Joe Biden et l’avenir du Moyen-Orient

14:55, 3 februarie 2021 | Actual | 109 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

Plusieurs médias ont décrit le début de l’ère Biden comme le retour de l’Amérique sur la scène internationale. En réalité, la prétendue discontinuité géopolitique entre les deux administrations (sauf exceptions stratégiques spécifiques) ne semble être qu’une construction journalistique.

Le début de l’ère Biden a été marqué par un certain nombre de mesures de politique étrangère en hypothétique contradiction avec les derniers coups de gueule de l’administration Trump. Ces mesures concernaient en particulier la région du Proche et du Moyen-Orient. Une région sur laquelle s’est construite, au moins au cours des vingt dernières années, la perception globale des États-Unis comme une puissance „impérialiste” ou comme un „exportateur de démocratie et de liberté” qui défend l'”Occident” et ses „valeurs” contre la barbarie orientale.

Le prétendu isolationnisme de l’administration Trump entrecoupait des démonstrations extrêmes de force (l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani, le lancement de la „Mère de toutes les bombes” en Afghanistan) avec des actions diplomatiques unilatérales (la sortie de l’accord nucléaire iranien et l’imposition de nouvelles sanctions contre Téhéran et Damas, la reconnaissance de Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël et de la souveraineté israélienne sur le Golan occupé),y ajoutant des déclarations à la dérive plus propagandiste que realpolitisch sur le retrait progressif des États-Unis de la région. Ce prétendu isolationnisme a sans doute jeté la confusion dans les médias „occidentaux” qui continuent à construire leur système de communication sur les apparences et sur une étude des sources plutôt pauvre. Depuis 2016, je soutiens que l’administration Trump ne ferait rien d’autre que de montrer le vrai visage de l’Amérique jusqu’alors caché par le voile humanitaire du double mandat démocrate de Barack Obama. Cependant, si précisément les peuples du Proche et du Moyen-Orient ont pu regarder cette réalité en face (l’imposition de sanctions à la Syrie par le Caesar Act, par exemple, a fait plus de morts que le terrorisme), en „Occident”, également grâce à une information complice, on a préféré, d’une part, soutenir la thèse isolationniste et, d’autre part, critiquer les aspects aussi grotesques qu’essentiellement inoffensifs de l’administration Trump, qui appartient désormais au passé.

Biden à Bagdad

Maintenant, dans ce contexte, nous n’entrerons pas dans le détail du mouvement des troupes nord-américaines entre la Syrie et l’Irak ou de l’entrée des navires de guerre dans la mer de Chine méridionale. Ces opérations se déroulent dans le silence des médias occidentaux depuis plusieurs années. C’est pourquoi, sur cette base, quelques jours après l’entrée en fonction de la nouvelle administration, il n’est en aucun cas possible de tracer des lignes de discontinuité avec le passé. Il suffit de dire que dans l’instant qui a suivi l’annonce du retrait de Syrie par Donald J. Trump, plusieurs colonnes de véhicules blindés américains sont entrées dans ce pays du Levant via l’Irak pour „sécuriser” les puits de pétrole. En fait, le retrait susmentionné n’a jamais eu lieu et, selon toute probabilité, la nouvelle administration ne fera que renforcer les positions nord-américaines sur la rive orientale de l’Euphrate pour empêcher également toute reconstruction éventuelle du pays par l’exploitation de ses ressources.

img_4411_toned_custom-278d051ac6b70766fca17b151ac6342beeb61687.jpg

On pensait qu’il y avait une ligne de discontinuité avec l’ère Trump dans la relance du programme d’aide à la Palestine coupé par le précédent locataire de la Maison Blanche. À cet égard, le discours devient, du moins en théorie, plus complexe. Yara Hawari, chercheuse au centre de recherche palestinien Al-Shabaka, a expliqué qu’il est pour le moins optimiste d’espérer un changement de la politique nord-américaine à l’égard de la question israélo-palestinienne. La position extrémiste de l’administration Trump, une fois de plus, ne serait rien d’autre que la position américaine traditionnelle sans les fioritures de l’hypocrisie humanitaire. En fait, les deux principaux camps politiques nord-américains n’ont jamais manqué d’apporter un soutien inconditionnel à Israël. Joe Biden lui-même, en son temps, a eu l’occasion de souligner que l’aide américaine à Israël était le meilleur investissement pour la politique étrangère de Washington et que s’il n’y avait pas d’État juif, les États-Unis auraient dû en créer un pour garantir leurs propres intérêts dans la région. Le vice-président Kamala Harris et le nouveau secrétaire d’État, le „faucon” Antony Blinken, sont plus ou moins du même avis. Ce dernier, déjà partisan convaincu de l’agression contre la Syrie sous l’ère Obama, a également garanti que l’administration Biden suivrait les traces de ses prédécesseurs, tant en ce qui concerne la volonté de maintenir l’ambassade américaine à Jérusalem (un autre choix imaginé même sous l’ère Clinton et concrétisé par Trump) que les accords dits „Abrahamiques”. Ceux-ci sont en effet fondamentaux pour la stratégie géopolitique américaine de construction de blocs d’interposition entre l’Est (Russie, Iran et Chine notamment) et l’Europe, qui comprend également l’Initiative des trois mers dans la partie orientale du Vieux continent.

