Marxisme et ingénierie sociale. Une note sur le droit en tant que cause au sein du matérialisme historique

10:15, 17 decembrie 2020 | Actual | 88 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

Marxisme et ingénierie sociale. Une note sur le droit en tant que cause au sein du matérialisme historique

Carlos X. Blanco

La philosophie de Marx est, une „ontologie de l’être social” avant d’être une (pseudo)-science appelée « Matérialisme historique ». Eugenio del Río, dans L’ombre de Marx [La Sombra de Marx. Estudios sobre la fundamentación del marxismo (1877-1900), Editorial Talasa, Madrid, 1993] a critiqué la „faiblesse” de la méthode matérialiste historique de Marx. Une telle méthode devrait plutôt être appelée „rationalisme analogique” (p. 200).

Cette méthode consiste en ce que, sur la base de processus locaux et concrets, des propositions globales sont énoncées par extrapolation. C’est le cas du concept de „crise” et de l’entité qui est dissoute ou générée à la suite de cette crise, à savoir le „mode de production”. La crise du féodalisme, un processus qui implique de nombreux processus sociaux, historiques et culturels, est le modèle pour parler de la crise du capitalisme qui a suivi : par analogie avec la façon dont la bourgeoisie a été – soi-disant – révolutionnaire face aux forces féodales réactionnaires, le prolétariat doit être considéré comme tout aussi révolutionnaire face à cette bourgeoisie déjà au pouvoir, elle-même parasitaire et tout aussi réactionnaire, etc. Il est pourtant bien clair que la révolution bourgeoise et la révolution prolétarienne n’ont absolument rien à voir l’une avec l’autre, que l’utilisation du terme commun „révolution”, comme tant d’autres, tels „crise”, „mode de production”, etc. est purement analogique, sinon équivoque. Les processus qui ont conduit à la dissolution de la société féodale, y compris l’émergence d’un mode de production dominant de type capitaliste, sont complètement différents de ceux qui conduiraient à une dissolution du mode de production capitaliste et à l’émergence éventuelle d’un mode de production socialiste.

Le soi-disant „matérialisme historique” a pour science à la fois la connaissance descriptive (de chaque mode de production, de ses particularités) et la connaissance analogique (les qualités ou termes communs aux différentes formations sociales et aux différents modes de production). C’est autant dire qu’elle partage avec la „science” les aspects les plus rudimentaires et élémentaires de la connaissance humaine, et en aucun cas la possibilité de faire des prédictions. Le matérialisme historique est avant tout une connaissance historique, et cette connaissance est incompatible avec le processus même de la prédiction. Comme l’a dit Georges Sorel (cité par Eugenio del Rio, p. 200) : „L’histoire est entièrement dans le passé ; il n’y a aucun moyen de la transformer en une combinaison logique qui nous permette de prévoir l’avenir”. Ce qui peut ressembler le plus à une inférence prédictive comme celles de la physique, de la chimie et des technologies basées sur les sciences naturelles, est une corrélation entre les „sphères” d’une totalité sociale.

La corrélation la plus grossière et la plus simpliste est celle que, métaphoriquement, Marx et Engels mettent en avant entre la „base” et „l’infrastructure” de la société. Le „poids” de chacune de ces sphères est très variable, en fonction de la situation, de la culture, de la phase historique, de la composition et de l’activité des classes sociales. C’est-à-dire l’histoire elle-même. L’histoire elle-même est l’étude descriptive et analogique des formations sociales et autres morphologies culturelles qui se sont développées au fil du temps qui, sans renoncer aux formulations causales, évalue le poids changeant des facteurs „de base” et des facteurs „superstructurels”. Loin de trouver du déterminisme dans les œuvres de Marx et Engels (bien qu’il y ait d’abondants passages imprégnés du positivisme et du déterminisme habituels au XIXe siècle), l’accent de la recherche doit être mis sur l’unité ou la totalité sociale. Le couple base/superstructure est un schéma de connexion de ce que précisément l’idéalisme allemand pré-marxiste avait dissocié métaphysiquement : le couple matière/esprit. Peut-être ne faut-il pas reprocher à Marx et Engels la perte de l’unité ou de la totalité des „sphères” que tout le monde reconnaît comme interdépendantes (l’économie, les relations sociales, les idées et les croyances, comme semble le faire Del Río, p. 225), mais plutôt les remercier pour leur tentative de surmonter (et donc de poursuivre, bien que „d’une autre manière”) l’idéalisme métaphysique allemand.

