« Il n’y a absolument aucun demandeur d’emploi »: comment des milliards de dollars de stimulus ont déclenché une crise historique du marché du travail

19:55, 11 aprilie 2021 | Actual | 69 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

Né en 1961 à Tunis, Nicolas Bonnal étudie beaucoup, voyage plus encore et commence à publier en 1995 : Mitterrand le grand initié. Il publie ensuite aux belles lettres le Coq hérétique sur l’exception française, la première étude en français sur Tolkien et Internet novelle voie initiatique. Il publie aussi des romans (les territoires protocolaires) et un recueil de contes (les mirages de Huaraz) après une vacance de cinq ans en Amérique du sud. Il revient vivre en Andalousie, puis publie des livres sur le cinéma (le paganisme, Kubrick, Ridley Scott, sans oublier les westerns). Anarchiste réactionnaire,  proche des libertariens américains et des traditionalistes européens, Nicolas Bonnal  se réclame aussi du genre pamphlétaire (un livre sur Céline) et décidément antimoderne. Il a publié des textes sur une dizaine de sites dont France-courtoise.infobvoltaire.frdedefensa.orgfr.sputniknews.com et pravdareport.com. Plusieurs de ses livres ont été traduits (russe, brésilien, ukrainien, espagnol). Son blog : nicolasbonnal.worpress.com

Le peuple ne veut pas de la liberté. Le peuple veut du pain et des jeux, et on n’a pas attendu l’an 2020 pour le découvrir. Or le système les lui donne et il va prendre à ceux qui ont de l’argent en banque, qui sont une minorité et aux propriétaires, qui sont une minorité. Pour le reste le peuple admire les vedettes et les hommes les plus riches sont des vedettes comme ses sportifs préférés. Eux sont des philanthropes qui veulent vacciner ou protéger la planète…

J’irai même plus loin cette fois : le peuple n’a aucune raison d’être contre le grand reset. Le grand reset est dans l’air du temps, pas vrai ? Le peuple a en effet été éduqué dans l’idée que l’on pollue trop et qu’il faut arrêter de respirer ou de trop carboniser l’atmosphère ; il a été élevé dans la peur depuis l’an 2001 et un ami espagnol me disait que la jeune génération avait été déjà élevée dans la soumission et dans la servitude volontaire, pour reprendre le mot de l’année écoulée et même du court millénaire à venir. Le peuple a des dettes, pas de pognon, pas de goût pour la liberté (à part pour aller revoter pour Macron ou son ministre Édouard Philippe), mais il a le sens des responsabilités (remets ton masque, sale nazi) et de l’écologie, alors… On le prive de travail ; mais tant qu’il a le smartphone et la tambouille assurée. Le reste on verra après. De toute manière le travail…

Nietzsche avait déjà tout dit vers 1880 et on comprend (et c’est pourquoi je tape sur leur monde moderne) comment nos opinions abruties ont pu se farcir tant de guerres et de dictatures depuis. Lisez, vous allez rire :

« Tomber malade et être méfiant passe chez eux pour un péché : on s’avance prudemment. Bien fou qui trébuche encore sur les pierres et sur les hommes !

Un peu de poison de-ci de-là, pour se procurer des rêves agréables. Et beaucoup de poisons enfin, pour mourir agréablement.

On travaille encore, car le travail est une distraction. Mais l’on veille à ce que la distraction ne débilite point.

On ne devient plus ni pauvre ni riche : ce sont deux choses trop pénibles. Qui voudrait encore gouverner ? Qui voudrait obéir encore ? Ce sont deux choses trop pénibles. Point de berger et un seul troupeau ! »

Et là le maître touche le but de nos banquiers globaux :

« La terre sera alors devenue plus petite, et sur elle sautillera le dernier homme, qui rapetisse tout ».

