DÉMOCRATIE ET COUPS D’ÉTAT

16:10, 15 martie 2021 | Actual | 189 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:
Auteur:

Dominus Wernerius von Lothringen

Rester dans la légalité?

La conquête de la majorité au Parlement est le but stratégique du Coup d’État légal en Occident. En effet le pouvoir législatif, où se forme la volonté populaire est le seul lieu où s’incarne la liberté d’une nation et prend forme un débat constitutionnel. C’est la seule institution où la liberté est en jeu et peut être mise en péril.

C’est pourquoi la conquête du Parlement accorde la sanction de la légalité au pouvoir, majoritaire ou séditieux, qui n’avait été jusqu’ici qu’exclusivement légitime. Or la légalité de cette majorité est instrumentale, car la vulnérabilité des Parlements repose sur l’illusion de défendre l’État par la seule liberté, vue cependant avec les yeux des partis. Erreur très grave, puisque le Parlement a besoin de la complicité du détenteur de la Souveraineté, le Chef de l’État, pour décider, gouverner et régner. Le Chef de l’État italien, Sergio Mattarella, Imperator et Deus ex Machina de la structure constitutionnelle a montré d’être l’ultime recours de la légitimité des partis, divisés et querelleurs et, au lieu de dissoudre le Parlement, obsolète, et de faire appel au suffrage, repoussé plus loin, a ouvert la voie à un garant du salut public, Mario Draghi, Prince inattendu et nouveau premier Consul de la république romaine. L’investiture d’en haut, légale, a remplacé celle d’en bas, légitime. Du point de vue comparatif, ce même Coup d’État a comporté en Amérique le blocage de l’appareil fédéral, la violence d’une intervention séditieuse et la mise au ban du Chef catilinaire suprême, le Président Trump lui même. A l’extérieur du pouvoir impérial, par une offensive simultanée et prolongée les médias et la presse, ont montré d’être farouchement anti-catilinaires. Cette offensive a frappé les esprits, les attentes et la morale publique et a dressé, par réaction, la violence et la révolte, contre le pouvoir élu, car cela fait partie du jeu et du pari de la conquête du pouvoir d’État, qui ne connaissent qu’une loi : la réussite. La légitimité, contestée, a désarçonné la légalité, résiliente, massive et populaire.

Machiavel, Cromwel, Napoléon ou Trotsky, grands catilinaires d’antan auraient ajouté à la dynamique des Coups d”État, l’inconnue de l’incertitude, de l’accident et de la Fortune. Or, tous les éléments d’un coup monté étaient réunis aux États-Unis et en Italie pour descendre Trump et pour installer Draghi. Cependant la dialectique permanente de la légalité et de la légitimité, liée à la vie historique rend aléatoire toute prévision sur la durée de l’expérience et sur les modèles politiques proposés. Il est clair que la transition entre les trois formes de régime classiques, selon Aristote, la monarchie, l’aristocratie et la démocratie, autrement dit, le gouvernement de un, de peus et de tous, en leurs deux formes, pures et corrompues, ont conduit, au tout début du XXème siècle à la découverte de la „loi de fer” de toute organisation, celle de la classe politique et de l’oligarchie (Pareto, Mosca et Michels), qui jouent un rôle important dans la conservation du pouvoir. Changer de régime a toujours exigé la recherche d’un „sens” et une vocation militante pour la passation du pouvoir et le changement n’a jamais été purement technique ou rationnel, mais toujours complexe, partisan et personnel. Il a toujours été associé à un débat sur la meilleure forme du gouvernement, destiné à témoigner, chez les grands historiens du passé (Tacite, Plutarque, Suétone ou Tite-Live) et dans leurs Annales, sur les vices de l’homme, les maux de la société et les opportunités de la conjoncture. Assumant la thèse que nous sommes dans une situation, commune à tout l’Occident, de mutation d’époque, de nouveaux équilibres internationaux et d’autoritarismes montants, la démocratie est, en sa forme pure, derrière nous et une forme inédite de celle-ci, méconnaissable, opaque et inversée, émerge, au sein de la logique des contre-pouvoirs entre conservation et innovation. Dans ce cadre, la grande malade de notre temps apparaît ainsi la société, incapable de se renouveler dans la stabilité. Cette société, nationale-globaliste, post-moderne et post-démocratique exige un autre modèle de gouvernance, aujourd’hui peu clair. La crise est-elle si grave qu’un coup d’État peut s’organiser dans la légalité et transformer l’ordre social dans son ensemble ? Dans la société européenne et mondiale, la divinisation des pouvoirs concerne les autocraties montantes et leurs Césars. Cependant ce qui rend actuelle la pratique des Coups d’État, c’est la volonté de résoudre par la légalité et dans le respect formel de la légalité des problèmes qui concernent le dépassement de ses limites et qui étaient autrefois résolus par les armes. Le concept de démocratie en est terni et son modèle de gouvernance déconsidéré. Parmi les dangers n’y a-t-il pas l’ordre constitutionnel, les prérogatives du Parlement et la défense de l’État ? Bref, l’idée de Liberté ?

