Éco-fascisme et surpopulation

22:56, 7 martie 2021 | Actual | 176 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

« Eco-fasciste » est l’insulte habituelle adressée à quiconque ose parler de surpopulation. Cela me fait rire car, pour autant que je sache, les fascistes s’intéressent généralement à la dénatalité, à la pureté raciale et à d’autres fantasmes morbides similaires, mais pas à la surpopulation qui ne concerne que le nombre de personnes et non la couleur de la peau, etc.

 

Ici, je ne reviendrai pas sur les aspects purement démographiques de la question auxquels plusieurs articles ont déjà été consacrés (sur « Effetto Cassandra » et sur « Apocalottimismo », tous deux en italien). Je voudrais plutôt parler de ce tabou culturel singulier, caractéristique (mais non exclusif) de la civilisation industrielle.

Tout d’abord, je vais parler de ce tabou culturel unique, caractéristique (mais non exclusif) de la civilisation industrielle.

Pour comprendre ce dont nous parlons, considérons que nous sommes aujourd’hui près de 8 milliards avec un taux de croissance d’environ 80 millions par an, cela signifie 220 000 par jour, plus de 9 000 par heure, 75 par seconde. Cela signifie une masse humaine estimée à environ 400 millions de tonnes. La densité moyenne de la population humaine dans le monde est de 55 personnes par kilomètre carré (hors Antarctique), ce qui signifie un carré d’à peine plus de cent pas de côté par tête. En Italie, nous sommes environ 200 personnes par kilomètre carré, ce qui signifie un demi-hectare par personne, mais si l’on considère uniquement la surface agricole, le carré ne fait plus que 40 pas par côté (environ 2000 mètres carrés).

Cependant, le nombre de personnes n’est qu’un des facteurs en jeu car nous utilisons le bétail, les champs, les structures industrielles, les bâtiments et bien d’autres choses encore pour vivre. Au total, l’« anthroposphère » (c’est-à-dire nous avec tout l’attirail) pèse environ 40 000 milliards de tonnes, soit quelque chose comme 4 000 tonnes de béton, de métal, de plastique, de plantes, de bétail, etc. pour chacun d’entre nous. En moyenne et très approximativement.

Mais le nombre n’est pas le seul élément. Depuis 1800, la population a été multipliée par 8, mais la consommation totale par 140, et si elle a commencé à diminuer dans certains pays, comme le nôtre, elle continue à augmenter dans le monde entier.

Le troisième facteur déterminant, qui est lié aux deux autres, est la technologie, dont les effets sont complexes, mais qui, dans l’ensemble, tire le meilleur parti des ressources restantes, mais ne peut en créer de nouvelles. En fin de compte, la technologie augmente donc plutôt que de réduire à la fois la consommation et la dégradation de la planète. C’est un fait déjà empiriquement observé par de nombreux auteurs (à commencer par Jevons dès 1865) et scientifiquement démontré par Glansdorff et Prigogine en 1971.

Le résultat est que les biomes, c’est-à-dire les grands systèmes écologiques en lesquels la Biosphère était divisée et qui maintenaient sur la planète des conditions climatiques et environnementales compatibles avec la vie (y compris la nôtre), n’existent plus et on parle aujourd’hui d’anthromes.

Sur les 21 anthromes identifiés, seuls 3 sont considérés comme des « terres sauvages », c’est-à-dire des déserts, des toundras et les restes de forêts tropicales primaires, pour un total d’un peu plus de 20 % de la surface terrestre (hors Antarctique).

Mais même ces territoires sont soumis à des phénomènes de dégradation graves et très sérieux tels que les incendies, la fonte du permafrost, les sécheresses, etc.

Tout le reste, soit environ 80 % des terres sèches, est occupé par des écosystèmes totalement artificiels, comme les villes et les campagnes, ou fortement modifiés, comme la quasi-totalité des forêts et des prairies qui subsistent. Dans la mer, c’est encore pire.

Cela signifie que les écosystèmes proprement « naturels » ont pratiquement disparu et que les restes épars d’animaux sauvages survivent dans les interstices de notre « fourmilière mondiale ». En fait, il est miraculeux que tant de vie existe encore sur Terre.

