Elon Musk : Les Américains ne seront pas satisfaits que les Big Tech soient “l’arbitre de facto de la liberté d’expression”

17:56, 22 ianuarie 2021 | Actual | 377 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

Elon Musk, PDG de Tesla et de SpaceX, a critiqué les maîtres de la technologie de la communication et leur censure rampante : “Beaucoup de gens vont être super mécontents que les Big Tech de la côte ouest soient arbitres de facto de la liberté d’expression.”

Le PDG de Tesla a publié une réponse à un article satirique du Babylon Bee, intitulé “Le dictateur fasciste malfaisant censuré et évincé du pouvoir”.

“Beaucoup de gens vont être super mécontents de la haute technologie de la côte ouest comme arbitre de facto de la liberté d’expression”, a écrit Musk.

“Les Big Tech de la côte ouest doivent faire la distinction entre l’interdiction des discours haineux et l’interdiction des discours qu’elles détestent”, a commenté un utilisateur en réponse à Musk.

“C’est une distinction importante”, a répondu Musk.

Elon Musk est devenu la personne la plus riche du monde la semaine dernière, avec une valeur nette de plus de 185 milliards de dollars.

Les commentaires du PDG de Tesla arrivent dans le sillage de Twitter qui a banni définitivement le président Donald Trump de sa plateforme, ainsi que de Mark Zuckerberg qui a bloqué les comptes Facebook et Instagram du Président, “indéfiniment”.

Afin de justifier de telles mesures, de nombreuses grandes entreprises technologiques font valoir que les propos du président “incitent à la violence” et constituent une menace pour la “démocratie” – un précédent qui a également été utilisé par Google, Apple et Amazon pour justifier l’élimination de leur concurrence sous le prétexte de se préoccuper de la sécurité du public.

Suite à l’interdiction par le président de Twitter, Facebook et Instagram, Google et Apple ont banni “Parler” – que beaucoup utilisent comme alternative à Twitter – de leurs magasins d’applications, une mesure qui a effectivement exclu l’application de tous les smartphones Android et Apple.

Suite à l’interdiction de “Parler “de ses magasins d’application, Amazon a rapidement interdit le site sur ses services d’hébergement web, ce qui a mis “Parler” hors ligne jusqu’à ce qu’il trouve un nouvel hébergeur.

De telles mesures ont été critiquées par de nombreuses personnes, les grandes entreprises technologiques se donnant la main pour faire taire les dissidents politiques et exterminer leur concurrence.

Source: https://strategika.fr