Manuel Estrada: LE VENEZUELA ET LE MONDE MULTIPOLAIRE (VIDEO)

09:01, 19 noiembrie 2019 | Actual | 82 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

Chisinau Forum

20-21 septembre

Manuel Estrada, Étudiant en master d’études latino-américaines

à l’Université Paris III (Sorbonne Nouvelle)

“Le monde du XXIe siècle qui se profile déjà à l’horizon, ne sera ni bipolaire, ni unipolaire, mais grâce à Dieu, il sera multipolaire.”

Ce sont les mots prononcés par Hugo Chavez lors d’une conférence qui s’est tenue à Caracas le 12 août 1998, pour indiquer l’orientation de sa politique extérieure au cas où il serait élu président du Venezuela.

Suite à son premier succès électoral, Chávez prend des décisions politiques pour que son pays fasse partie du groupe de pays impliqués dans la construction dumonde multipolaire. C’est ainsi que le Venezuela établit des alliances stratégiques avec la Russie, la Chine, l’Inde et l’Iran.

Après le décèsd’Hugo Chavez, les adversaires de la Révolution Bolivarienne décident de faire pression sur son successeur, Nicolás Maduro, pour induire un changement politique au Venezuela.

En ce sens, le 9 mars 2015, Barack Obama signe l’ordonnance 13 692, dans laquelle il déclare que le Venezuela est “une menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique extérieure des Etats-Unis.”

Le 25 août 2017, poursuivant la tâche entamée par Obama, Donald Trump signe l’ordonnance 13 808 qui interdit aux banques américaines de réaliser de nouvelles transactions avec le gouvernement vénézuélien ou avec sa compagniepétrolière publiquePetroleos de Venezuela SA(PDVSA).

De nombreux analystes interprètent cette sanction comme une punition collective puisqu’elle affecte non seulement legouvernement vénézuélien, mais aussi la population en général.

Nonobstant ce qui précède, le 28 janvier de l’année en cours, Donald Trump signel’ordonnance 13 857, comme prélude à d’autres dispositions. De même, Il reconnaîtJuan Guaidó comme le “président par intérim” du Venezuela.

Ces deux événements provoquent la fermeture de comptes bancairesauprès d’institutions financières, la perte de l’accès au crédit, ainsi que d’autres restrictions financières qui affectent la production pétrolière et, par conséquent, l’économie nationale.

En ce qui concerne l’impactsur la vie et la santé des vénézuéliens, une étude réalisée par le Centre de Recherche Economique et Politiquesouligne les informations suivantes : réduction de la consommation calorique, augmentation de maladies, augmentation du nombre de décès (40 000 entre 2017 et 2018), et accroissement du nombre de migrants.

Malgré toutes les souffrances provoquées par les sanctions, la Maison Blanche n’atteint pas son objectif de concrétiser un changement politique au Venezuela.  Cela s’explique par la force de l’union civique et militaire, entendue commel’un des grands héritages de Hugo Chávez pour préserver la souveraineté politique du pays.

Mais si nous parlons de la souveraineté économique, la conception et la mise en œuvre d’une nouvelle architecture financière,autonome des décisions des États-Unis, devientune tâche urgente pour avancer dans la construction du monde multipolaire.

Navighează dupa cuvinte-cheie: , ,