DAVOS, LE COVID 19 ET LA GRANDE REINITIALISATION „GUERRE” ET COVID, CONSIDERATIONS AMORALES

14:18, 15 decembrie 2020 | Actual | 120 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

La Réinitialisation

La Réinitialisation, ou le „Great Reset” est le guide prospectif de „Davos”, phare du globalisme référentiel, pour repenser le système international, améliorer le capitalisme, apporter des solutions aux défis planétaires et esquisser un nouvel ordre mondial. Pour les adeptes de la théorie du complot, il s’agirait de la mise sur pied d’un plan mondial de contrôle, de manipulation et de destruction malthusienne de la population, sur fonds de pandémie Covid 19 et du réseau 5G. La droite réformiste et multilatéraliste du globalisme, s’opposerait ici,à l’aile souverainiste et multipolariste du mondialisme.

La réinitialisation serait au même temps le Graal de „Davos” et le secret inavouable des globalistes de la grande finance, dont l’idéologie se constitue autour d’un projet de dépopulation planétaire et donc d’une philosophie génocidaire, à expérimentation smart et transversale, pour mesurer concrètement les failles du système, âpre et asymétrique. L’hypothèse de base de ce projet, grâce au Covid19 est de reconstruire la société sur une économie durable, qui a ses limites dans l’insuffisance des ressources et dans l’inadaptation des politiques censées les distribuer.

Qui ne se rappelle à ce propos du Rapport Meadows sur „Les limites à la croissance” de 1972, qui fut commandé au Massachusetts Institute of Technology (MIT), par le „Club de Rome” ? Personne ne peut oublier, à ce même propos, l’incontournable „1984” de Orwell, publié en 1949, sur les formes de totalitarisme qui se cachaient derrière la façade de la Novlangue, l’universalisation de la restriction des limites de la pensée.

Le Rapport Meadows

Le premier modélisait l’empreinte écologique des principales interactions du „Système Terre”: population, économie, énergie, production agricole et industrielle. Il mettait en avant le danger, pour l’environnement planétaire des conséquences dramatiques d’une croissance démographique et économique exponentielle de l’humanité sur le long terme et faisait état des risques de catastrophe environnementale et économique, liés à la quête de croissance, à partir de ressources limitées et d’un monde fini. Le rapport concluait à l’urgence de freiner l’augmentation de la population ainsi que l’industrialisation. La théorie de l’interdépendance, conçue dans la même année, 1972, par le „Rapport Spécial du Département d’État américain”, servait parfaitement ce modèle et laissait entrevoir une possible convergence d’intérêts entre Est et Ouest, capitalisme et socialisme.

Les modalités des calculs du Rapport Meadows comme la dimension alarmiste du rapport firent l’objet de nombreuses controverses, en particulier l’idée que le franchissement de certaines limites conduirait nécessairement à un effondrement économique et à une baisse massive de la population. Ce travail précurseur a largement contribué à une prise de conscience non seulement de la fragilité de l’écosystème, mais aussi des „boucles de rétroaction” qui le régissent et des questions démographiques en matière d’environnement. Selon Laure Waridel et Philippe Descamps, les conclusions du rapport Meadows tiennent toujours la route et son rejet témoigne de la force des biais cognitifs quant aux effets de l’activité humaine sur l’environnement et en appelle toujours à freiner la croissance et à protéger la biodiversité.

„1984” de George Orwell

Le deuxième modèle, „1984” de Orwell, se donnait pour but, dans un monde obstinément bipolaire et radicalement antinomique de restreindre, avec le paradoxe de la Novlangue, les limites de la pensée, de manière à ce que les crimes de celle-ci, l’opposition, l’insubordination ou la révolte, n’aient plus de mots ou de concepts pour l’exprimer (toute analogie à l’actualité est purement arbitraire). D’autres penseront pour vous, par des procédés du haut vers le bas de la société !

L’insémination des idées comme celle des enfants procédera par des méthodes artificielles. D’autre part la réinterprétation et le renversement mémoriels du passé transformeront le mensonge en vérité.

