LA RUSSIE, NOUVEL OCCIDENT CHRÉTIEN

18:35, 7 martie 2018 | Actual | 471 vizualizări | Nu există niciun comentariu | Autor:

Depuis près d’une décennie, la Russie est marquée par un retour en force des valeurs traditionnelles et connaît un renouveau dans tous les domaines, plongeant ses racines dans un passé lointain que la parenthèse de 75 ans de régime communiste n’avait fait qu’endormir.

La révolution bolchévique d’octobre 1917 fit basculer la Russie, jusque-là nation garante de l’orthodoxie et héritière à la fois de Constan- tinople et de l’Empire byzantin, dans un système totalitaire caractérisé par son athéisme et son matérialisme.

Si la Russie connut un véritable renou-veau spirituel dès la libéralisation de la religion en 1991, la période bolché¬vique laissa en revanche plus de traces dans certains domaines sociétaux. C’est le cas notamment de la GPA, fai¬blement utilisée quoique banalisée, et de l’avortement dont les chiffres sont encore très élevés.
Apparue la première fois en 1995 dans un contexte d’instabilité politique et de chaos sociétal, la GPA fut autori¬sée comme « remède » à l’hiver démographique que traversait le pays et fut encadrée en 2012 par une loi. Cepen-dant, la GPA, qui en 2015, concernait 5081 naissances, ne fait toujours pas l’unanimité en Russie. Plusieurs fois, des voix politiques se sont élevées pour dénoncer « cette violation flagrante des droits de l’enfant ». Durant l’été 2017 déjà, un projet de loi fut soumis à la Douma pour la faire interdire mais fut finalement rejeté. Reprise en mains par Anna Kuznetsova (mère de six en¬fants), conseillère aux droits de l’enfant auprès de Vladimir Poutine, cette loi va à nouveau être en discussion à la Douma prochainement. Et elle aura le soutien de l’Église orthodoxe russe, en première ligne depuis longtemps pour condamner cette pratique.

L’avortement, quant à lui, fut utilisé comme moyen de contraception dès son autorisation en 1920, et se banalisa à tel point qu’en 1965, le ministère de la Santé russe enregistra un pic verti¬gineux de 5,5 millions d’avortements dans l’année. Ce chiffre diminuera progressivement pendant de longues années, mais c’est le double apport de l’influence de l’Église et du lancement d’une politique pro-famille efficace qui le réduira à son plus « bas » niveau jamais enregistré de 700 000 en 20 1 72.
Ce chiffre encore élevé s’explique en partie à cause des derniers soubre¬sauts du matérialisme et du relativisme moral de la période bolchévique dans certaines mentalités. En Russie, latransmission des valeurs s’effectue en effet beaucoup par les grand-mères, très influentes dans une société russe matriarcale. Or, certaines d’entre elles encore marquées par cette époque où donner la vie était difficile, ont comme adopté cette phrase tristement célèbre de Lénine : « Pourquoi donner vie à la misère ? » Elles influencent alors leurs petites filles en les décourageant souvent, et ce malgré les différentes solutions que l’État s’est efforcé d’apporter depuis plusieurs années.
Ce mépris de la vie humaine affi¬ché par les Soviétiques ne fut pas sans conséquence sur la démographie du pays qui, malgré un rebond notable ces dernières années, connut un véritable effondrement au cours de la décennie 1990-2000.
Tout semblait alors indiquer un dé¬clin irréversible de la population russe, ayant pour conséquence un affaiblisse¬ment progressif du pays et son incapaci¬té à demeurer une puissance mondiale.

L’IMPORTANCE VITALE D’UN RETOUR aux RACINES CHRETIENNES

Vladimir Poutine prend vite conscience de la nécessité de remettre les valeurs traditionnelles au centre de la société. Le 31 décembre 1999 déjà, le jour-même où le président Eltsine annonçait son départ, Vladimir Pou¬tine alors encore premier ministre publie un texte dont la phrase suivante résonne comme un programme : « Le choix d’assurer les nécessaires dynamiques de croissance n’est pas seulement un pro-blème économique. C’est aussi un pro-blème […] idéologique, spirituel et moral. Il me semble que cette dernière dimension est d’une importance particulière dans nos efforts actuels pour assurer l’unité de la société russe. »
Pour mieux saisir l’importance de cette phrase, rappelons que si d’un point de vue géographique, la Russie est un vaste espace eurasiatique, elle n’en est pas moins européenne par sa culture, sa langue et son histoire.
Préserver cette place privilégiée de la Russie entre Asie et Occident, sans se faire absorber ni par l’un ni par l’autre, qui plus est dans un contexte de tension internationale compliqué, est une des tâches les plus ardues qui pèsent sur le président Poutine. Pour cette raison entre autres, il lui faut donc à tout prix préserver l’identité de son peuple. Cela explique, politiquement3 en tout cas, son choix de défendre un retour aux racines chrétiennes de la Russie et à l’identité de la civilisation européenne.

UN REVEIL AUSSI SURPRENANT QUE PROFOND, RESULTAT D’UNE VERITABLE « REVOLUTION CONSERVATRICE »

Vladimir Poutine a d’abord œuvré à favoriser l’Église orthodoxe, ce qui a permis un réveil progressif de la foi se traduisant par une montée régulière de la pratique religieuse dans le pays. Par une loi votée en 2010, le gouvernement russe permit la restitution des biens spoliés par la révolution bolchévique. En 2012, il octroya près de 80 millions à l’Église orthodoxe et augmenta sa visi-bilité dans les médias. Ces mesures ont rapidement porté leurs fruits. Près de 3000 églises sont sorties de terre ces 10 dernières années, et si 17 % seulement de la population se considérait ortho¬doxe en 1989, ils sont 68 % en 2014.
Ce renouveau religieux précède et accompagne la politique en faveur de la défense de la famille, mise en place sous la présidence de Dmitri Medvedev, poursuivie et même renforcée depuis le retour de Vladimir Poutine. Celui-ci a considéré le problème de la démographie comme une priorité nationale et déclara publiquement que désormais « la norme c’est 3 » ! Longtemps en chute libre, notamment pendant les an¬nées 90, passant de 1,89 en 1991 à 1,17 en 1999, le taux de fécondité est forte¬ment reparti à la hausse pour atteindre 1,78 en 20 1 64.
Retour de l’Église et de la foi dans l’espace public, augmentation de sa visibilité et de son influence morale auprès de la population, politique nata¬liste incitative, mesures pro-vie : le che¬min parcouru en 18 ans est immense. Cependant, parfaitement conscient du danger mortel que font peser les nou-velles « valeurs » occidentales forte¬ment influencées par l’idéologie LGBT, le gouvernement a simultanément voté un certain nombre de lois pour en pro¬téger les familles. Interdiction de la propagande homosexuelle devant mi¬neur, fermeture des plus grosses plates- formes internet pornographiques, loi interdisant la vulgarité dans l’art et dans les films…
Le 4 novembre 2016, Vladimir Pou¬tine choisissait d’inaugurer lui-même, non loin du Kremlin, une statue géante de Vladimir 1er qui reçut le baptême en 988 et imposa le christianisme à la Russie. Deux ans plus tôt à Paris, place Vendôme, était installé avec la complai¬sance des autorités politiques un plug anal géant. À chacun son programme !

Fabrice Sorlin

source: la revue l’Incorrect

Navighează dupa cuvinte-cheie: ,