L’Occident existe-t-il ?

15:19, 8 februarie 2021 | Actual | 133 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

Avec cette réflexion approfondie d’Emanuel Pietrobon, notre Observatoire « Sinistra in Rete » poursuit aujourd’hui son débat sur le concept d’Occident : Emanuel Pietrobon, spécialiste en géopolitique, dans cet article, confronte la problématique de la double nature de l’Occident, un concept géopolitique qui a été enveloppé dans une superstructure de valeurs créée a posteriori. Mais dans la sphère géopolitique américaine, de nombreuses tendances innées, d’essence non occidentale, persistent et continuent à se manifester, sous différents points de vue, dans divers pays: Pietrobon cite les cas de la Turquie, de la Hongrie, de la Pologne et de l’Allemagne

Lorsque l’on parle de l’Occident, on se réfère à un bloc précis du monde caractérisé par une série d’éléments communs, tels que les traditions culturelles, la philosophie politique et religieuse, les valeurs sociales, le système économique et la culture politique articulée sur le binôme État de droit – démocratie.

L’Occident, plus en détail, correspondrait à une entité géopolitique précise, articulée sur le rôle central des États-Unis et sur la présence périphérique d’autres puissances, comme le Canada, le Japon, l’Union européenne, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la Turquie.

Qu’on le veuille ou non, l’Occident est un bloc uni et cohérent, difficile à déstabiliser car il repose sur des valeurs communes et partagées. Il n’est donc pas surprenant que la plus grande et la meilleure expression de l’Occident soit l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), la plus grande et la plus durable des alliances militaires sur la planète.

Au nom de la défense du „monde libre” que l’Occident garde, protège et représente, la guerre froide et les guerres en Corée, au Vietnam et en Irak ont été menées, des coups d’État ont été promus dans le monde entier et même ce qui a été rebaptisé „guerre sans fin”, c’est-à-dire la guerre contre les djihadistes internationaux, a été lancé.

Les pays occidentaux sont tellement unis qu’ils sacrifient leurs intérêts nationaux au nom d’un bien suprême, à savoir la protection de la communauté, la survie du monde libre, et ils se préparent aujourd’hui à ce qui semble être la guerre froide du nouveau millénaire : celle contre la République populaire de Chine.

À ce stade, cependant, nous devons prendre du recul et revenir à l’unité et à la cohésion de ce bloc, parce que cette unité et cette cohésion sont fausses. L’Occident, tel qu’on le comprend actuellement, n’a jamais existé et est, en fait, maintenu artificiellement en vie par les États-Unis parce qu’il s’avère fonctionnel pour la perpétuation de l’ordre international qui a émergé après la Seconde Guerre mondiale, des cendres de l’eurocentrisme, et s’est consolidé avec la chute de l’Union soviétique.

L’Occident n’a jamais existé avant 1945 et lutte pour exister de manière autonome encore aujourd’hui, malgré les milliards de dollars investis par les États-Unis pour hégémoniser culturellement le Vieux Continent. L’américanisation de l’Europe est une réalité irréfutable: coutumes, valeurs, idées, mode de vie, politique, vêtements, culture, musique, langue ; tout est importé par l’ancien cousin rebelle devenu père-maître d’une famille dysfonctionnelle.

On disait autrefois que „quand Paris a froid, l’Europe éternue”, aujourd’hui on peut dire que „quand l’Amérique a froid, l’Europe fait de l’hypothermie”. Les événements qui ont suivi la mort de George Floyd en sont la preuve la plus éloquente: la bataille culturelle de la gauche radicale et des antiracistes de Black Lives Matter a rapidement traversé l’océan Atlantique, atteignant des sommets d’extrémisme encore plus élevés que ceux atteints aux États-Unis.

Pourtant, outre l’américanisation des coutumes, la spectacularisation hollywoodienne de la politique, l’appauvrissement linguistique causé par la domination de l’anglais et les luttes menées dans le monde entier pour défendre l’idée du monde qu’est l’Occident, il est légitime de soutenir qu’il s’agit d’un artifice.

Un Occident existe, c’est clair, mais c’est un monde dans un monde. Les Occidentaux sont les États-Unis, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la Scandinavie, berceaux du libéralisme politique et avant-gardes des révolutions (ou involutions ?) sociales et culturelles qui, de là, se sont étendues au reste de la civilisation du bloc euro-américain. Mais ne sont pas et ne seront peut-être jamais occidentaux des pays comme la Turquie, la Hongrie, la Pologne et l’Allemagne.

Vous pouvez occidentaliser leurs coutumes et leurs esprits, et même convaincre leurs politiciens de participer à certaines guerres, mais seulement pour un temps. L’épopée occidentalisante de la Turquie a duré le temps de Mustafa Kemal mais, de 1960 à aujourd’hui, les forces armées, gardiennes d’une constitution anti-historique et contre nature, puisqu’elle est républicaine, laïque et occidentale, ont dû intervenir, ou ont menacé d’intervenir, à dix reprises pour protéger ces valeurs importées et transplantées par la force. Finalement, la force brute ne suffit pas: Recep Tayyip Erdogan, le père de la nouvelle Turquie, l’emporte sur l’ordre kémaliste, dont le dernier et faible coup de queue s’est manifesté en juillet 2016.

Si l’Occident était vraiment le bloc cohérent et unifié tel qu’il se présente, les chartes fondamentales de ses membres ne seraient pas protégées par la force et, surtout, nous ne verrions pas de telles oscillations. L’ascension imparable d’Erdogan est la preuve que la Turquie n’est pas l’Occident et que son maintien en son sein, forcé et contraint pour des raisons géopolitiques, n’a pas été possible.