Eh bien notre homme va sautiller un peu moins…

« Il n’y a absolument aucun demandeur d’emploi »: comment des milliards de dollars de stimulus ont déclenché une crise historique du marché du travail

PAR TYLER DURDEN – JEUDI 8 AVRIL 2021

Il se passe quelque chose d’étrange dans l’économie américaine.

D’une part, au lendemain de la pandémie de covid, il y a des millions et des millions d’anciens travailleurs qui ont perdu leur emploi et sont incapables de retourner car leur emploi peut même ne pas exister aujourd’hui (alors que leurs compétences s’atrophient et deviennent de plus en plus inemployables chaque jour. ils sont au chômage). À ce sujet, le président de la Fed, Powell, s’est exprimé jeudi lors d’un panel du FMI, affirmant que plus de neuf millions d’Américains restent sans travail, tandis qu’un rapide coup d’œil aux dernières données du BLS montre qu’il y a plus de 100 millions d’Américains qui sont hors de la population active (sur qui seulement 6,85 millions veulent un emploi actuellement, et un record de 94 millions ne veulent pas d’un emploi ).

https://imasdk.googleapis.com/js/core/bridge3.450.0_en.html#goog_1701811746

Dans le même temps, comme nous l’avons souligné hier soir , JPMorgan et bien d’autres ont noté que lorsque l’on regarde les données récentes de JOLTS , qui montraient un nombre presque record de postes à pourvoir, une tendance claire se dessine: il y a une grosse pénurie de main-d’œuvre. aux États-Unis, qui pourrait (enfin) conduire à des salaires plus élevés aux États-Unis.

Bien que JPMorgan ne se soit pas attardé sur les causes de ce schisme sans précédent au sein de l’économie – après tout, pour que la normalité revienne, les gens doivent non seulement être employés mais aussi vouloir être employés – il a suggéré que la relance gouvernementale « robuste» pourrait être gardant les travailleurs à l’écart , une analyse plus détaillée de Bloomberg confirme le scénario cauchemardesque: les billions de relance de Biden incitent désormais les travailleurs potentiels à ne pas chercher un emploi rémunéré, mais à s’asseoir et à collecter le prochain chèque de stimulation pour ne rien faire dans ce qui est devenir la plus grande expérience «sous le radar» du monde en matière de revenu de base universel.

Considérez les anecdotes frappantes suivantes:

  • Au début de la pandémie de Covid-19, Melissa Anderson a licencié les trois employés à plein temps de sa société de fabrication de bijoux, Silver Chest Creations à Burkesville, Ky. Elle a tenté de réembaucher l’un d’entre eux en septembre et un autre en janvier alors que les affaires se redressaient. mais ils ont refusé de revenir, dit-elle. «Ils ne cherchent pas de travail.»
  • Sierra Pacific Industries, qui fabrique des portes, des fenêtres et des menuiseries, est si désespérée de combler les ouvertures qu’elle offre des primes à l’embauche allant jusqu’à 1500 $ dans ses usines de Californie, de Washington et du Wisconsin. Dans les régions rurales du nord de la Californie, le centre de formation professionnelle de Red Bluff tente d’attirer les jeunes avec des pizzas extra-larges dans l’espoir que certains qui s’arrêtent puissent être persuadés de remplir une demande d’emploi. «Nous essayons de pénétrer dans leur tête et de les aider à trouver un emploi. Les entreprises seraient très impatientes de les former », déclare Kathy Garcia, responsable des services commerciaux et du marketing. « Il n’y a absolument aucun demandeur d’emploi. »

Ce ne sont pas des cas ponctuels: ces événements de la vie réelle, révélés par Bloomberg, révèlent la réalité statistique frappante aux États-Unis: le 1er avril, la NFIB (National Federation of Independent Business) a rapporté qu’en mars, un pourcentage record de petites les entreprises interrogées ont déclaré avoir des emplois qu’elles ne pouvaient pas occuper: 42%, contre une moyenne depuis 1974 de 22%.

Source: https://strategika.fr