L’instabilité permanente et le doute. Une „Glasnost” à la Richelieu et à la Deng Tsiao Ping mais pas à la Gorbatchev

L’éternisation parlementaire dans la recherche d’une coalition que supporte une majorité de gouvernement et les disputes et querelles entre les hommes et les partis a généré auprès du Président de la République un doute grandissant sur la possibilité de trouver une solution par une „décision” parlementaire et par un emploi normal de la représentation politique. Rompant avec la tactique ordinaire du choix entre les politiques et les grands commis de l’État, Mattarella a fait appel à un sursaut national et unitaire, qui éloigne les partis de la voie conflictuelle, pour prendre de l’ascendant sur une situation dégénérative et risquée. L’option du salut public et le doute grandissant sur les capacités d’auto- correction de la Chambre, ont fait choisir au Président l’option de la „légalité d’exception” et d’un armistice provisoire dans une dispute où l’ennemi principal était la réforme de l’État, la victoire contre la pandémie et la relance de l’économie. Combattre pour la survie voulait dire opérer une distinction entre la difficile guerre totale au système bureaucratique, inefficace, et une guerre limitée au parlementarisme, incapable d’avancer dans la division. Le premier but de guerre fut donc de réduire l’implication des passions et de fixer des objectifs praticables. La grande conséquence de la „Glasnost” politique à l’italienne, qui venait d’être lancée, incluant la toute jeune „Perestroïka économique” de l’Union Européenne, a été la recomposition du système politique. Une recomposition qui vise le renouvellement des partis et, globalement, de l’échiquier parlementaire, autrement dit, l’instauration d’une nouvelle oligarchie et une libéralisation de la structure administrative, sans la ” terreur révolutionnaire du mérite”, comme critère de réforme et de modernisation. Cela a voulu dire, pour Draghi, d’être avec Richelieu et Louis XIV et de rassembler davantage à Deng Tsiao Ping plutôt qu’au réformiste-visionnaire Gorbatchev. Libéraliser et moderniser certes, sous le contrôle du système politique, version ENA et Macron, mais expurger tout souverainisme à la de Gaulle. La recomposition du système politique, qui est en cours parallèlement en Espagne et en France, investit avant tout la gauche, dispersée et sans idées, sclérosée et dépourvue du vaccin contre le virus des divisions et des luttes intestines. Le Partito Democratico (PD), pour continuer à exister au delà des seules apparences discursives, devrait fusionner avec le M5S, autour du triumvirat Conti, Grillo et di Maio, la Greta Thumberg de l’économie verte. Cependant nous sommes loin du „Pacte de pacification” de 1921 entre Ivanohe Bonomi e Benito Mussolini. Il n’existe pas aujourd’hui de danger de révolte extrémiste comparable à celle du „parti armé” de l’époque, menaçant de brutaliser la politique. Il existe par contre l’idée de Grillo que „les fraises sont mûres”, pour faire adopter l’option d’une légitimité du transformisme parlementaire. Le danger de la violence n’existe pas et le contrôle des masses devenues apathique et anti-politiques, renforce les partis de droite et, en particulier Fratelli d’Italia de Giorgia Meloni, très combative.

Pas d’ennemi, pas de violence !

Pas d’ennemi, pas de violence! Pas de réarmement militant et d’affrontement physique et donc pas de défense armée de l’État ! L’État peut être défendu par le droit et par le respect de la légalité parlementaire. Le Coup d’État pour changer la République pourra se faire sans la violence et dans un cadre légal. En France et dans la clandestinité il n’y a que l’État islamique et, parmi les „hors la loi”, il n’y a que les Djihadistes et le „Mouvement identitaire”, mis au ban par Darmanin ! Pour éliminer les Fillon, les Sarkozy, les Berlusconi, les Orban il a suffi d’une magistrature d’obédience politique. Il n’y a plus de révolution en vue, il n’y a plus de négation du droit des peuples, ni d’ injure permanente des vainqueurs sur les vaincus, hormis la période coloniale, ressassée à la sauce islamo-gauchiste. La colonne Vendôme n’a pas été abattue et la Commune de Paris n’a pas arrêté les communards devant la Banque de France par respect envers la Patrie. En Italie c’est le représentant de la Banque Centrale Européenne qui va vers le peuple, vers les classes moyennes et les entrepreneurs ! C’est comme si Versailles,compassionnelle, allait vers les prolétaires de la Commune de Paris ! Il n’est plus de militaires impitoyables et donc plus de gestes glorieux face aux pelotons d’exécution de Thiers, ni de chansons ardentes, semblables à l’Internationale de Pottier ! Il n’y a pas une grande défaite à venger mais un Parlement, une Assemblée ou des Cortés déjà épuisés, à asservir et déjà pliées, prêtes à se mettre en marche sous la discipline des règlements et des groupes parlementaires! Pour ces radicaux de polichinelle, amadoués par les strapontins parlementaires, le droit constitutionnel suffit et la légalité est respectée sans effusions de sang. L’Italie apparaît ainsi le laboratoire de l’Occident et un exemple indéniable pour la France ou l’Espagne, mais elle constitue néanmoins l’anti-modèle des États-Unis.