La transition démographique

Le père de la « Transition démographique » était Adolphe Landry, un homme politique français de la gauche radicale, qui a été à plusieurs reprises député et ministre. Décidément favorable aux politiques natalistes et farouche détracteur de l’œuvre de Malthus, Landry a en fait épousé ses hypothèses, mais est arrivé à la conclusion qu’il n’était pas nécessaire de réduire le taux de natalité car une population importante et dynamique était le principal atout d’une nation. Au contraire, la prospérité économique devrait être accrue et répartie de manière à provoquer une stabilisation progressive de la population, mais à des niveaux bien plus élevés qu’au départ. En d’autres termes, par rapport à Malthus, il a inversé la cause avec l’effet.

Née au début des années 1900 et retravaillée par de nombreux auteurs, cette théorie soutient, en résumé, qu’il existe une situation « traditionnelle » dans laquelle la misère, la maladie et la guerre entraînent un taux de mortalité élevé, compensé par un taux de natalité élevé, de sorte que la population reste sensiblement stable. Le progrès et l’industrialisation augmentent la prospérité et réduisent la mortalité, de sorte que la population augmente tandis que, par la suite, le taux de natalité diminue jusqu’à ce qu’un équilibre substantiel soit rétabli, mais à un niveau de population beaucoup plus élevé. Des facteurs tels que la disponibilité des ressources, la résilience des écosystèmes, la pollution, etc. n’ont pas de pertinence substantielle.

Sur les bases scientifiques et historiques disponibles jusqu’aux années 1970, la théorie semblait bien expliquer ce qui s’était passé en Europe et aux États-Unis au cours des deux derniers siècles, de sorte qu’elle est devenue une référence pour tous les modèles démographiques.

Jusqu’à présent, rien d’étrange. Le fait est cependant qu’au cours des 50 dernières années, les meilleures connaissances, notamment historiques et anthropologiques, ont amplement démontré qu’il n’y a jamais eu un état aussi « traditionnel » que celui supposé par la théorie. Au contraire, les populations ont adopté des stratégies de reproduction très différentes en différents lieux et à différentes époques. Dans de très nombreux cas, même dans l’Europe chrétienne, des formes plus ou moins efficaces de contrôle démographique ont été pratiquées, soit en limitant le taux de natalité (avec diverses combinaisons de moyens infertiles d’avoir des relations sexuelles, préservatifs, allaitement prolongé, abstinence, avortement, infanticide et abandon), soit en augmentant la mortalité des personnes âgées (abandon et meurtre).

Ceux qui ne l’ont pas fait ont gagné une place dans les livres d’histoire parce qu’ils ont déclenché des invasions, ou se sont éteints, écrasés par leur propre nombre. C’est la combinaison très particulière de facteurs historiques et environnementaux qui a permis au capitalisme de s’implanter qui a créé les conditions culturelles, sociales et économiques qui ont conduit à deux siècles de naissances et de croissance démographique sans précédent en Europe et aux États-Unis.

Si l’on regarde le reste du monde, il a été amplement démontré que, presque toujours, c’est la colonisation européenne qui a d’abord conduit à un déclin démographique, parfois considérable, puis à une augmentation frénétique qui, dans certains cas, dure encore aujourd’hui.

En bref, la « transition démographique » a commencé comme une proposition politique, s’est développée comme une hypothèse scientifique et est finalement devenue une « pieuse légende » au sens étymologique du terme.

Et alors ?

Alors pourquoi ce modèle est-il encore utilisé aujourd’hui, non seulement dans les livres scolaires, mais aussi dans les travaux des Nations unies et d’autres organes politiques, jusqu’à une grande partie du monde universitaire ? Pour le dire très brutalement : parce qu’il convient à tout le monde.

Il convient aux capitalistes parce que c’est un excellent viatique pour affirmer que le capitalisme a fait beaucoup de bien et que la croissance économique doit être poussée au maximum, « condition sine qua non » pour la solution définitive des problèmes humains.

Il convient aux gouvernements parce qu’il les dispense de prendre des mesures difficiles et souvent impopulaires.

Elle convient à la « droite », qui est obsédée par la dénatalité et l’éventuelle extinction de l’hypothétique « race blanche ». Mais aussi aux nationalistes de tous les pays et groupes ethniques, car elle nie que le taux de natalité élevé qui leur est cher soit un signe avant-coureur de désastre.

