Pourquoi les entreprises soutiennent l’idéologie woke

22:30, 12 aprilie 2021 | Actual | 169 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

L’engagement des entreprises occidentales pour l’idéologie woke est une source de fantasme et de scénarios conspirationnistes. Génocide des blancs, matriarchie, il est facile d’assigner des objectifs sociétaux cachés à ces engagements.

L’idéologie woke ou nouvelle gauche repose sur le marxisme et le post modernisme. C’est en explorant ces bases qu’on peut en tirer une réponse plus simple, plus prosaïque mais surtout plus terrifiante.

Disclaimer : les réflexions présentées dans cet article proviennent essentiellement d’une vidéo de Neuroposter, ex True Dilton. Vous pouvez regarder la vidéo originelle ici.

Politique et business, deux activités en théorie bien séparées dans le cadre libéral

Nous vivons, d’après les documents légaux censées poser le cadre des sociétés occidentales, dans une économie libérale de marché. Dans ce cadre, l’intérêt collectif est maximisé si on laisse les agents économiques maximiser leurs intérêts individuels.

Dans cette utopie, les agents économiques doivent évoluer les uns avec les autres sans entraves. Cette condition implique de réduire les interventions politiques dans l’économie.

Dans son essai Qu’est-ce que la Liberté Anah Arendt rappelait très justement que la liberté fut d’abord définie par le fait d’échapper à l’emprise de l’état, autrement dit à la politique. Cette condition est valable que l’on soit une personne physique ou morale (=une entreprise).

La puissance économique finit toujours par revendiquer le pouvoir politique

Pour comprendre l’origine de l’idéologie woke de la nouvelle gauche il faut toujours commencer par Marx. Selon le théoricien du communisme, les acteurs économiques puissants parviennent toujours à acquérir un grand pouvoir politique. Cette thèse fait plutôt consensus auprès d’historiens de tous bords politiques.

Selon cette grille de lecture, la fin de l’Ancien Régime ne doit rien à la révolte des prolétaires et des paysans. C’est la bourgeoisie qui s’est emparée du pouvoir en les utilisant pour liquider la noblesse dégénérée et surendettée.

Si on recoupe Marx et la théorie libérale classique nous pouvons identifier un problème plus que jamais d’actualité. Les acteurs économiques puissants finissent par s’immiscer dans les affaires politiques. Bien que ses interventions soient contraires aux principes de la démocratie libérale, elles sont conformes à la nature humaine. Les puissants veulent toujours dominer les faibles.

L’impuissance des états faces aux nouveaux géants du business

Les interventions des grandes entreprises dans l’arène politique démontrent que nous sommes sortis du cadre de la démocratie libérale. Les états ne prennent aucune mesure sérieuse pour corriger cette situation.

Les état possèdent encore le monopole de la violence. Cependant, on peut se demander s’ils ont encore assez de capital politique pour intervenir. Bien que taxant et redistribuant à tours de bras, leur influence se réduit depuis plusieurs décennies.

Dans l’économie de marché, l’individu dépend des entreprises pour sa subsistance. La majorité de la population active est salariée. Son approvisionnement et l’essentiel de ses commodités sont assurés par des entreprises privées. Pour conserver sa place dans ce système, l’individu doit ajuster son comportement aux règles édictées par les entreprises qui l’emploient, le nourrissent, le soignent, l’équipent, le protègent, le connectent au monde et à ses proches.

Pour un salarié, l’état n’est plus qu’un extorqueur d’impôts, de moins en moins capable d’assurer les services qu’il prétend maitriser. Les états, lents, procéduriers, archaïques, ne sont pas plus capables d’assurer leurs fonctions traditionnelles que de s’attaquer aux GAFA.

L’état n’est pas seul à avoir reculé. Le système d’intégration sociale non marchand, tel que décrit dans la nature des cultures par Heiner Mühlmann a disparu. Les acteurs privés ont pris la place de l’état mais aussi des relations communautaires locales de l’économie préindustrielle. Vous pouvez vivre enfermé dans votre logement, sans parler à vos voisins, sans interaction, des entreprises privées peuvent assouvir tous vos besoins, tant que vous payez.

