„Droite / gauche, histoire d’une dichotomie” de Marcel Gauchet ou l’histoire de l’éternelle dispute sur les étiquettes politiques

10:15, 21 decembrie 2020 | Actual | 110 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

„Droite / gauche, histoire d’une dichotomie” de Marcel Gauchet ou l’histoire de l’éternelle dispute sur les étiquettes politiques

L’intéressant essai du penseur français a été publié en Italie par Diana edizioni, avec une introduction du professeur Marco Tarchi

par Andrea Scarano

Ex: https://www.barbadillo.it

Les dynamiques des sociétés contemporaines ont longtemps buté sur les difficultés qu’entraînait l’usage généralisé de la dyade droite/gauche tant dans l’orbite de la représentation parlementaire que dans l’explication des phénomènes politiques, économiques et sociaux. Existe-t-il une définition appropriée et non ambiguë de ces deux catégories ? Quelles sont les caractéristiques qui ont favorisé leur succès, malgré leur taux élevé de généralité et d’abstraction ? Faut-il encore faire usage de ces concepts établis il y a plus de deux siècles en France, mais qui se sont répandus et enracinés partout en assumant les chrismes de l’universalité ?

La maison d’édition Diana propose la réimpression d’un essai de Marcel Gauchet „Droite/Gauche – histoire d’une dichotomie”, enrichi d’une introduction de Marco Tarchi et d’une postface de l’auteur, annexe nécessaire à une publication datant déjà de 1992.

D’une part, le Dr. Tarchi, politologue toscan, fait remarquer que le débat sans fin sur le sujet, qui, toujours, annonce d’inévitables discussions et des polémiques assurées, ne conduit pas à un accord unanime dans la communauté scientifique, à la fois parce que les catégories examinées n’existent pas dans la réalité et parce que nommer signifie juger et comparer, en s’éloignant de la sphère de « neutralité axiologique » ; d’autre part, pour soutenir que la droite et la gauche sont „deux concepts suspendus entre des essences, des types idéaux et des conventions relatives” capables d’identifier une relation de continuité entre les croyances et les attitudes politiques, mais qui ne trouvent pas d’applications automatiques dans le monde de l’expérience concrète et sont forcés, par la force des choses, de mélanger des composantes distinctes, car ils ne présentent pas de caractères définitifs d’exclusion réciproque..

L’auteur retrace les étapes d’un processus – qui a débuté au moment de la Restauration en France – qui se caractérise par l’utilisation croissante de la dyade dans la pratique parlementaire ; il y a eu toutefois émergence de différences importantes, dues à l’apparition d’extrêmes et de „nuances” de centre-droit et de centre-gauche, ont immédiatement obligé les acteurs à choisir des alliances gravitant vers le centre pour permettre au système de s’auto-perpétuer.

Non utilisée par Marx, Engels ou le premier Lénine, l’opposition droite/gauche s’est consolidée grâce à quelques facteurs déterminants : l’élargissement du suffrage et la progression vers une démocratie représentative au sens contemporain du terme amis en exergue le besoin croissant d’identification des électeurs, jusqu’alors habitués à d’autres „fractures” (blanc/rouge, conservateur/républicain) dans un contexte qui a enregistré progressivement, surtout dans les années autour de l’affaire Dreyfus, l’apparition de partis socialistes et l’accentuation de la discorde sociale et civile.

L’appropriation par le public des nouveaux labels gauche/droite s’est fait parallèlement à la diffusion d’une ample désaffection de ce même public pour l’utilisation en bloc des deux termes, désaffection qui s’opérait entre ajustements et „réinventions” plutôt que par simples transferts ou passages d’un registre à l’autre. Ils sont désormais configurés comme des notions indéfiniment ouvertes, susceptibles d’enrichissement ou de renouvellement sémantique, instruments d’unification symbolique de différentes familles politiques, capables de véhiculer dans le camp qui les a créés (la gauche) des espoirs en un avenir d’harmonie et de nourrir dans le camp qui les a subis (la droite) des négations, des réserves et des soupçons, comme éléments nuisibles à la cohésion et à l’harmonie collective.

Les finalités, les contenus et les programmes changent mais l'”ordre de bataille” de la politique française reste formellement inchangé : dans un mélange de conflit et de fragmentation, les modérés et les alternances du centre continuent à gouverner, laissant „libre cours” aux doctrinaires des extrêmes et à un dualisme aussi élémentaire que manichéen, virulent et implacable.

