappelons que les vieux (>de 80 ans) sont les plus touchés, que sur les jeunes elle n’a guère d’impact, que la mortalité pour ceux qui l’ont attrapé est d’environ 3/ 1000, ce qui est au niveau d’une mauvaise grippe annuelle et que des traitements médicamenteux semblent exister si le diagnostic est fait suffisamment tôt.

Une approche rationnelle de la crise, comme en Suède, aurait préconisé de demander aux vieux de rester chez eux et de minimiser les visites, de pousser au maximum les mécanismes de détection précoces, et d’expérimenter de façon scientifique quels étaient les traitements médicamenteux qui marchaient et ceux qui ne marchaient pas, ce que nous avions toujours fait jusque-là dans l’histoire.

Au lieu de cela, nous déclarons que chaque vie « n’a pas de prix «, ce qui est une imbécillité logique : qu’est qu’on fait s’il faut choisir entre deux vies ?  La solution retenue puisqu’il ne fallait pas choisir fût d’empêcher tout contact entre êtres humains, en fermant l’économie et les transports, ce qui va faire beaucoup plus de morts que l’épidémie, de tout miser sur un hypothétique vaccin et d’autoriser les Etats à supprimer toutes nos Libertés Fondamentales, ce qui transforme une épidémie somme toute assez classique en un désastre mondial sans précèdent.

Derrière cette politique, une décision de refuser de choisir entre deux mauvaises décisions en faisant passer ce choix raisonnable pour un dilemme moral inacceptable, refusant ainsi toute solution qui ne serait pas attentatoire au droit des gens.

Remarquons cependant que cette décision a eu pour effet principal d’augmenter massivement le pouvoir de l’Etat, c’est-à-dire celui de ceux qui ont refusée de choisir entre les deux mauvaises options et que cela n’est peut-être pas un hasard.

Passons à un deuxième exemple, celui du sexe de chaque citoyen, tout un chacun dans le nouveau Logos étant libre de choisir son sexe puisque le sexe biologique n’existerait pas.

Comme le disait Simone de Beauvoir « On ne nait pas femme, on le devient ».

Et donc, si un individu est « né » homme mais se « sent » femme, alors il est une femme… Hélas, il ne pourra jamais être enceint (?), n’étant pas vraiment équipé pour ça.

Loin de moi l’idée de minimiser la souffrance de ceux qui sont dans cette situation, mais je me retrouve ramené au problème précèdent : Ce n’est pas en mentant à ceux qui sont dans cette situation qu’on les aidera.  Au contraire, en entretenant leurs illusions, on risque de les pousser vers le suicide, ce qui est abominable.

Et quelle a été la première décision de monsieur Biden une fois élu ?

Autoriser à nouveau dans l’armée américaine la réintégration des conscrits « transgenre », ce qui avait été interdit par le Président précèdent.

Or, le rôle de l’armée est de défendre la nation et non pas de servir à des expérimentations sociales. Encore une fois, au nom de la protection d’une toute petite minorité, le pouvoir a choisi celle qui favorise la minorité au détriment de la majorité mettant ainsi en danger la survie même de la collectivité ainsi que le moral de l’institution militaire.

Et cette décision, qui sera sans doute suivie par une tentative d’abolir le deuxième amendement de la Constitution Américaine (celui qui permet aux citoyens de porter des armes), augmentera à terme le pouvoir des classes dirigeantes sur la population.

Avec ces exemples, nous commençons à voir émerger le même processus : entre deux décisions, « ils » ne choisiront pas en fonction des intérêts de la population mais en fonction de ce qui accroit LEUR pouvoir.

C’est le processus qu’a fort bien décrit Bertrand de Jouvenel dans son immense livre « Du Pouvoir » : chaque décision du corps étatique n’a qu’un but : faire croitre le Léviathan, c’est-à-dire le pouvoir politique au détriment du peuple.

Il ne s’agit donc pas d’un « complot » mais d’une dérive normale de gens qui veulent d’abord garder le pouvoir en utilisant tous les moyens mis a leur disposition qu’ils soient légaux ou …moins légaux.

Il s’agit donc d’un processus parfaitement normal, qui existe depuis le début des temps et dont nul ne peut nier l’existence, et à la manœuvre cette fois ci sont les « technocrates » alliés aux « ploutocrates, propriétaires des media ».

