Moscou se veut désormais le protecteur des Kurdes

16:50, 22 august 2018 | Actual | 225 vizualizări | Nu există niciun comentariu | Autor:
Depuis les événements au Moyen-Orient, ceux que l’on nomme par facilité les Kurdes ont joué un rôle permanent dans les conflits entre puissances.

Les Kurdes ne sont pas généralement évoqués sous la forme d’une communauté. Nous avons nous-mêmes relaté le rôle de ceux que l’on appelle les Kurdes de Syrie, ayant joué un rôle important dans les batailles contre Daesh, généralement soit de leurs propres chefs, soit comme alliés des coalitions arabo-américaine, ces mêmes Kurdes de Syrie étant considérés par Bashar al Assad ou parfois par les Russes comme des obstacles à une réunification de la Syrie sous l’autorité de Damas. On mentionne aussi les Kurdes d’Irak, souvent proches des Kurdes de Syrie.

Recip Erdogan, dotés en Turquie d’une importante communauté de Kurdes turcs, disposant de larges pouvoirs d’auto-gouvernement, a toujours manifesté le refus de négocier avec les Kurde de Syrie ou d’Irak, de peur qu’ils ne s’allient avec les Kurdes de Turquie pour reconstituer une entité autonome établie à cheval sur des 3 territoires, Turquie, Syrie et Irak et susceptible de ressusciter l’antique Royaume du Kurdistan https://fr.wikipedia.org/wiki/Kurdistan . Celui-ci l’amputerait d’un petit tiers de son territoire.

Il faut ajouter que les Kurdes de Syrie, traditionnellement établis sur les vastes réserves pétrolières et gazières de la province de Deir Es Zor, à la frontière syro-turque, en jouent pour se rendre indispensables à toute exploitation sérieuse de ces ressources.

Rappelons que les Kurdes sont en majorité musulmans, mais de ce que l’on pourrait appeler en France des musulmans laïcs, ayant depuis longtemps renoncé aux prescriptions rigoristes de l’Islam, concernant notamment la nécessité de maintenir les femmes dans un rôle subordonné. Les Kurdes de Syrie et d’Irak, excellents combattants par ailleurs, se sont fait remarquer par la présence de militaires femmes dans leurs rangs, en uniforme et certaines ayant d’importantes responsabilités d’encadrement.

Les Kurdes se rapprocheraient dorénavant de Damas et de Moscou

Vu le poids politique des Kurdes de Syrie, les Etats-Unis ont longtemps réussi à les faire combattre contre Bashar al Assad aux côtés des autres mercenaires, provenant d’organisations terroristes, qu’ils recrutaient à cette fin en leurs fournissant des armes et des dollars. Cependant, ces derniers jours, un accord semblait conclu entre les Kurdes de Syrie et Damas, sur le base d’un respect réciproque et la renonciation à toute action agressive. On lira à ce sujet un article de EJ Magnier datant du 30/07 1). Celui-ci estime que cet accord obligera les Américains à cesser de manipuler la communauté kurde à son profit, et plus généralement à se retirer complètement de Syrie, n’ayant plus guère de moyens d’action.

Mais la Russie, jusqu’ici très réservée à l’égard des Kurdes parait désormais décidée à les aider. Elle ne s’adresse pas uniquement aux problèmes des Kurdes de Syrie mais à l’ensemble du problème kurde. On apprend, comme l’indique le message référencé ci-dessous de M.K. Bhadrakumar 2), qu’elle a facilité la création à Moscou d’une Fédération Internationale des Communautés Kurdes.

Cette Fédération sera animée par un certain Mirzoyev Knyaz Ibragimovich, intellectuel Kazakh renommé originaire des Kurdes d’Arménie. Elle devrait, dans l’esprit des autorités russes, être une « plate-forme » où pourraient se retrouver l’ensemble des Kurdes. L’objectif prioritaire devrait être d’encourager tous les Kurdes à lutter contre Daesh et les autres groupes terroristes.

Reste à savoir comment cette initiative sera reçue par les Kurdes de Syrie et d’Irak. Comment par ailleurs Recep Erdogan, allié actuel de la Russie, soutiendra-t-il cette démarche ?

On rappellera que depuis le 19e siècle, sinon avant, les Russes et les Kurdes ont eu des échanges politiques et culturels nombreux, dont le cœur se trouvait à Saint-Pétersbourg. Les slaves russes et les musulmans kurdes se sont retrouvés dans de nombreux domaines.

Références

1) https://ejmagnier.com/2018/07/30/why-will-the-us-leave-sy…

2) http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/2018/08/07/russia-p…

 

Source: http://euro-synergies.hautetfort.com
Navighează dupa cuvinte-cheie: , , ,