LA GUERRE D’ANÉANTISSEMENT ET LA PAIX APPARENTE

21:20, 12 ianuarie 2021 | Actual | 91 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

En rappelant que la guerre n’a pas un caractère moral et ne peut comporter en soi un caractère criminel, en disqualifiant d’avance et par le droit la figure de l’ennemi, la guerre d’anéantissement, en dehors de toute référence aux legs de la civilisation, se développe en dessous de la paix apparente, conformément au sens originel de la lutte et de sa fureur élémentaire. Elle se définit dans la dimension conjointe de l’affrontement guerrier et de la perspective d’anéantissement de l’adversaire. Sous forme de lutte à mort, elle resserre en un seul concept, trois buts de guerre, politique, militaire et civil. Politique (par un choc étatique des armées), militaire (par une suppression de toute opposition et de toute résistance sur les arrières), et enfin, génocidaire (par la confusion des civils et des militaires et l’absence de toute retenue et contrainte violente). Elle produit une fusion destructrice de trois facteurs de résistance, la force actuelle, le potentiel de mobilisation et la force vive du peuple ou de la nation. Enfin, dans une apothéose de mort elle conduit à la suppression de tout antagonisme, peuple, race ou religion. Cela signifie l’éradication de l’ennemi du cours de l’histoire et, de ce fait, une guerre totale, en son pur principe. Ce type de guerre comporte la liquidation immédiate et soudaine d’une portion définie, organisée et territoriale de l’espèce humaine et configure ainsi la conception d’une guerre d’effacement existentiel, au dessus de laquelle tout armistice est trompeur, aléatoire et précaire. Deux exemples confirment cette analyse: la bataille de Canne (216 a.J-C) et la destruction de Carthage par les Romains dans l’antiquité et l’Opération „Barbarossa” pour l’anéantissement de l’URSS dans la troisième guerre mondiale (juin 1941). Le but d’éliminer l’adversaire et de raser Carthage après la deuxième guerre punique, fit de Rome la maîtresse du „Mare Nostrum”; la conquête de l’espace vital (le Lebensraum), devait permettre un repeuplement de l’immense étendue des terres de l’hémisphère Nord de l’Eurasie pour la constitution allemande d’un empire millénaire. Le Drang Nach Osten (la marche vers l’Est) aurait pu assurer une domination in-contrastée au Herrenvolk (le Peuple des Seigneurs).

Différente dans la forme, mais similaire pour les enjeux et surtout pour les issues, l’anéantissement des populations européennes par la guerre du ventre des femmes musulmanes. L’asymétrie démographique et la mobilité humaine compensent ainsi les buts de conquête politiques et militaires. La proclamation de la guerre du ventre fut une anticipation prémonitoire de Houari Boumediene. L’avait-on oublié?

En avril 1974, le président de la république algérienne, Houari Boumediene, prévenait l’Europe du projet de transplantation de peuple qui se préparait :

« Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas en tant qu’amis. Ils iront là-bas pour le conquérir, et ils le conquerront en le peuplant avec leurs fils. C’est le ventre de nos femmes qui nous donnera la victoire ».

L’histoire c’est aussi la démographie, éruption irrésistible du vivant.

La perspective d’anéantissement du Nord par le Sud de la planète est la forme de la Lebensraum des opprimés contre les nantis Une perspective d’anéantissement lent, souterrain et insidieux, par l’étreinte démographique des populations. Une poursuite de la décolonisation, en forme d’invasion et de revanche, qui montent par vagues successives, par terre et par mer, soutenues par des organisations militantes. C’est le purgatoire des démunis et la noyade des populations autochtones. Ce sont les flux, refusés par la Grande Bretagne et sources de dissolution, de désagrégation et de conflit. Est loin des esprits, dans cette forme piétiste de la guerre des mondes, le principe westphalien du „cuius regio eius religio” (ou non ingérence idéologique), mais aussi celui du „cuius economia, eius regio” (individualisme ou étatisme économique), et encore le différent déterminisme des paradigmes de la connaissance „cuius religio, eius universalis cognitio”(telle religion, tel universalisme), visant l’identité, la famille, le groupe, la religion et la divinité. L’anéantissement touche ici aux principes premiers, ceux de la mission et de la foi. Un peuple ou un communauté affectés de l’intérieur par une „guerre des dieux” sont un peuple et une communauté condamnés à la disparition et à la sortie de l’histoire. Dans la guerre d’anéantissement démographique ou racial, la défense immunitaire de la philosophie et du droit est pervertie en son contraire, l’égalisation des conditions et des statuts. C’est la porte ouverte à l’exercice d’une violence disruptive, vindicative et revendicative de la part de l’étranger, devenu citoyen. Dans ces conditions la guerre n’est plus considérée comme une relation d’État à État, mais comme une révolte et insoumission permanentes, dépourvues de leaders et donc in-négociable. L’envahisseur, ami de l’ennemi extérieur est le premier fossoyeur de l’arène politique à qui on a remis les clés de la cité et qu’il livre au frère ennemi, lorsque la guerre civile est surmontée par la guerre étatique. La guerre de substitution, par noyade ethnique ou raciale, a son moment culminant dans la délivrance de toute obéissance, désignant une crise d’autorité et une prise de terre à repeupler.

Protégé par une philosophie humanitariste, consentie à l’ennemi sécessionniste, l’ekthrsos profite de la vie publique pour attiser les antagonismes des vieux conflits interconfessionnels et se hisser à la tête de la terreur extrémiste. De facto la guerre d’anéantissement se prépare dans l’antériorité de la guerre civile des sociétés ouvertes et dans la préparation souterraine des guerres d’étripement et de terreur qui la précèdent. Cela prouve que le monde n’est pas un village planétaire mais un espace protégé par les murailles du droit qui veillent à la sécurité des nations, sous le brouillard de la paix apparente de Saint Augustin. La bataille qui précède la guerre d’anéantissement est au même temps juridique et philosophique, afin que l’envahisseur ne puisse disposer des armes lui permettant de violer l’état de la pacification existante et de poignarder au dos le parti de la cohabitation et du „statu quo”, par une fausse égalisation des conditions. Est guerre d’extermination dans les deux cas, la perspective d’anéantissement par l’atome, le globalisme prophétique, le millénarisme climatique et le réinitialisation de Davos. Concepts englobés dans les deux expressions de destruction complète et d’abattement total, sans pour autant que soit identifié l’auteur de cette guerre d’anéantissement qui, à l’inverse des perspectives civilisationnelles du passé, permettrait demain sa condamnation et sa mise au ban des nations.

 

Source: http://www.ieri.be