L’individu est devenu l’unité sur lequel le pouvoir se doit d’agir

Les détenteurs de pouvoir ont bien compris que tout se joue au niveau de l’individu. Il est bombardé de publicités ciblées, de notifications et de suggestions de contenus calculées par de puissants algorithmes surveillant ses moindre faits et gestes. Ces dispositifs commerciaux sont très performants pour déclencher l’acte d’achat et fournir aux clients un flux constant de dopamine.

Mais une fois franchi la porte de l’entreprise, le confort des univers de consommation laissent place à la pression pour la rentabilité maximale.

Les entreprises soumettent leurs employés à des codes de conduite strictes. Port d’un uniforme (parfois ridicule), sourire et réponses calibrées face aux clients, langage interne, procédures à respecter, port des équipements de sécurité, pauses chronométrées etc. Depuis 2020, il faut ajouter les procédures contre la propagation du SARS-COV2. Une grande partie de ces comportements sont contre nature et pèsent sur les salariés.

Les entreprises qui emploient des milliers d’employés et servent des millions de clients possèdent ainsi un énorme levier de pouvoir, transformant l’action sur l’individu en pression collective. Les grandes entreprises, à commencer par les GAFA, ont bien conscience de cette opportunité et ne comptent pas la gâcher.

Les entreprises savent qu’elles ont le levier du pouvoir en main

Pour aller plus loin, il faut encore revenir à Marx. Selon sa dialectique, toute société repose sur une idéologie. Elle est indispensable pour institutionnaliser et pérenniser un rapport de domination sous la forme d’un contrat social soutenable. L’Histoire semble donner raison à Marx.

Reprenons comme exemple la société française de l’Ancien Régime. A la fin de l’Empire Romain, l’instabilité et l’insécurité ont contraint les paysans et citadins à se soumettre à des seigneurs de guerre.

Pour institutionnaliser cette situation, le « contrat social médiéval » cher à Bainville fut instauré. Les nobles assuraient la sécurité, le tiers-état la production de richesse, et le clergé assurait l’encadrement spirituel et priait pour le salut des âmes.

La contrainte par la force est en pratique intenable à long terme. Pour perdurer le système instaura un cadre idéologique : le christianisme, la supériorité de sang des nobles et la divinité du Roi. L’Église pris en charge l’encadrement idéologique des habitants du moindre village. Ce système a perduré plus de 1000 ans.

Les grandes entreprises ont pris une importance considérable, les GAFA pèsent plus que de nombreux états. Elles sont exactement dans la situation des seigneurs de guerre féodaux au début de leur règne. Elles ont la puissance financière et les leviers d’influences. Leurs détenteurs du pouvoir politique, les états des démocraties libérales, sont en déclins.

Toutefois pour instaurer leur ordre, elles doivent institutionnaliser leur pouvoir pour le pérenniser et ne pas s’épuiser dans la coercition. Pour y parvenir elles ont besoin d’une idéologie.

L’idéologie woke, le meilleur outil de contrôle social depuis l’invention du christianisme

Pour expliquer ce choix, le mieux est d’analyser le cas de Robin DiAngelo, une consultante en business qui a inventé le concept de fragilité blanche. Son succès est considérable auprès des entreprises, elle d’ailleurs est devenue millionnaire.

En façade son business est d’intervenir dans les entreprises pour apprendre aux employés à évoluer dans un environnement « diversifié ». Cependant cette explication ne résiste pas à l’analyse.

D’après la théorie de la fragilité blanche, la société occidentale ne reposerait pas sur le libéralisme des Lumière, mais sur l’idéologie de la suprématie blanche. Si une personne de race européenne rejette ou critique l’idéologie woke, elle est implicitement raciste, car elle refuse de remettre en cause ses privilèges.

Mais ce n’est pas tout, un blanc qui affiche son antiracisme l’est tout autant. En effet il croit être arrivé au bout du chemin de la rédemption et utilise son énergie pour signaler sa vertu au lieu de combattre son racisme intériorisé.