L’abattement des statues des grands hommes, le changement de noms des édifices et des rues,la modification et le trucage des photos, ou encore les actuelles fake-news, altéreront et modifieront le passé et deviendront les vérités du moment, le sang bouillant qui nourrit l’esprit de révolte. Ils seront le tombeau de l’autorité ! Dans ces conditions la réinitialisation devient nécessaire et se colore de la promesse de la Bible et la mondialisation représentera le rachat de la dégénérescence du christianisme.

Le Covid de Davos

Le Covid est une chance pour Davos ! Les complotistes, les conspirationnistes et les vérificateurs de la pensée ont acquis la certitude qu’elle avait été inventée, créée à dessein, dans les laboratoires militaires de Wuhan ! Et bien non !

Elle vient d’un monde inique et pervers, qu’il faut réformer et un changement radical s’impose ! Profitons de cette occasion historique ! „Il s’agit, – clame d’en haut le tout-puissant Docteur Schwab, Président-Fondateur de Davos,- de rendre (le monde) moins clivant, moins polluant, moins destructeur, plus inclusif, plus équitable et plus juste que celui dans lequel nous vivions à l’ère pré-pandémique. Une véritable révolution ! Ni rouge ni noire, mais verte ! Elle rendra notre vie, déjà difficile, définitivement plate et sans oppositions.

En effet la réinitialisation, n’est pas une conséquence du Covid, mais une opportunité fondatrice. Il faudra agir „ensemble et rapidement, afin de réorganiser tous les aspects de nos sociétés et de nos économies, de l’éducation aux contrats sociaux et aux conditions de travail. Chaque pays, des États-Unis à la Chine, doit participer, et chaque industrie, du pétrole et du gaz à la technologie, doit être transformée.” Une grande révolution globaliste blanche, inclusive et laissant derrière nous le Mal (les oppositions) et les grandes iniquités sociales. Voici le terrifiant message de Davos. Il est existentiel et biblique ! En clair le choix de chacun se résumerait aux expressions les plus simples : Politique ou science bridée ? État ou individu ? Démocratie ou totalitarisme ? Au niveau inter-étatique et systémique, le champ de la pandémie aura pour confrontation l’emprise du pouvoir de l’hémisphère Nord sur le Sud, ou bien de l’Est sur l’Ouest ? Et la réinitialisation sera-t-elle souple et  multilatéraliste et par conséquent interne à l’actuelle hiérarchie des pouvoirs mondiaux, ou, en revanche, multipolariste et disruptive, exigeant une guerre nucléaire ? Elle sera de nature à comporter un coup d’État globaliste à l’intérieur de la Triade. Et quel sera le choix de l’Europe et de l’Otan dans ce terrain, totalement nouveau, d’expérimentation et d’expérience historique ?

Guerre et Covid19. Considérations amorales

Si le Covid est considéré comme une forme de guerre et donc comme un aspect de la politique mondiale, interne à la logique d’affrontement régulier du système, dont le but inavouable serait un projet de dépopulation de la planète et donc une grande purge générale du monde, un accord entre les puissances globales (Triade- USA, République Populaire Chinoise et Russie, ou avec les noms de 1984 d’Orwell, Océania, Eurasia et Estasia) est nécessaire pour le contrôle mesuré de la pandémie. En revanche, si le Covid n’est qu’un complément de la politique d’hégémonie et de suprématie systémiques, tous les autres moyens de la politique seront nécessaires pour affermir ses intérêts, y compris la guerre nucléaire et génocidaire, à côté des gains (en morts) de la pandémie. Ainsi la perspective de résolution de la pandémie ne concernerait plus seulement un choix de régime et de société, ni même une révolution blanche, mais une option de fond sur la nature civilisationnelle du système hégémonique de demain et sur la détermination, conséquente et contraignante, des grands choix éternels de la philosophie. Cette option aura pour référence de base le citoyen ou le peuple et, par là et en conséquence ultime, la garantie de sécurité de l’État; autrement dit une soumission conditionnelle et relative de l’individu au pouvoir en Océania ou, par une sorte d’antinomie conceptuelle, une subordination intégrale et totale de l’individu au Pouvoir et au „Ministère de la Vérité”, en Estasia, où le souverain est le démiurge arbitraire du destin des nations.

Auteur: Irnerio SEMINATORE

Bruxelles le 13 décembre 2020

Source: http://www.ieri.be