Mythologie personnelle versus équation libérale, ou comment la vie véritable ne peut être qu'”illibérale”

21:03, 30 decembrie 2020 | Actual | 134 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

Mythologie personnelle versus équation libérale, ou comment la vie véritable ne peut être qu'”illibérale”

Par Frédéric Andreu-Véricel

Quelques heures à Paris… entre deux voyages, quelques heures en compagnie de Pierre le Vigan. Quelques heures assez lentes pour que la petite place de Contrescarpe se découvre à sa magie particulière et que la rue Mouffetard entre dans ma „mythologie personnelle”.

„Mythologie personnelle”, une belle expression, n’est-ce pas ? Cette formule est une invention de Robert Brasillach. Une formule qui m’a fait comprendre – au sens premier du terme de „prendre avec moi”- son roman Comme le temps passe. Un roman, une histoire, une fresque de sentiments qui parle immédiatement à l’âme et de l’âme et qui scintille dans ma mémoire comme un diamant au fond d’une mine.

Comme toutes ces choses qui nous précèdent et nous dépassent, notre „mythologie personnelle” sous-entend un sous-sol, un secret, une vie cachée. Entre voilement et dévoilement de ce que contient la vie véritable, je comprends, grâce à Brasillach, que notre „mythologie personnelle” nous cherche autant que nous la cherchons. Cette relation de chercheur-cherché me parait essentielle à la vie véritable. Bien qu’elle ne donne pouvoir sur rien, elle donne souveraineté sur tout.

Certes, il n’est pas facile de se mettre à l’écoute de sa „mythologie personnelle” au milieu des bruits de la méga-machine libérale car cette machine – la plus redoutable jamais inventée par l’Homme – „refuse le halo autour des choses” et, comme le dit encore Roger Milliot, elle „appelle solidarité la cohabitation”.

Le „halo autour des choses” autre belle expression, n’est-ce pas ? On ne peut pas tous être de grands poètes comme Brasillach ou Milliot pour trouver des expressions aussi belles et justes. Cependant, nous pouvons au moins  refuser les mots qui nous nient. Nous pouvons refuser d’être les porteurs de valises remplies de ces concepts trompeurs tels que „libéralisme”. Appelons un chat un chat, un Macron un Macron, un connard un connard, par les termes idoines.

Le „libéralisme”, qu’est-ce que c’est ? Sinon le logiciel idéologique, en apparence inoffensif, d’une machine qui coupe et qui broie tout sur son passage. C’est pourquoi je préfère à libéralisme le terme de „méga-machine” pour désigner ce processus planétarisé du déboisement de l’imaginaire et de l’appauvrissement des sols.

Ce processus nihiliste (que pourfend très courageusement Pierre le Vigan) est aussi et surtout une dépossession de nos légendes et de nos vies. Il a sa géopolitique propre (le triangle des Bermudes : New York, Tel Aviv, Riad), son dispositif (le déchaînement de la technoscience), son axiome (there is no alternative) et ses thuriféraires, tel qu’Emmanuel Macron déclare : „il n’y a pas de culture française”.

Pas de culture française puisque pas de peuple, que des individus „producteurs-consommateurs” dont la finalité sur terre consiste à résoudre une équation individuelle. Pas de mythologie personnelle ou collective, pas d’augures, bon ou mauvais, pas de poésie, mais une équation à résoudre, c’est tout. Alors, quelle place laissée à la vie véritable ? Aucune.

Étrangère à la vie, la „méga-machine” ne reconnaît que l’ordre transparent du nombre, le quantitatif et la planification. Que la planification soit communiste ou libérale, au fond, cela importe peu tant que le bulldozer continue son travail d’expansion infinie.

La mythologie personnelle, la vie comme récit, voire comme récital, doit se réduire au format de l’équation chiffrée ou l’individu rationnel a remplacé la personne, la famille, la patrie et ou le qualitatif est remplacé par le quantitatif. Le monde libéral ne connaît aucun dieu, il ne procure que des joies tristes et des enfers climatisés (Henri Miller).

Que nous votions à gauche ou à droite est aujourd’hui devenu secondaire, l’important, pour le système, est que vous ne sortiez pas de votre équation à trois inconnues. Que les libéraux se rassurent, avec un immobilier parisien qui dépasse désormais les 10.000 euros le m2, il y a toutes les chances que vos vies se réduisent à ces trois inconnues :

-L’inconnue Logement

-L’inconnue Emploi

-L’inconnue Temps de transport entre logement et emploi.

Inutile de dire que cette vie-là laisse peu de place à la mythologie narrative. Nous sommes donc tous plus ou moins (y compris ceux qui tirent apparemment profit du libéralisme) prisonniers de cette équation à trois inconnues. Vous parvenez à résoudre une de ces trois inconnues et c’est alors une autre inconnue qui s’impose à vous, et ainsi de suite. Un jeu de chaise musicale sans musique : voici peut être la définition la plus précise du libéralisme qui me vient à l’esprit.

Mythologie personnelle versus équation libérale, voici en tout cas les termes d’un combat de l’âme. Cela tombe bien, Noël est aussi le théâtre du solstice d’hiver, le combat cosmique entre la lumière et l’ombre. La période de l’année, suivie de douze jours sacrés, où l’équation individuelle est sensée laisser place à sa „mythologie personnelle”, où le sapin dressé dans le foyer refait le lien entre la terre et le ciel, où la famille, séparée le reste du temps, refait „mythologie commune”.

Voici, peut être, ce que sous-entendent ces „Joyeux Noël !” et „Bonne année !” que l’on scande entre nous sans trop savoir ce qu’ils contiennent. A mon tour de vous souhaiter une mythologie de Noël et du nouvel an la plus réparatrice possible – la plus anti-libérale, a-libérale et il-libérale possible. Je vous laisse le choix de l’adjectif.

Frédéric Andreu-Véricel.

 

Source: http://euro-synergies.hautetfort.com