On peut toute de suite remarquer qu’il s’agit d’un raisonnement circulaire. En tout état de cause, le blanc est raciste, il doit être corrigé, surveillé et reformaté en permanence. Tout raisonnement circulaire est par principe non scientifique (argument de réfutabilité de Popper). S’il fallait une preuve de la nullité de sa formation, DiAngelo en personne avoue avoir fait des remarques déplacées durant ses missions de consulting.

La martingale de la lutte contre les discriminations

La société multiculturelle et multiraciale est globalement un échec. L’égalité de droit, la discrimination positive, les programmes d’aides scolaires et préscolaire, rien n’a pas permis d’éliminer l’écart de réussite entre les races. L’idéologie woke partage ce constat et propose de pousser la lutte contre les discriminations imaginaires jusqu’à l’absurde.

Cependant, on peut remarquer que tous les non-blancs ne semblent pas touchés de même manière. Les juifs, les asiatiques, les indiens, mais aussi des Igbo, une ethnie africaine à haut QI, réussissent bien mieux que les blancs aux USA. Ces données ridiculisent la thèse du racisme systémique basé sur le taux de mélanine et apporte des éléments concrets en faveur d’un problème de moyenne d’intelligence et de culture inadaptée à la société capitaliste moderne.

Neuroposter a cité un article de Frank Dobbin et Alexandra Kalev publié dans le Harvard Business Review. Bien que constatant l’échec de la plupart des initiatives woke, ils ont identifié quelques programmes efficaces. Le moins qu’on puisse dire est que ces formules gagnantes sont très loin de ressembler au dressage proposés par DiAngelo.

Valoriser les candidats atypiques plutôt que menacer les recruteurs

Les premiers sont ceux mettant en avant un gain pour les recruteurs. Approchez un recruteur en lui faisant une offre. « Venez recruter les meilleurs étudiants noirs dans notre université ! », ainsi vous aurez bien plus de succès qu’en imposant des quotas ou menaçant de poursuites s’ils discriminent des candidats. Faire une offre très alléchante à un puissant est la base de toute négociation déséquilibrée.

Les seconds sont les programmes de mentorat. Ils permettent à des jeunes n’ayant ni réseau ni savoir-être d’avoir un mentor qui les aidera dans leurs choix et les aideront à rentrer dans les entreprises.

Le troisième type est la mise en contact. Travailler au contact de la diversité permettrait de réduire les stéréotypes. Attention tout de même, en cas de discrimination positive si les recrutés sont incompétents l’effet sera terrible. Et nous savons ce que pense ceux qui ont passé leur enfance dans des quartiers enrichis par l’immigration sans filtre qui déferlent sur l’Europe.

Si on analyse avec un peu de recul ces programmes on se rend compte qu’ils sont surtout utiles pour aider des candidats de milieu sociaux modeste. En France 70% des recrutements se font sans publication d’annonce. Pour accéder à ce marché caché, il faut avoir du réseau et un savoir-être spécifique.

L’incroyable succès d’une méthode faussement inefficace

Posons les données du problème woke vis à vis des entreprises:

  • DiAngelo propose que les blancs soient corrigés et encadrés pour mettre fin à la suprématie blanche.
  • En pratique cela ne marche absolument pas et provoque même de la réactance contre productive
  • Les interventions qui discriminent efficacement les hommes blancs utilisent des leviers qui n’ont rien à voir avec l’antiracisme.

Pourtant cet échec apparent n’empêche aucunement DiAngelo d’avoir un succès remarquable auprès des entreprises !

Pour comprendre ce paradoxe il faut s’exposer aux vapeurs de poppers en plongeant au plus profond des backrooms pour retrouver le Prophète de la religion Postmoderne, Sa Sainteté Michel Foucault.  Sa théorie du Pouvoir est une solution élégante au paradoxe du succès du wokisme.

Dans Surveiller et punirque j’ai déjà évoqué dans un précédent article, Michel Foucault décrit le remodelage psychique et physique des soldats par l’institution militaire. Et devinez comment cette dernière y parvient … En usant d’un outil simple, efficace et universel, la discipline.

Au cours de sa formation le soldat est soumis à deux types de conditionnements. Le premier sont les activités dont l’intérêt militaire est évident (maniement des armes, renforcement physique, apprentissage des procédures). Le second prend la forme d’activités qui semblent n’apporter aucune aptitude utile sur le champ de bataille (corvées de nettoyage, chant collectif, marche au pas).

