L’obsession des États-Unis pour leurs narratives vont les faire entrer en collision avec la réalité

21:20, 18 februarie 2021 | Actual | 44 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

Le cirque qu’a été cette mise en scène de « l’impeachment de Trump » se termine et la réalité peut maintenant reprendre sa place :

Maintenant que le procès pour la destitution de son prédécesseur est terminé, le président Biden va rapidement faire pression pour faire adopter son plan d’aide aux victimes du coronavirus, d’un montant de 1 900 milliards de dollars, avant de passer à un programme encore plus important au Congrès qui comprend les infrastructures, l’immigration, la réforme de la justice pénale, le changement climatique et les soins de santé.

Après le spectacle qu’a été ce conflit constitutionnel, le nouveau président „occupe maintenant le devant de la scène d’une manière que les premières semaines n’ont pas permis”, a déclaré Jennifer Palmieri, qui a été directrice de la communication de l’ancien président Barack Obama. Selon elle, la fin du procès signifie que „2021 peut enfin commencer”.

« Attendez ! » crie l’industrie médiatique. Cela ne correspond pas à notre scénario. Le côté « gauche » des médias est là pour accuser Trump chaque minute qui passe et le côté « droit » est là pour condamner constamment la « gauche » pour s’en prendre à Trump. Au cours des cinq dernières années, ce système a produit des taux d’audience record pour tout le monde.

Wolf Blitzer @wolfblitzer – 16:11 UTC – Feb 15, 2021

Le procès Trump est terminé, mais les enquêtes locales, étatiques et fédérales se poursuivent. Il pourrait y avoir une commission de type 11 septembre. Les organisations de presse continuent d’enquêter. Et @realBobWoodward travaille à un livre sur les derniers jours de Trump. En résumé : nous allons en apprendre beaucoup plus.

« Je vous ai entendu », répond Nancy Pelosi. Et quel meilleur moyen de cacher que Biden poursuivra les mêmes politiques que Trump (mais saupoudrées de quelques charlataneries LBGTQWERTY) plutôt que de prolonger le cirque narratif :

Le Congrès va créer une commission indépendante pour enquêter sur l’attaque du Capitole le 6 janvier, y compris sur les faits „relatifs à l’interférence avec le transfert pacifique du pouvoir”, a annoncé lundi la présidente du Parlement californien, Nancy Pelosi. …
Les appels se sont multipliés en faveur d’une enquête bipartite et indépendante sur les manquements de l’administration et des forces de l’ordre qui ont conduit à la première violation du Capitole depuis deux siècles, en particulier après que le Sénat ait acquitté l’ancien président Donald J. Trump dans son procès de destitution pour incitation aux émeutes. Pour certains législateurs, une telle commission offre la dernière grande occasion de tenir M. Trump pour responsable.

Oui Nancy, enquêtons sur cette question et sur d’autres du même genre : Pourquoi la demande du chef de la police du Capitole du renfort d’une garde nationale a-t-elle été refusée avant l’émeute ? demandent les républicains à Nancy Pelosi.

Garder un œil sur Trump est bien sûr le meilleur moyen de garantir que les Républicains continueront à s’en tenir à son récit et qu’il reviendra :

Bien que les primaires de 2024 soient encore loin, qui sait ce qui se passera avec Trump dans trois mois, et encore plus dans trois ans ? – il est actuellement en train d’écraser tout rival potentiel. 53 % des Républicains ont déclaré qu’ils voteraient pour Trump si la primaire avait lieu aujourd’hui.

Tous les autres espoirs Républicains sont dans le bas de l’échelle, à part Mike Pence, qui a obtenu 12 % des voix. Marco Rubio, Tom Cotton, Mitt Romney, Kristi Noem, Larry Hogan, Josh Hawley, Ted Cruz, Tim Scott et Rick Scott ont tous des intentions de vote en dessous de 5 %. Seuls Donald Trump Jr. et Nikki Haley ont obtenu 6 %.

Une enquête plus approfondie sur l’invasion du Capitole lors du Mardi Gras contribuera également à faire adopter de nouvelles lois sur le « terrorisme intérieur ». On sait déjà vers qui elles seront dirigées :

Thomas B. Harvey @tbh4justice 17:56 UTC – 15 février 2021

Le FBI arrête un manifestant BLM, affirmant que ses messages sur les médias sociaux montrent qu’il est „sur la voie de la radicalisation”. Un juge a déterminé qu’il est dangereux à cause de ces posts et a ordonné sa détention sans caution. C’est vers cela que nous nous dirigeons si nous acceptons cette histoire de terrorisme intérieur :

Le FBI a mis en garde contre les attaques d’extrême droite. Ses agents arrêtent un ex-soldat de gauche.

Bienvenue à l’ère du capitalisme de surveillance, où chaque diatribe que vous aurez publiée et qui ne correspond pas au récit officiel peut (et sera) utilisée contre vous :

Cela représente clairement une toute autre ampleur de „contrôle” – et lorsqu’il est allié aux techniques anti-insurrectionnelles occidentales de détournement du récit „terroriste”, mises au point pendant la „Grande Guerre contre le terrorisme” – il constitue un outil formidable pour freiner la dissidence, tant au niveau national qu’international.
Mais il présente cependant une faiblesse fondamentale.

Tout simplement, parce qu’à cause du fait d’être si investi, si immergé, dans une „réalité” particulière, les „vérités” des autres ne sont plus – ne peuvent plus – être entendues. Elles ne peuvent plus fièrement se distinguer au-dessus de la morne plaine du discours consensuel. Elles ne peuvent plus pénétrer dans la coquille durcie de la bulle narrative dominante, ni prétendre à l’attention d’élites si investies dans la gestion de leur propre version de la réalité.

La „faiblesse fondamentale” ? Les élites en viennent à croire leurs propres récits – oubliant que ce récit a été conçu comme une illusion, parmi d’autres, créée pour capter l’imagination au sein de leur société (et non celle des autres). ….

Les exemples sont légion, mais la perception de l’administration Biden selon laquelle le temps a été gelé – à partir du moment où Obama a quitté ses fonctions – et en quelque sorte dégelé le 20 janvier, juste à temps pour que Biden reprenne tout à cette époque antérieure (comme si ce temps intermédiaire n’existait pas), constitue un exemple de croyance en son propre mème. La stupéfaction – et la colère – de l’UE, qui a été décrite comme „un partenaire peu fiable” par Lavrov à Moscou, est un exemple de plus de l’éloignement des élites du monde réel et de leur captivité dans leur propre perception.

L’expression „l’Amérique est de retour” pour diriger et „fixer les règles du jeu” pour le reste du monde peut être destinée à faire rayonner la force des États-Unis, mais elle suggère plutôt une faible compréhension des réalités auxquelles les États-Unis sont confrontés : Les relations de l’Amérique avec l’Europe et l’Asie étaient de plus en plus distantes bien avant l’entrée de Biden à la Maison Blanche – mais aussi avant le mandat (volontairement perturbateur) de Trump.

Pourquoi alors les États-Unis sont-ils si systématiquement dans le déni à ce sujet ?

Les États-Unis – ou du moins leurs « élites » – ont besoin de se réveiller, de sortir de leur monde narratif et de revenir à la réalité.

L’alternative est une collision violente avec les réalités que d’autres, nationaux ou étrangers, perçoivent.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Jj pour le Saker Francophone

Source: https://lesakerfrancophone.fr