Alexei Navalny: une croisade sans foi et sans idées

09:42, 10 februarie 2021 | Actual | 91 vizualizări | Nu există niciun comentariu Autor:

Irnerio Seminatore

Navalny n’est ni Lénine ni Kravchenko ni Soljénitsyne. Il ne porte ni la promesse révolutionnaire du premier, ni la dénonciation de la tyrannie et la quête de liberté du deuxième, ni encore la voix du goulag et l’âme profonde de la vieille Russie du troisième. Il ne s’élève pas contre les vices éternels du pouvoir et de leurs occupants éphémères, mais contre la vanité d’un autocrate, Poutine. Il ne combat pour une autre idée du régime, mais contre un Prince, qu’il accuse d’être vindicatif et corrompu.

Faible argumentation d’un opposant, qui n’évoque l’idée du pouvoir et de ses luttes internes et extérieures, ni l’image du pays qu’il veut démolir pour le guider. Sans idées pas d’idéal! Pas de bataille contre le vice sans une complicité avec la corruption d’un système, dont l’opposition est partie. Pas de crise de légitimité du pouvoir établi, sans une volonté de déstabilisation du pouvoir émergent. Jusqu’ici l’autocrate du Kremlin a combattu avec succès le globalisme destructeur des souverainetés nationales et Navalny ne doit ignorer le proverbe ancien: „Les amis de mon ennemi sont mes ennemis”. Ils défendent l’État de droit et les droits universels,ouvrant la voie, dans le monde, à la révolte de la tradition et du passé.

Dans sa vocation moderniste et dans son mode de communication, Navalny est le combattant énigmatique de l’élargissement de la démocratie, comme vision utopique et rationalisante de l’Histoire, indifférente, voire contraire à l’évolution des régimes politiques selon leur propre loi et selon leur propre individualité culturelle et historique.

Après une longue période d’utopie totalitaire, issue des idées rationalistes, le réveil du vieux pays, la Russie de l’absolutisme et de l’anarchie, s’est fait sur la base du retour de l’autorité, de la hiérarchie et de l’ordre, sous peine de disparition et d’effondrement définitifs. Navalny n’a pas à cœur son pays, ni sa liberté, mais le vice personnel du Prince. Ceci est il suffisant pour bâtir une opposition effective à Poutine?

L’Occident qui soutient le droit à la liberté d’un contestataire déterminé mais sans programme politique, est-il en droit de pratiquer une politique d’ingérence, aux termes du traité de Westphalie (1648), qui l’interdit? L’Occident ne fait il pas plutôt de la politique „Smart” ou sélective, définie par Joseph Nye et rendue publique par Hillary Clinton les 6-8 février 2009 à Berlin?

Peut-on comparer le retour de Navalny de Londres au retour de Lénine de Suisse en 1917, pour accélérer la révolution et stopper la guerre des Empires centraux à l’Est?

On est effectivement en droit de se poser des questions sur le soutien politique et financier à Navalny et à son mouvement pour leur campagne de dénigrement et de déstabilisation, orientée au du Chef de l’ État? N’y a-t-il pas de doute et d’équivoque dans la conception de la démocratie, invoquée comme référent universel et si mal représentée dans leurs modèles de référence?

Il est bien plus probable que nous soyons à la fin d’un cycle, qui bouleverse les catégorie et les paradigmes de la connaissance, dans lesquels on ne reconnaît plus la réalité et qui, partant de la Realpolitik, vise à créer désordre, chaos et instabilité permanente à l’Est, poussant vers un rapprochement de la Russie à la Chine, dans l’hypothèse d’une confrontation finale sino-américaine.

Du point de vue interne, le crédit accordé par Mme Merkel à la thèse de l’empoisonnement du „patient de Berlin”, fait jouer à celle-ci le rôle de la pyromane, car il politise un cas douteux et ne facilite pas les relations euro-russes, ni celles internes entre le pouvoir et la société civile. Au contraire, le soutien occidental à des mouvements de contestation freine l’émergence d’un courant pro-européen crédible et conduit à deux résultats contre-productifs, le durcissement du „pouvoir russe” et l’aliénation de l’opposition du consensus populaire. Par ailleurs „la diabolisation de Poutine ne peut tenir lieu de politique: elle fournit simplement un alibi à l’absence de politique” comme l’écrivait déjà Kissinger dans Spiegel en 2015. Après la visite infructueuse du Haut Représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique sécurité, Mr Josep Borrel, et sa demande, inopportune et refusée, de rencontrer un homme en jugement et „en détention”, la Russie a procédé à l’expulsion de trois diplomates européens, ce qui entérine un camouflet pour la tentative d’ingérence dans l’espace politique d’un autre État et une nouvelle tension entre Moscou et l’Europe, décrédibilisée et affaiblie.

Qui aime la liberté dans sa conception inconditionnelle et individuelle, celle de l’Occident, peut il accepter la conception de la liberté dirigée ou spécifique à chaque groupe culturel comme en Russie? Pour Ivan Ylyine, inspirateur de Poutine, la liberté pour la Russie doit être entendue comme l’unité de toutes les composantes culturelles du pays, menacées d’ingérence de la part de nombreux pays euro-atlantiques, qui refusent les principes et l’identité traditionnelle, venant saper l’indépendance de l’État et la cohésion nationale. En effet selon Ylyine „la Russie n’est pas menacée par le trône, mais par la dissolution de la nation, à laquelle travaillent les partis révolutionnaires”..et, nous dirions, ceux qui combattent la „voie russe” et son projet eurasiatique.

Sursa: http://euro-synergies.hautetfort.com