Par conséquent, le „retour aux affaires” entre Washington et les institutions palestiniennes (entre autres choses largement corrompues et corruptibles lorsqu’elles ne sont pas directement otages des monarchies du Golfe) ne peut être considéré comme essentiellement positif. Si, d’une part, elle peut apporter un soulagement à au moins une minorité de la population palestinienne, d’autre part, elle continuera à fonctionner sur le mode de l’échange entre l’argent et de nouvelles concessions politiques unilatérales visant toujours à favoriser les revendications sionistes au détriment des revendications palestiniennes. Un discours similaire peut facilement être appliqué à l’accord nucléaire avec l’Iran. Les théoriciens des relations internationales comme le „réaliste” John Mearsheimer ont réitéré la nécessité pour les États-Unis de tenter un hypothétique retour à l’accord ou, du moins, une nouvelle approche de Téhéran. Il va sans dire que, dans ce cas également, les concessions économiques garanties à l’Iran par l’accord ont été étudiées à la fois pour empêcher le développement de la capacité de dissuasion nucléaire et antimissile de Téhéran, et pour garantir une pénétration occidentale dans le pays qui aurait pu permettre (au moins, à long terme) une déconstruction depuis l’intérieur de la République islamique. Il n’est pas surprenant que, déjà avant la signature de cet accord, un centre de recherche stratégique israélien ait produit un plan de déstabilisation interne de l’Iran, exploitant les minorités ethniques et religieuses : en d’autres termes, une sorte de plan Yinon appliqué à la République islamique, avec le titre emblématique „Comment faire mal à l’Iran sans frappes aériennes”.

Cost-of-War-counterterrorism-map_edited_edited.jpg

Les renseignements selon Joe Biden

Maintenant, outre le fait que les termes de l’accord n’ont déjà pas été respectés dans les dernières périodes de l’administration Obama, il sera important de comprendre comment Joseph Biden peut tenter un rapprochement avec l’Iran. Pour la stratégie américaine, cela serait fondamental en premier lieu pour pouvoir se concentrer sur les principaux ennemis : la Russie (l’accélération soudaine du cirque d’information atlantiste sur l’affaire Navalny est en ce sens emblématique) et la Chine avec ses projets de coopération eurasienne qui doivent être constamment sabotés. Et, deuxièmement, garantir une plus grande concentration des forces de renseignement également sur la dynamique interne aux Etats-Unis mêmes, dynamique devenue plutôt turbulente. Cette tentative de rapprochement ne peut donc être que progressive. Toutefois, un signe important dans ce sens a déjà été lancé avec la réduction partielle du régime de sanctions imposé dans les derniers jours de la présidence Trump aux forces yéménites d’Ansarullah (proches de Téhéran) et avec la promesse d’interrompre le soutien logistique à l’agression saoudienne contre le Yémen lui-même et de réduire la vente d’armes aux monarchies du Golfe (un autre héritage des précédentes administrations Obama et Trump). Il faut dire qu’il est difficile (et à juste titre) pour l’Iran, quelle que soit la pression exercée, d’accepter sans garanties réelles de suppression complète du régime de sanctions à son encontre un accord avec un homologue qui s’est avéré largement peu fiable. Par conséquent, il ne serait pas du tout surprenant que des opérations de guerre hybride contre la République islamique soient également menées de manière constante par la nouvelle administration, bien que de manière moins ouverte et moins ouvertement propagandiste que dans le cas de Trump.

Face à une situation intérieure plutôt instable, de nombreux théoriciens et stratèges nord-américains ont souligné la nécessité d’une reconstruction interne à travers le seul ciment idéologique de la société américaine : l’idée exceptionnaliste de „destin manifeste”, de supériorité morale par rapport aux autres nations du globe. Cependant, pour raviver ce sentiment, il faut un ennemi (ou la création d’un ennemi). Cet ennemi est et reste (comme pour l’administration Trump) la Chine : la seule puissance réellement capable de représenter une menace et une alternative au système mondial décadent de l’Amérique du Nord. En fait, même parmi les démocrates, le parti de ceux qui ont commencé à considérer la Russie comme un „allié” stratégique potentiel dans une perspective anti-chinoise se développe, si Poutine et son entourage devaient quitter la scène à court terme, laissant la place à une „cinquième colonne” occidentale assez importante composée d’oligarques et de politiciens de diverses orientations libérales (une solution qui reste peu probable à court terme).

Ne pouvant cependant pas se permettre un affrontement militaire direct avec la Chine, il reste à comprendre quelle solution sera adoptée pour contenir et éviter la projection géopolitique de cette dernière. L’une des caractéristiques fondamentales du projet d’infrastructure de la nouvelle route de la soie est le corridor sino-pakistanais. Les relations entre les États-Unis et le Pakistan se sont rapidement détériorées ces dernières années, également en raison d’un engagement américain notable dans le renforcement technologique et militaire de l’Inde, déjà considérée à l’époque d’Obama comme un „partenaire majeur en matière de défense”. Joseph Biden, alors qu’en 2007 il était encore candidat aux primaires du parti démocrate, a déclaré que le Pakistan est l’État le plus dangereux du monde. Toujours à la lumière de la tentative de détente avec l’Iran, il ne serait pas du tout surprenant qu’une guerre sur commande soit préparée précisément dans une région qui reste la jonction cruciale entre les axes Nord-Sud et Ouest-Est du continent eurasiatique.

Source: http://euro-synergies.hautetfort.com