Il y a plus de rivalités entre la Turquie et ses supposés alliés qu’il n’y en a dans le monde. Erdogan est, tout simplement, l’expression d’une révolution que le peuple, c’est-à-dire la Turquie profonde, cherchait depuis soixante ans et qu’il a finalement réalisée. La Turquie n’était pas et n’est pas l’Occident, mais elle était et est encore la Sublime Porte entre l’Europe et l’Asie, le cœur battant du panturquisme et du nationalisme islamique et, surtout, le rival par excellence du Vieux Continent.

En Hongrie et en Pologne, au contraire, le dégagement se fait de manière plus douce, également en raison de l’adhésion de ces deux pays à l’Union européenne, mais, néanmoins, il se produit. Aucun parti, dans le court interlude démocratique des deux pays, n’a jamais bénéficié du consensus dont le Fidesz et ‘’Droit et la Justice’’, deux forces politiques aux aspirations révolutionnaires et non occidentales, disposent aujourd’hui.

Viktor Orban, le leader du Fidesz, qui en plus d’être un homme politique est aussi un penseur d’une certaine complexité, est celui qui a lancé la révolution illibérale qui a traversé l’Occident pendant des années et qui a finalement atterri aux États-Unis en 2016. Orban est le théoricien d’un nouveau modèle de civilisation, antithétique à l’Occident parce que non libéral, chrétien et tourné vers l’Orient. Orban est aussi celui qui a permis à la petite Hongrie de se projeter hors des frontières européennes, en récupérant l’ancienne idéologie touranienne, sur les terres d’Asie centrale et les pentes du Mont Fuji.

Le touranisme est une école de pensée que l’on croyait morte jusqu’il y a quelques années, mais qui est maintenant un sujet d’étude en Hongrie, en Turquie et dans les pays d’Asie centrale. En tant qu’idéologie, elle a échoué au moment de sa conception, qui s’est produite au tournant des XIXe et XXe siècles, car elle n’a pas réussi à convaincre les peuples installés en Europe d’origine turque, mongole et/ou ouralo-altaïque (comme les Magyars, les Turcs, les Finlandais, les Tatars, etc.) de s’allier dans une perspective hostile au panslavisme et au pangermanisme.

Aujourd’hui, cependant, au nom de la fraternité turque, la Hongrie, la Turquie et les « -stan » coopèrent de manière fructueuse et active dans le cadre du Conseil turc, échangent des étudiants, organisent des événements culturels, se font des cadeaux, se prêtent de l’argent. Les frères turcs ont été les premiers à répondre aux appels à l’aide de Budapest lors du déclenchement de la pandémie de Covid-19 ; un signe des temps.

Le touranisme mis à part, si la cohésion et l’unité étaient les éléments constitutifs de l’Occident, puisqu’il est représenté comme un ensemble impérissable, la Hongrie aurait également dû enterrer d’anciennes revendications territoriales dans la zone des Balkans et de l’Europe de l’Est, mais ce n’est pas le cas.

La Pologne, tout comme la Hongrie et la Turquie, a dépoussiéré, au cours de ces dernières décennies, de vieux rêves hégémoniques et identitaires qui peuvent être, oui, complémentaires à l’Occident mais qui, en fin de compte, lui seront défavorables en raison de contradictions sous-jacentes. La référence est ici l’Intermarium (Międzymorze), un concept géopolitique élaboré par l’un des pères de la Pologne moderne, Józef Piłsudski, dans l’entre-deux-guerres.

Piłsudski, effrayé par l’idée d’un encerclement russo-allemand perpétuel, a estimé que la Pologne devait investir toutes ses ressources humaines, économiques et diplomatiques dans la reconstitution de l’ancien royaume polonais, même de manière informelle, en créant une union inoxydable avec le voisinage composé des actuels Bélarus, Ukraine et Lituanie (ainsi que de l’Estonie et de la Lettonie). L’histoire se répétera, la Pologne sera à nouveau engloutie par les Russes et les Allemands, les catholiques persécutés pour leur foi, le Christ de l’Europe mourra à nouveau. Le temps lui a donné raison et la Pologne n’a retrouvé la liberté et l’indépendance qu’en 1989.

Après une brève parenthèse de pur pro-européanisme et d’enchantement libéral, le paysage politique polonais a vu l’entrée en scène du parti ‘’Droit et Justice’’, une création des frères jumeaux Lech et Jaroslaw Kaczyński. Ce dernier, qui a succédé au premier après sa mort dans le controversé accident d’avion de Smolensk en 2010, a exprimé une vision très similaire à celle d’Orban, mais sans l’ingrédient eurasiatique, rêvant de la construction d’une Pologne en position antagoniste, au sens culturel, face à l’Occident.

Même l’Allemagne, bien qu’elle ait abandonné son identité nationale au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, à la suite des horreurs consécutives au nazisme, continue de montrer que les vieilles habitudes ont la vie dure, comme en témoigne le partenariat discrètement créé avec la Chine ces dernières années. Il a fallu deux guerres mondiales pour que l’Allemagne se dé-germanise (presque) complètement, mais les tendances eurasiennes et hégémoniques de ses tropismes diplomatiques n’ont pas été effacées. Tendances qui ont sous-tendu l’hostilité de l’administration Trump envers Berlin : un allié loyal plus enclin à la soumission aveugle que la plupart des autres, mais toujours redoutable car naturellement prédisposé à échapper subrepticement à l’hégémonie américaine.

L’Occident existe, oui, et l’Italie, l’un des pays les plus américanisés d’Europe, en est la preuve, mais c’est la coercition, et non le partage présumé d’éléments communs, qui le maintient à flot et perpétue son existence. Il est peut-être impossible d’éviter sa désintégration, mais les pays qui y resteront seront toujours l’Occident.

Source: http://euro-synergies.hautetfort.com