L’enjeu majeur du moment: vaincre la ploutocratie

12:17, 8 aprilie 2019 | Actual | 1087 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

(Préface à l’édition en roumain du livre écrit par Valérie Bugault et Jean Rémy ”Du nouvel esprit des lois et de la monnaie. Les moyens d’une véritable démocratie”, Chișinău, Universitatea Populară, 2017) 

Le livre des deux auteurs français – Valérie Bugault, docteur en droit, spécialiste en fiscalité internationale, et Jean Rémy, ancien banquier international –, est un ouvrage d’une fervente actualité. A l’époque où la manipulation est devenue un état de choses généralisé, où les ingénieries sociales de programmation mentale ont fait un gigantesque saut en avant, les deux auteurs parviennent non seulement à garder l’esprit critique et à pénétrer les codes secrets de la ploutocratie globale, mais aussi à rendre la lucidité au lecteur en quête de vérité et de justice.

L’investigation menée par les deux auteurs seraient incomplète s’ils ne réussissaient à faire une pertinente recherche historique du phénomène analysé, qui remonte jusqu’aux périodes préhistoriques akkadienne et sumérienne, en traversant l’Antiquité et les temps plus récents, en insistant ensuite, indispensablement, sur le moment de l’ainsi dite Révolution Française. Cette rétrospective poursuit un but pratique bien défini. Elle répond à une impérative nécessité: on peut diagnostiquer et traiter une maladie seulement si l’on en détermine la cause. Et la vocation de premier rang de cet ouvrage est justement celle de définir clairement les solutions pratiques qui s’imposent, afin de démonter le système actuel juridique et financier, un système qui s’est emparé du monde, qui sert les intérêts de la secte cleptocratique constituée de banquiers internationaux et qui assujettit tous les peuples du monde.

A l’époque où l’oligarchie financière planétaire s’est fait son chemin et a imposé des modèles de raisonnement et de pensée, qui donnent à l’état actuel de choses dans le domaine financier, économique, juridique et politique une apparence de normalité qui semble se fonder sur des lois immuables, semblables aux lois de la physique ou des sciences exactes, Valérie Bugault et Jean Rémy dévoilent la vénalité du Système avec une vigueur scientifique et une force de conviction exemplaires.

L’ascension de « l’homo oeconomicus » a constitué une constante tout le long de l’Histoire de l’Occident, jusqu’à sa « chute » dans la Modernité. Mais  le triomphe des usuriers, des commerçants, est devenu possible juste au moment de l’ainsi dite Révolution Française, résultat des manœuvres d’un tagme social qui manquait, jusqu’à ce moment-là, de toute honorabilité sociale. Dans ce sens l’un des mérites de ce livre est la capacité particulière des auteurs de montrer d’une façon laconique et exacte, propre au style académique authentique, l’essence de la nouvelle époque qui s’est instaurée après 1789 et de la guerre tacite, cachée, menée sans arrêt par les maîtres du « fait économiques » contre le « fait politique ».

Avec le crime de régicide, la désacralisation du pouvoir et la proclamation de l’affirmation des masses sur la scène de l’Histoire, avec ce semblant de démocratie, de pluripartisme et de parlementarisme, bon pour tromper les sociétés séduites par le charme de la nouvelle pseudo-religion, les banquiers, qui, munis d’une force financière astronomique, arrivent à se subordonner complètement le politique. Et du moment où les Etats sont devenus de simples instruments de supra enrichissement, les règles du jeu dans le domaine des finances et des banques sont arrivées à leur tour à la portée des détenteurs du capital. Ce phénomène est disséqué et mené à l’attention du lecteur avec une force argumentative tellement claire qu’elle facilite même au lecteur non avisé en ces matières la compréhension de l’organisation de ce mécanisme. Les auteurs affirment de manière univoque et à juste titre: les Etats ne servent plus l’intérêt public, le bien commun, mais exclusivement la cause perverse du grand capital, les institutions financières jouissant de crédit international, la monnaie, le « fait économique ».  C’est justement contre cet ordre international injuste et même génocidaire que les deux auteurs portent leur argumentation critique. Ils soutiennent tout au long de cet ouvrage la priorité absolue, la clé de la victoire des peuples dans leur combat contre la domination des banksters: la réhabilitation du politique, sa libération du joug qui lui a été imposé par le fait économique.

A l’heure où l’humanité se retrouve aux marges de l’abîme, si le Système parvient à maintenir son emprise globale, alors la fin de l’histoire humaine devient inévitable. Les signes apocalyptiques se projetant sur l’écran de l’Humanité – le transhumanisme,  la destruction de l’environnement naturel propre à l’existence de la vie, la psychose de la consommation et du capitalisme hédoniste – ne permettent plus de reporter la lutte menée par les peuples du monde pour se libérer de la domination des serviteurs de Mammon.

C’est exactement la raison pour laquelle ce livre qui vous est tombé en mains est un ouvrage-manifeste. Mais il est, en même temps, un guide pratique, qui décrit de manière concrète et exacte les pas à suivre non seulement pour démonter le Système d’aujourd’hui, mais aussi pour en créer un autre, à base d’un modèle équitable, fonctionnel et transparent d’organisation politique et économique des Etats, et également, des relations internationales.

Iurie Roșca

Source : https://flux.md/articles/miza-majora-a-momentului-a-invinge-plutocratia

Navighează dupa cuvinte-cheie: , ,