La discipline woke comme formatage des individus

A la fin du processus l’individu est transformé. Sa posture est droite et rigide, sa démarche conquérante. Son corps est affuté. Il use d’un langage spécifique et précis. Il connait parfaitement son équipement et les tactiques de combat. Mais pour être un soldat cela ne suffit pas. Le soldat se doit d’être obéissant et de faire corps avec ses camarades, aussi bien dans l’interminable attente entre deux engagements que sous le feu ennemi. C’est précisément le rôle des marches ridicules, des chants militaires et des corvées absurdes.

Les armées ne forment ni des chanteurs ni des clowns, et DiAngelo ne fait pas fortune en proposant des outils pour une cohabitation interraciale harmonieuse. Les grandes entreprises qui font appel à DiAngelo ou qui reprennent ses concepts cherchent des outils pour institutionnaliser leur pouvoir. Le management de la fragilité blanche est une TECHNOLOGIE DISCIPLINAIRE pour formater leurs employés (et clients) et éliminer les potentiels récalcitrants.

Le woke comme technique de management visant les blancs et les hommes

Derrière les discours de management par l’enthousiasme, le monde du travail reste avant tout un espace de contrôle et d’obéissance. Open-space, benchmarking, scan des emails, revue de performance, video surveillance, géolocalisation, les entreprises investissent dans les technologies de surveillances, soucieuses de leur productivité.

Le woke est une technologie disciplinaire qui s’insère parfaitement dans la boite à outils du management. Il permet aux entreprises d’établir une structure mentale ouvrant la voie à des niveaux d’obéissance supérieurs.

Les départements d’inclusivités, les formations anti-discriminations, la standardisation et l’ajustement des pensées et des comportements, la surveillance constante, instillent chez les sujets exposés un renforcement des schémas mentaux d’obéissance.

Imaginez la scène dans une usine : une commande est en retard, vos employés commencent à grincer des dents. Il est temps de sortir votre joker. Vous n’emballez pas de glaces pour Ben & Jerry, vous luttez contre le racisme, vous pouvez bien faire quelques heures supplémentaires non rémunérées.

Vous commencez à ressentir la puissance de l’idéologie woke ? Ce n’est que le début.

Le woke est l’idéologie qui justifiera le règne des GAFA

Les fondements politiquement corrects et moraux du woke l’immunisent face à la critique, et DiAngelo a pris soin de fermer toute possibilité de critique via la circularité. La fragilité blanche est une thérapie comportementale visant à faire accepter une idéologie pérennisant une situation de domination. Elle vise précisément les éléments les plus récalcitrants de la société : les hommes blancs.

Quand les GAFAM soutiennent le woke, ils s’emparent d’un instrument disciplinaire couplé à une idéologie qui permet de s’inventer une fonction de protection des minorités.

Ce sont les chevaliers médiévaux, défendant la femme, le transsexuel et le petit racisé. Ils veulent se rendre indispensable à la société multiculturelle, et verrouiller l’échiquier politique pour contrôler la démocratie.

Pour agir sur le terrain ils financent et soutiennent un véritable ministère de la répression du vice et de promotion de la vertu. Des associations « urbaines » aux conseillers en diversité travaillant dans les entreprises, un vaste clergé est mobilisé pour dispenser sur le terrain des traitements individualisés pour soumettre les citoyens un à un. Ils assurent aussi la fonction d’inquisition, dénonçant, agressant et frappant d’anathème ceux qui refusent de se soumettre.

Sécuriser leur position de domination est une urgence vitale pour les GAFA car les états s’inquiètent de leur pouvoir grandissant. Le passage de Jack Ma, fondateur d’AliBaba, en camps de rééducation doit faire frémir les dirigeants de Google. Si demain les USA décidaient de démanteler les GAFAM, ils en ont les moyens. Mais si après demain les GAFA s’érigent comme les garants d’une idéologie à laquelle la population est soumise, alors ils seront intouchables. Tant que cette idéologie parviendra à maintenir son système d’endoctrinement et de répression.

Source: http://rage-culture.com