Cette tentative de domination par les élites a commencé aux USA à la fin du siècle précèdent, avec Bill Clinton qui inventa la fameuse triangulation, les très riches et les très pauvres s’alliant contre le ventre mou de l’électorat.

Analysons maintenant un processus similaire mais en Europe et cette fois ci et dans le domaine de la monnaie.

J’ai souvent expliqué dans ces lignes qu’elle était un bien commun a une population qui voulait vivre ensemble, c’est-à-dire a une Nation.

Chacun sait cependant que depuis bien longtemps existe en Europe une caste dont la volonté constante a été de briser ces communautés qui veulent vivre ensemble pour ne laisser que des individus face aux pouvoirs publics européens a qui toutes les souverainetés auraient été transférées et dont le pouvoir exécutif n’aurait pas besoin d’être élu.

Pour arriver à ce résultat, « ils » ont créé l’Euro, qui se révèle être un désastre sans précèdent pour les nations européennes. Mais ce désastre, une fois de plus les amène à avoir de plus en plus de pouvoir puisqu’ils ont acquis la possibilité d’acheter à leur profit ou au profit de ceux qui les soutiennent, avec de la monnaie qu’ils impriment librement tous les actifs crées par les citoyens européens depuis des siècles.

L’Euro a permis de fait le plus grand transfert de richesse qui ait jamais eu lieu dans l’histoire, de ceux qui travaillent vers ceux qui nous gouvernent, c’est-à-dire la plus grande spoliation de tous les temps, très supérieure à ce que les communistes firent en Russie en 1917.

Et ces spoliations risquent de s’accélérer avec le Covid ou l’on échange de la monnaie qui ne coute rien à produire contre de vrais « actifs ».

Vérifions avec les taux d’intérêts à zéro ou négatifs.

Imaginons que dans un pays il y ait trois populations

  1. La classe dirigeante, constituée des technocrates, ploutocrates et des media.
  2. Leurs clients, au sens Romain du terme, c’est-à-dire ceux qui vivent au crochet de l’Etat.
  3. Le reste de la population.

Pour pouvoir continuer à transférer de l’argent à leurs « clients » la classe dirigeante doit faire continuer à faire baisser le niveau de vie de la troisième population puisqu’il faut dégager de l’argent frais pour entretenir les clients.

Pour ce faire, il faut qu’elle explique qu’elle n’a pas le choix, que la situation est désespérée, et qu’il lui faut reformer les retraites, par exemple car elle sait fort bien qu’il ne faut pas qu’elle touche aux prébendes de la population numéro 2, qui pourrait soit se révolter, soit cesser de voter pour eux. Et donc la dernière chose que la population 1 veuille serait que l’on ouvre une enquête sur les malversations du type fraude à la sécurité sociale dénoncée par Charles Pratt. Mettre les taux d’intérêts à zéro c’est continuer à permettre le pillage de ceux qui travaillent, au profit des « clients », sans que la classe qui domine ait quoi que ce soit à payer. Les intérêts que devraient toucher les épargnants sont simplement versées aux « clients… » et tout est pour le mieux sans le meilleur des mondes.

En termes Marxistes, il existe donc une collusion objective entre première et deuxième « classes » pour continuer à piller la troisième, et le nouveau « Logos » permet de justifier « moralement » cette complicité au nom de la lutte au profit des minorités.

Et bien entendu, tout sera fait pour empêcher que la troisième classe s’organise politiquement, ce que Mitterrand réussit à faire en créant le danger Le Pen de toutes pièces et  ce que les media ont réussi à faire contre Trump.

Conclusion

Nos états sont tombés sous la coupe de forces délétères qui ne veulent en aucun cas le bien commun mais la seule préservation de leur pouvoir. Or la seule façon de virer cette classe parasitaire, c’est par le vote et donc la meilleure solution est pour les technocrates et ploutocrates de faire monter le plus possible le vote de nouveaux « dépendants » tels les nouveaux immigrés. Car le problème devient insurmontable si les chefs (la classe 1) et leurs clients (la classe 2) constituent ensemble plus de 50 % de ceux qui votent. C’est ce qui existe en Argentine ou au Venezuela depuis longtemps et qui rend un changement par le vote illusoire.

Et la longue agonie de la Nation peut alors commencer…

Il me semble qu’en ce qui concerne notre pays, qu’après 2022, tout retour démocratique au profit de la majorité historique deviendra…difficile, mais je suis peut-être trop pessimiste.

Charles Gave

Source: http://euro-synergies.hautetfort.com