Europe et Russie, Schröder parle

14:41, 8 februarie 2021 | Actual | 50 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

Gerhard Schröder, titulaire de la chancellerie allemande de 1998 à 2005, restera dans les mémoires comme le dernier porte-drapeau de l’Ostpolitik. Architecte de Nord Stream, adepte de la thèse sur la soi-disant „Gerussia”, intolérant à l’endroit de l’hégémonie américaine et l’un des plus grands critiques de la politique étrangère d’Angela Merkel, Schröder peut vraiment être considéré comme le dernier penseur politique eurasiatique résidant à Berlin.

Bien qu’il soit sorti de la politique depuis plus de quinze ans, l’ancien chancelier continue à être actif en coulisses de la scène internationale et à défendre ardemment ce qui était, et est toujours, sa Weltanschauung. Interviewé récemment par un journal allemand, le Rheinischer Post, M. Schröder a parlé de l’état actuel des relations russo-allemandes, de Nord Stream 2 et d’Aleksei Navalny, et a expliqué pourquoi il est dans l’intérêt de l’Allemagne (et de l’Europe) de traiter la Russie à l’amiable et de s’efforcer de comprendre ses aspirations et ses revendications.

Des partenaires, pas des adversaires

L’interview de l’ancien chancelier allemand a été publiée par le Rheinischer Post le 30 janvier et mérite d’être révélée au public italophone du moins dans ses parties essentielles. Schröder est catégorique et sa position intransigeante: la Russie „ne doit pas être traitée comme un adversaire, mais comme un collaborateur potentiel”, et l’Allemagne doit la laisser se développer et mûrir véritablement, sans contraintes et/ou pression extérieure, „sa propre identité et sa propre force économique”.

Une Russie forte suscite la crainte à première vue, en raison également de son passé historique vis-à-vis des puissances européennes et de ses immenses dimensions géographiques, mais Schröder croit fermement à la nécessité historique de transformer en réalité l’axe symbiotique entre Berlin et Moscou, un lien basé sur la parfaite complémentarité entre le complexe technologico-industriel allemand et les richesses infinies du sous-sol russe et qui aurait le potentiel de recentrer les relations internationales en faveur de l’Europe.

Les Allemands, selon l’ancien chancelier, seraient conscients de l’erreur politique et historique de Merkel d’amalgamer l’agenda étranger européen à l’égard Moscou avec celui des Etats-Unis : „Les attaques contre la Russie ne reflètent pas l’opinion de la majorité”.

Achever le Nord Stream 2

L’achèvement du Nord Stream 2 fait partie de la construction de la Gerussie, une union entre l’Allemagne et la Russie. La modernisation du gazoduc, affirme M. Schröder, doit être réalisée à tout prix, au-delà de la pression des États-Unis et d’une partie de l’Union européenne elle-même, car „elle garantira l’approvisionnement énergétique des prochaines générations” et facilitera la transition verte.

L’Allemagne „couperait la branche sur laquelle elle est assise” en se soumettant à la campagne de lobbying lancée par l’administration Trump, qui est toujours en cours ; de plus, poursuit l’ancien chancelier, l’Allemagne ferait une très mauvaise affaire si elle acceptait de remplacer le gaz russe par du gaz liquéfié américain. Ce dernier, selon M. Schröder, serait „nuisible à l’environnement, plus cher et de mauvaise qualité’’.

N’intervenez pas

L’interview s’est concentrée sur des questions d’actualité. L’ancien chancelier a donc également été interrogé sur Aleksei Navalny. Schröder se montre totalement indifférent au sujet et au personnage, se disant plus intéressé par „les questions fondamentales que par les discussions éphémères”. Contournant l’obstacle, ou plutôt le traitant à sa manière, l’ancien chancelier a rappelé au public l’une des règles de base des relations internationales: le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres.

La leçon de Schröder, résumée dans cette réponse brève mais éloquente, est d’une importance fondamentale: c’est précisément à cause de ce que le politologue Samuel Huntington a appelé „l’arrogance occidentale”, c’est-à-dire la propension innée du bloc euro-américain à s’immiscer dans les sphères d’influence des autres, que les relations entre l’Occident et la Russie sont au plus bas, et l’affaire Navalny en est une des nombreuses manifestations.

Si l’Allemagne et l’Europe acceptaient le caractère naturel et inévitable des différences, un redémarrage concret et durable avec la Russie serait possible. L’alternative à la reconnaissance (et à la valorisation) des différences mutuelles – c’est une évidence – est une relation articulée sur un antagonisme anti-économique, sur un endiguement éternel intrinsèquement dangereux pour la paix mondiale et, enfin, sur la perpétuation de la condition de dépendance du système européen vis-à-vis des États-Unis.

Source: http://euro-synergies.hautetfort.com