Brennus à Rome et QAnon et KU KLUX KLAN à Washington

Lors du sac de Rome au IV siècle avant Jésus-Christ, Brennus, Chef des Gaulois, négociant la rançon en or pour la libération de la ville avait jeté là avec mépris la fameuse phrase : „Vae Victis!” (Maleur aux vaincus!) La valeur de cette maxime persiste. Elle prouve la signification persistante de la force et des rapports de force et justifie, aux États-Unis l’importance de la conspiration et du complot pour conquérir et pour conserver le pouvoir. Dans le cadre des élections perdues, Trump aurait essayé de prévenir un coup d’État, monté par Barack Obama, Hillary Clinton et George Soros.

Après sa défaite électorale en 2020, de nombreux partisans de la mouvance QAnon auraient recommandé au président de „franchir le Rubicon” et de conserver le pouvoir, en invoquant la loi martiale. Les croyances QAnon deviennent un partie intégrante des tentatives de renverser des élections présidentielles américaines de 2020, et cela sur la base de l’incapacité de la mouvance démocrate de respecter la légitimité du pacte constitutionnel et donc de la voie des urnes, sans tricher. En particulier, sur la base du préjudice qui découle, pour les minorités religieuses, sexuelles et raciales, de vivre à égalité avec l’actuelle majorité blanche. L’égalité serait un faux concept et une fiction juridique trompeuse, bref une utopie, marquée par l’idée d’affranchissement et de rattrapage d’une arriération, vis à vis de la supériorité raciale blanche. Les démocrates seraient prêts à tout pour faire franchir aux minorités cette frontière invisible, qui amènerait à une prépondérance de couleur. Or, puisque cette égalité est fictive et qu’elle masque une inégalité naturelle et réelle, toutes les pratiques de subversion deviendraient légitimes, la tricherie ou le Coup d’État. En effet là où est remis en cause un rapport de force originel et essentiel entre groupes sociaux, il ne peut y avoir que violence, puisque serait ainsi renversé le pacte constitutionnel du „vivre ensemble”.

Nature et société

L’idée constitutive d’identité et de société en aurait à pâtir selon l’image de l’Amérique des confédérés de QAnon, du Ku Klux Klan, de Griffith et de son chef d’œuvre „La naissance d’une Nation”. C’est le dilemme historique des fondements premiers et originels de la Cité sur la colline et du fait associatif américain, l’homogénéité ou l’hétérogénéité ethnique et tribale, qui précède toute autre distinction de droit et montre un aperçu de la société américaine et sa vulnérabilité.

La remise en cause de cette identité originelle ne peut être que violente et sanglante, car elle a son origine dans le sang et point dans la loi. Dès lors, renverser les rapports de force, en invoquant la loi martiale (QAnon..), le Coup d’État (Obama, Clinton, Soros), ou le prix de la soumission (Brennus), c’est se heurter au „fundamenta inconcussa”, le vieux rapport de l’homme à la nature humaine, à la société constituée et à l’Histoire.

A partir de là, tricher au jeu électoral devient un enjeu de confrontation constitutionnelle et post-démocratique dans la maison de cyborg, le mode d’une impossible contestation politique, de la même façon que le couteau ou le coup de canif, décrivent les premiers pas de l’assimilation par les adolescents des migrations et leur plume à écrire pour l’initiation scolaire dans la maison de Descartes.

Si le modèle du Coup d’État légal et non violent des temps actuels, est désormais, pour l’Europe, le laboratoire politique de l’Italie, la contestation ethnique, sexuelle et raciale des États-Unis, deviendra peut- être le modèle violent et tribal de la condition humaine pour l’Europe et le monde ?

Dans une attente toujours fatale, la pétition dramatique de Tite Live retentira dans les consciences des décideurs d’Occident „Dum Romae Consulitur, Saguntum expugnatur !” (Alors qu’à Rome on débattait, Sagonte était prise!) (Tite-Live, Ab Urbe Condita).

Source: http://www.ieri.be