À l’époque de l’idéologisation de la lutte des classes et du choc entre fascisme et communisme, l’attraction militante est devenue encore plus virulente : si les desseins totalitaires aspirent à restaurer l’unité sociale en tant que corps – comme l’a observé Claude Lefort – l’entrée dans la modernité individualiste, historique et démocratique va dans une direction diamétralement opposée, brisant l’ordre symbolique, l’attachement au sacré et la dépendance à une source divine.

Gauchet identifie un problème structurel – essentiellement le même dans ses principales caractéristiques même après l’avènement du gaullisme et la réforme institutionnelle constitutive de la Vème République semi-présidentielle – dans la combinaison d’une division exaspérée de l’opinion publique et d’un jeu bipolaire qui multiplie les partis plutôt que de les réduire, perpétuant la pratique des accommodements de la politique efficace. La droite et la gauche prennent le parti du gouvernement ou de l’opposition en vertu du mécanisme induit par le principe de la majorité ; en même temps, le champ idéologique des „grandes familles” se divise en trois parties : le conservatisme, le libéralisme et le socialisme.

Le processus d’universalisation de la dyade, facilité par des besoins cognitifs de simplification des choix et par une adhésion effective à la compétition politique, s’inscrit dans le processus plus large de création d’un système de références qui a rendu plus clair l’ordre profond de la société et a identifié dans le principe du conflit une de ses caractéristiques constitutives fondamentales, renfermant – note Gauchet – „l’âme et la mémoire d’une manière d’être en politique”. Au moment où la droite et la gauche commencent à représenter l’intégration organique d’une dualité, leur contenu original est partiellement transformé à nouveau car il ne comprend plus seulement un antagonisme impitoyable, mais est chargé d’expliquer „la coexistence ordinaire et inévitable des opposés”.

Gauchet appartient pleinement à un courant interprétatif „fonctionnaliste” qui met en évidence l’importance des archétypes mentaux dans la capacité d’orientation des individus, dans l’organisation des pensées et dans la génération des idées, ainsi que les caractéristiques d’un concept défini dans l’espace et capable de stabiliser les conflits, immédiatement compréhensible et transférable d’une culture à l’autre.

Cette approche contraste avec celle „essentialiste” (identifiable, en grande partie, dans les écrits de Norberto Bobbio), qui échappe au test empirique d’une discrimination claire entre les deux catégories et n’explique pas les transformations que le passage du temps et l’évolution des circonstances ont imposées aux pratiques des partis et mouvements politiques traditionnellement placés dans l’un ou l’autre domaine.

La succession des événements historiques contraint, en effet, les forces politiques à un mouvement continu de croisement réciproque qui justifie la perplexité de ceux qui – comme Alain De Benoist – ont récemment réfuté la validité de certaines oppositions binaires, parmi lesquelles : liberté/égalité, ordre/justice, conservatisme/progressivisme. Ces mêmes identités sociales sont d’ailleurs le fruit d’une sédimentation culturelle en constante transformation et, tout en restant au centre des objectifs de l’intégration politique, ne coïncident plus avec des blocs de valeurs monolithiques.

Gauchet souligne comment trois phénomènes principaux ont déstabilisé les repères dominants dans l’espace européen après 1945 : la pénétration de l’esprit démocratique et l’acceptation du pluralisme, avec l’évaporation consécutive du couple antifascisme/anticommunisme et le relâchement pour de nombreux citoyens d’une affiliation politique inconditionnelle ; la dissociation des blocs et le retour en vogue de l’idée libérale, associée à la mondialisation économico-financière et au processus d’individualisation de la société ; la délégitimation du projet de contrôle public de l’économie.

Bien que la fracture droite/gauche soit tombée en discrédit, la position de ceux qui pensent qu’il n’est pas possible d’émettre une hypothèse sur sa désintégration ou sa recomposition, du moins à court terme, semble être partageable – de l’humble avis de l’auteur. La redistribution des anciennes identités que l’on retrouve dans les nouvelles polarisations – l’auteur consacre un espace au populisme et à l’écologisme des deux camps – indique qu’elle conserve un rôle organisateur, bien que nettement réduit par rapport au passé.

Favorisée par la volonté des politiciens professionnels de réduire la multiplicité des conflits à deux camps et deux visions du monde schématiques, sa persistance résiduelle trouve un soutien non seulement dans les classes supérieures mais aussi dans les classes subordonnées, de plus en plus „mobiles” d’un point de vue électoral ; débarrassé de significations métaphysiques improbables, il continue en partie à fonctionner comme un intermédiaire entre l’individu et la communauté politique, en maintenant le pouvoir évocateur d’un „totem extrêmement expressif d’une société dans laquelle le fait d’avoir combiné une politisation traditionnellement forte avec des organisations politiques chroniquement faibles n’est pas la moindre des bizarreries”.

Source: http://euro-synergies.hautetfort.com