L’Union Européenne fait pression pour un passeport vert numérique

12:37, 4 martie 2021 | Actual | 236 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

C’était, dans un passé récent, une théorie des complotistes, vilipendée par la conscience morale universelle et la bien-pensance covidienne qui n’avaient de mots assez durs pour diaboliser ceux qui osaient hypothéquer sur une obligation vaccinale détournée via un passeport vert, sésame pour un retour « à la vie normale ».

Aujourd’hui, la théorie complotiste devient réalité : l’Union Européenne veut imposer un passeport vert numérique appelé Digital Green Pass pour les déplacements de travail ou de vacances, au nom de la « sécurité de tous ». Ce qui signifie en clair que le vaccin sera obligatoire pour pouvoir voyager.

Un projet qui présente de nombreux obstacles, compte tenu des nombreux sceptiques en France, en Allemagne et aussi en Italie qui ont déjà déclaré qu’ils ne recevraient pas d’injection de sérum. Pour eux qu’en sera-t-il ? Et qui garantira le secret des données médicales ?  Et puis il y a un autre problème objectif : tous les pays n’ont pas encore des doses suffisantes. Bien sûr, dans les mois à venir, des livraisons de millions de doses sont prévues mais vacciner tout le monde prend du temps. « Préparez-vous à une campagne de masse », exhorte alors une Union européenne qui rêve passeport numérique au plus vite.

« La proposition sera présentée d’ici mars », a annoncé Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne. « Ce mois-ci, nous présenterons une proposition législative pour le laissez-passer numérique. Le but est de certifier que les personnes ont été vaccinées, ou de préciser les résultats des tests de ceux qui n’ont pas pu se faire vacciner. » Le système « respectera la protection, la sécurité et le caractère privé des données personnelles la protection des données, la sécurité et la vie privée », assure la présidente de la Commission européenne sur Twitter en anticipant les voix critiques.

« Le green pass covid facilitera la vie des Européens. L’objectif est de leur permettre, progressivement, de se déplacer en toute sécurité dans l’UE ou à l’étranger, pour le travail ou le tourisme », a-t-elle souligné.

Ce passeport vert « sera une proposition législative. Ce ne sera donc pas facultatif, mais aura la valeur d’un instrument juridique basé sur les traités de libre circulation. Une fois présentées aux dirigeants, lors du sommet du 25 mars, sur cette base les mesures seront prises pour organiser la vraie mobilité », a ajouté la vice-présidente de la Commission européenne, Margaritis Schinas. Le porte-parole de la Commission européenne, Eric Mamer, a expliqué que l’exécutif travaille sur une proposition juridique visant à « faciliter la libre circulation en toute sécurité dans l’UE ».

L’objectif est que le laissez-passer soit en vigueur dans trois mois ou en été. « Le passeport concernera les déplacements entre une frontière et une autre, mais pas ce qui peut être fait avec le laissez-passer au sein de l’État membre », a déclaré le porte-parole.

Pour éviter la « discrimination », seuls 5% des Européens ont été vaccinés à l’heure actuelle, ce passeport vert contiendra également les résultats de tous les tests ou l’immunité réussie après la maladie du covid. Le laissez-passer vaccinal sera basé sur des certificats médicaux de vaccination sur lesquels les États membres se sont déjà accordés. Les lignes directrices sur les données qu’elles contiendront ont déjà été approuvées en janvier, et il faudra désormais trois mois pour les travaux techniques. La présidente de la Commission européenne a insisté sur l’importance de « développer une approche européenne » du système de passeport vaccinal. « Si nous n’y parvenons pas, les initiatives bilatérales » des États membres « créeront encore plus de difficultés » et même de grandes entreprises comme « Google et Apple sont prêtes à proposer des solutions à l’OMS ».

Alors, l’obligation de la vaccination pour tous, une théorie du complot ? Car l’on a beau alors torde les mots dans tous les sens, ce projet de passeport vert numérique vise bien à une obligation vaccinale détournée pour travailler et voyager. Et au fil des mois, il est fort probable que ce laissez-passer covidien deviendra tout autant obligatoire pour aller au restaurant, au cinéma, dans une salle de sport, pourquoi pas les magasins, les universités et autres lieux publics…  Et ceci n’est qu’une énième « théorie complotiste », qui a de fortes chances de se réaliser.

Bienvenue dans le “meilleur des monde” d’après !

Francesca de Villasmundo

Source: https://strategika.fr