Le matérialisme historique, s’il parle de causes, le fait dans le sens de causes structurelles. Au sein de la totalité sociale, les différents éléments constitutifs ont des relations et des corrélations précises, qui changent en fonction de la situation historique. C’est ce même changement de vigueur ou de prédominance d’un des éléments constitutifs, qui est la matière sur laquelle porte la science de l’histoire. Un exemple pour illustrer cela est fourni par Pierre Vilar (Économie, droit, histoire, Ariel, Barcelone, 1987) en ce qui concerne le droit. Cet élément de la totalité sociale n’est pas seulement une superstructure, un effet des causes économiques ou, plus généralement, des infrastructures. Au contraire, dans l’œuvre de Marx, le droit apparaît comme un élément causal (structurel) de premier ordre dans certains contextes concrets. Diachroniquement, la loi occupe une position structurelle mobilisatrice et formatrice :

„Faut-il ajouter que le droit, produit de l’histoire, en est aussi un des facteurs ? Comme tout élément de la totalité historique, le produit devient une cause. Elle est causée par sa simple position dans la structure de l’ensemble. Il n’y a pas d’éléments passifs dans le complexe historique” (p. 134).

La loi façonne les mentalités et les façons d’agir, et est donc la cause et le conditionneur d’autres causes. Il ne s’agit pas de faire des actions ouvertement ou en secret. Nous en avons un exemple classique dans les lignes que Marx consacre au „vol” de bois de chauffage en Rhénanie :

„…L’importance du droit, dans l’interprétation historique d’une société, est qu’il nomme, qualifie et hiérarchise tout divorce entre l’action de l’individu et les principes fondamentaux de cette société… Avant la décision de la Diète rhénane, le bois était ramassé, puis volé. Un article de loi transforme un „citoyen” en „voleur” (p. 111).

Au nom d’une raison plus „éclairée”, les droits féodaux et coutumiers qui garantissaient aux pauvres un approvisionnement en bois de chauffage ont été supprimés à l’époque où Marx a écrit sur le sujet. Comme tant de mesures juridiques „avancées”, ces changements juridiques ont porté un coup dur aux plus défavorisés. La suppression des anciens droits „féodaux” et „anachroniques” au nom du Progrès est la cause de la crise d’un ordre ancien et de l’avènement de nouveaux rapports de production. L’accumulation primitive, l’abolition des „lois du pauvre”, les confiscations, etc. ont toujours été des instruments et des causes de l’avancée hégémonique de la bourgeoisie. Dans le cadre actuel, toutes les innovations juridiques (très imaginatives et contraires au Droit naturel) en matière de reproduction (les mères porteuses, par exemple) et de politique familiale (extension à l’absurde du concept de mariage et de famille), sont de parfaits exemples d’ingénierie juridique, par laquelle les mentalités et les coutumes sont modifiées au profit du grand capital. Si le grand capital constate que les institutions, les douanes et les structures sont des obstacles à sa production et à son accumulation, il les supprime ; et en les supprimant, le changement juridique est fondamental.

Que la gauche parie sur une législation qui, unilatéralement, semble être „un pas en avant” signifie, la plupart du temps, un pas en arrière dans les droits de la plupart des travailleurs. Il y a des pas en avant qui le sont, mais vers l’abîme. Les institutions qui ont prouvé leur efficacité pendant des siècles ne doivent pas être considérées comme „rétrogrades”. C’est le pire héritage de la gauche postmoderne, confondant le stable et le valide avec ce qui est (ou serait) réactionnaire. La famille, le mariage monogame, la législation et les organisations religieuses caritatives ou éducatives, etc. ont été les béquilles et les boucliers des classes subalternes de la société européenne depuis l’aube du Moyen Âge. Le dénigrement de ces réalités peut servir de propagande pour les nouvelles innovations en matière d’ingénierie sociale, mais il ne s’agit en aucun cas d’un hommage à la vérité et à la science.

 

Source: http://euro-synergies.hautetfort.com