Elle fait appel au clergé des religions dominantes, toutes plus ou moins misogynes et plus ou moins obsédées par la sexualité, considérée comme intrinsèquement pécheresse. L’objectif de reproduction est ainsi indiqué, parfois ouvertement et parfois subtilement, comme justification des rapports sexuels. Le fait que la charge et le risque qui en découlent incombent entièrement, ou presque entièrement, aux femmes ne semble pas poser de problème, bien au contraire.

Elle fait aussi appel aux partisans des idéologies de gauche, comme ce monsieur Landry précité, parce qu’elle soutient l’idée que le progrès est un phénomène naturel et irréversible, et qu’elle exonère le prolétariat de toute responsabilité en cas d’accident.

Les racistes occidentaux l’apprécient parce qu’il leur donne le sentiment d’être à l’avant-garde du progrès, et les autres racistes ethniques l’apprécient parce qu’il leur promet une vengeance. Et elle plaît aux militaristes et aux fascistes parce qu’ils aiment les grandes masses de « chair à canon », mais aussi aux pacifistes qui ne veulent pas accepter que la crise, la violence et la guerre sont des éléments inévitables du comportement humain.

Elle s’adresse également au monde écologiste hétérogène, car elle lui permet d’ignorer la plus difficile et la plus meurtrière de nos difficultés actuelles, en pensant qu’elle s’arrangera d’elle-même pendant que nous nous occuperons des énergies renouvelables et du recyclage.

Les partisans de l’immigration de masse l’apprécient parce qu’elle leur permet de penser qu’il n’y a peut-être pas de limites au nombre de personnes vivant sur un territoire donné, mais ceux qui s’y opposent aussi parce qu’elle leur permet de dire que la cause de la surpopulation est le 10 % de personnes qui viennent, plutôt que les 90 % qui sont déjà là.

De nombreuses féministes l’apprécient même, bien que ce soient les femmes qui portent le lourd fardeau que l’absence de politiques antinatalistes des gouvernements leur fait peser sur les épaules. Les pays du tiers monde l’apprécient également, bien que, parmi les conséquences de la colonisation, la forte croissance démographique soit celle qui, plus que toute autre, a condamné de nombreuses populations à des siècles de misère, de troubles sociaux, de guerres, etc.

Oui, car la surpopulation est synonyme de dégradation de l’environnement et de pollution, de chômage, de misère et d’exploitation, de concurrence et de conflit. Elle n’est jamais le seul facteur en jeu, bien sûr, mais il se trouve qu’elle a toujours été l’un des principaux moteurs des crises les plus graves de l’histoire de l’humanité. Mais c’est la première fois qu’elle apparaît, bien que sous des formes différentes, partout sur la planète en même temps.

Alors la « théorie de la transition démographique » convient à ceux qui ont le pouvoir et l’aisance, mais plaît en même temps aux personnes qui s’occupent sincèrement des pauvres et des faibles. Et elle est très utile pour ceux qui veulent accéder au pouvoir politique ou, plus modestement, pour faire plaisir à leurs lecteurs. Les vrais pauvres, les femmes et les faibles paient pour tous, mais personne ne s’en soucie, même pas eux-mêmes, car il est très difficile dans les faits de faire changer d’avis les gens lorsque cela va à l’encontre de leurs sentiments, de leurs croyances identitaires et de leurs intérêts personnels.

Cependant, la surpopulation n’est pas une invention de quelque éco-fasciste excentrique ou d’une secte de misanthropes pathologiques, mais une réalité objective et l’avoir ignorée est, de loin, l’obstacle le plus formidable qui se dresse actuellement sur la voie d’une hypothétique transition vers une société « durable » au sens propre, et pas seulement de la propagande.

Comment cela va-t-il se terminer ? C’est l’une des rares prévisions sûres : nous ne savons ni comment ni quand, mais l’humanité reviendra dans les limites de la capacité de charge de la planète. Ce sera certainement le cas, sans aucun doute. Il est simplement dommage que chaque jour qui passe, chaque bouche et chaque kWh de plus contribuent à réduire cette capacité de charge. Donc, plus nous attendrons, pire ce sera, car dans un monde où il n’y a pas de place pour une nouvelle colonisation, la migration n’est pas non plus une solution, car elle ne fait que déplacer le pic de la crise d’un endroit à l’autre.

Là où le taux de natalité et la consommation ne baissent pas assez vite, la mortalité augmentera et c’est tout.

Jacopo Simonetta

Source: https://lesakerfrancophone.fr