Aujourd’hui, l’Occident tue le monde gréco-romain

20:32, 12 ianuarie 2021 | Actual | 95 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

Nogueira Sousa :

Aujourd’hui, l’Occident tue le monde gréco-romain

Les classiques vont mourir et c’est autant la faute de la droite que de la gauche!

Ex: http://novaresistencia.org

Je suis un passionné des textes gréco-romains classiques, à tel point que j’ai étudié le latin et le grec classique seul pendant quelques années afin de mieux apprécier les classiques. J’ai étudié seul car les études classiques ne sont plus très accessibles dans les écoles et les universités, il y a peu d’endroits où l’on peut apprendre ces langues avec des professeurs en chair et en os. Il existe parfois des initiatives individuelles pour offrir cette culture classique à des personnes d’origine plutôt modeste, mais elles sont très limitées. Et étant un aficionado des classiques, je suis également de nombreuses pages en ligne sur le sujet et j’ai aussi la mienne, Latim Vivo.

Mais début juillet 2020, certaines pages et profils espagnols sur Twitter et ailleurs ont regretté une proposition de modification de la loi régissant l’enseignement en Espagne. Cette proposition retirerait le latin et le grec du programme de certains établissements et supprimait certains cours, ce qui signifierait à court terme la mort des études classiques.

Cependant, dans les débats sur la préservation de la culture classique, tant dans les écoles que dans les universités, on ne peut s’empêcher de remarquer une tendance, surtout dans les pages émanant du monde anglo-saxon, à avoir une obsession pour les causes défendues avec l’acharnement que l’on sait par la gauche libérale, des causes telles l’antiracisme progressif et le militantisme LGBT.

Avec tout le mouvement „Black Lives Matter”, les débats sur les genres et le „Pride Month”, le débat biaisé sur les classiques, que l’on cherche à évacuer, s’aggrave encore dans le mauvais sens. On va jusqu’à déformer toute la littérature classique pour insister sur le mythe, propagé principalement par des intellectuels homosexuels, selon lequel le monde gréco-romain était un monde d’ample liberté sexuelle, sans liens de genre et de sexualité. Ils adoptent en fait la même tendance dont fait montre la littérature classique : rechercher dans le passé des leçons pour l’avenir, comme l’ont fait Tite-Live, Salluste et Xénophon. C’est-à-dire que les classiques doivent être étudiés parce que l’Antiquité classique nous donnerait de belles leçons sur la liberté sexuelle. Après tout, l’utilité du latin et du grec serait ainsi avérée.

Quant à l’antiracisme progressiste, il redouble les efforts pour nous démontrer que les paroles des auteurs classiques ne sont nullement racistes. Il y a même des initiatives qui tentent d’amener plus d’étudiants noirs dans le milieu des études gréco-latines, bien que l’héritage gréco-latin ne soit pas ce que les militants noirs recherchent vraiment…

Mais ces efforts finissent par être plutôt contreproductifs. Ils sont un coup de Jarnac porté par les classicistes de la gauche libérale et ne constituent nullement une aide à la préservation de l’héritage gréco-latin. Car ce sont précisément ces deux tendances et mouvements, soit le militantisme LGBT et  l’antiracisme progressiste, tous deux généralement parrainés par des milliardaires suspects comme George Soros, qui poussent à la destruction des lettres classiques dans les milieux universitaires.

Pourquoi ? Parce qu’il existe une croyance, courante dans les milieux gauchistes, selon laquelle l’étude du grec et du latin est une „élitiste”, une „affaire de Blancs”, voire une expression de la suprématie blanche, émanant de personnes qui veulent „sauver l’Occident” et que, par conséquent, l’étude des classiques devrait être supprimée des écoles et des universités pour faire place à la littérature „non occidentale”, en particulier la littérature indigène et africaine.

En fin de compte, selon ces cercles gauchistes, les seules œuvres qui devraient être étudiées sont les poèmes de Sapho de Lesbos et l’un ou l’autre texte faisant référence à l’homosexualité dans le monde classique (pour faire imaginer que tout le reste de cette culture était aussi gay que les « Gay Pride »). Le reste de l’univers mental grec et latin est alors délibérément ignoré ou critiqué comme étant rétrograde, conservateur et macho. Il n’est d’ailleurs pas difficile de trouver dans les pages et les magazines du ministère des éditions spéciales sur l'”homo-érotisme” et les „représentations des sexes” parmi les classiques. En d’autres termes, on peut résumer toute la littérature et l’art gréco-romains en autant d’expressions de l’”homoérotisme”, ce qui revient à proposer une projection moralisatrice anachronique sur la sexualité des anciens. On évoque à qui mieux mieux la supposée relation homosexuelle entre Patrocle et Achille. Quant au reste de l’Iliade, nous devrions la condamner comme un exemple de „masculinité toxique”.

Mais ce ne sont ici que les justifications de gauche, ce n’est qu’un côté de la médaille. Voyons le revers de la médaille : chez les néo-libéraux, il y a la croyance que le latin et le grec ne servent à rien, qu’ils ne forment pas les jeunes pour le marché, qu’ils sont le résidu du simple „baccalauréat”, typique de la culture scolaire brésilienne, qui est à la traine derrière les cultures capitalistes pragmatiques comme celles de l’Amérique du Nord.

Et nous avons une autre variante de saboteurs de la culture classique : celle des néoconservateurs de droite. Ces derniers pensent que l’étude des classiques, de ce qu’il convient d’appeler la „haute culture”, est un moyen de „sauver l’Occident”, mais d’un autre côté ils soutiennent tous les politiciens, partis et institutions néolibérales qui voudraient voir les sciences humaines balayées des écoles et des universités parce que, en plus d’être inutiles, elles sont des moyens d'”endoctrinement de gauche”, où l’on parle d’homo-érotisme, d’idéologie de genre, de féminisme et de destruction de la famille. Ces mêmes disciples d’Olavo de Carvalho (1) veulent voir advenir la destruction de toutes les cultures traditionnelles qui n’ont pas embrassé le mondialisme libéral, pour lequel ils fantasment, en le prenant pour un avatar final de „l’Occident chrétien”. C’est-à-dire qu’ils veulent détruire toutes les cultures qui disposent encore de clés pour comprendre le monde classique, qui était, oui, un monde traditionnel, pour laisser la place à l'”Occident chrétien” qui, ironiquement, est dirigé par le même pays d’où sont issus des mouvements comme le „Black Lives Matter”, le „Pride Month” et les nombreuses féministes qui propagent la soi-disant idéologie du genre ?

En bref : les classiques vont mourir et la faute en incombe autant à la droite qu’à la gauche. Mais laissons l’épitaphe suivante sur la pierre tombale des lettres classiques comme message à leurs bourreaux :

Quod tu es, ego foi, quod sum, tu eris.

Nogueira Sousa

Leader régional de la NR-SP, présentateur du podcast Pisando em Brasa, professeur et diplômé en lettres de l’IFSP.

Source: http://euro-synergies.hautetfort.com