Discours de Ivan Blot au Forum de Chisinau, le 15 décembre 2017

18:58, 18 ianuarie 2018 | Actual | 1275 vizualizări | Nu există niciun comentariu | Autor:

Je félicite la Moldavie, le président M. Igor Dodon, l’Université populaire, le Mouvement eurasien international et le Comité Jean Parvulesco qui nous accueillent pour débattre sur un thème si important, la quatrième théorie économique.

Le capitalisme financier actuel est une variante d’un système métaphysique dominant qui a l’ambition de remplacer notre civilisation chrétienne. Ce système a été appelé « Gestell » arraisonnement utilitaire, par le philosophe allemand Heidegger, inspiré notamment d’Aristote.

Pour Aristote, l’homme vit dans un monde structuré par quatre causes : la cause matérielle (technique et économique), la cause formelle (loi et morale), la cause efficiente (les hommes et leur culture) et la cause finale (valeurs, transcendance, divin).

Notre monde chrétien traditionnel est un monde où Dieu est la cause finale, que l’on approche en combattant le mal et pratiquons la charité qui peut aller jusqu’au sacrifice de soi. L’homme religieux mais aussi le soldat répondent à cette définition. Le droit et la morale (cause formelle) dépendent alors du sens de l’honneur. L’homme (cause efficiente) est une valeur en soi, comme image de Dieu, et développe ses valeurs créatrices : doté d’une mission il a une tenue, physique et morale, susceptible de le rendre capable d’accomplir des exploits. Le socle de l’homme est la famille et l’activité économique qui la nourrit.

Le monde moderne est très différent de ce modèle traditionnel. Dieu a été remplacé par le culte de l’égo et de ses caprices. La traduction politique de ce culte est la religion des droits de l’homme. Comme ils ne sont pas fondés sur une transcendance au-dessus de l’homme, ces droits peuvent justifier des actes criminels, comme l’avortement. La procédure va permettre d’innocenter toutes sortes de délinquants et de trafiquants. Par exemple, la Cour européenne des droits de l’homme a condamné la France a payer de grosses indemnités à des pirates somaliens capturés par la marine de guerre française car ils n’avaient pas été présentés dans de courts délais à un juge ! On en vient à obliger le contribuable à payer des pirates souvent assassins !

La valeur suprême n’est plus le sens de l’honneur mais l’argent. C’est Freud qui disait que le surmoi moral arrogant des Américains se faisait tout petit dès que l’argent était en cause. La finance est alors toute puissante. En France, les banques peuvent confisquer un certain temps l’argent des déposants sous le moindre prétexte et sans dialogue ni recours. Les lois ont été rédigées en ce sens.

La discrimination par l’origine, la religion, le sexe, la nationalité est interdite car seule la discrimination par l’argent est admise. Créez un club réservé aux hommes ou aux nationaux ou aux chrétiens et les critiques vont pleuvoir, y compris judiciaires. Créez un club où la seule condition d’admission est de gagner 1 million par mois, et personne n’y trouvera à redire, y compris la loi. C’est cette mentalité corrompue qui explique aussi la croissance de la criminalité crapuleuse : le nombre de crimes et de délits en France est passé de 1,5 million en 1968 à 4,5 millions en 2016. Le trafic de drogue, le passage de migrants étant notamment de grosses sources de profits et les punitions sont faibles.

La personne dans ce système utilitariste est une gêne. L’homme doit être la meilleure des matières premières comme l’écrit Heidegger. Pour cela, il faut qu’elle soit aussi mobile que des boulets de charbon, sans la moindre racine. L’appartenance à une nation, à une religion, à une morale traditionnelle, peut faire obstacle à la volonté de profit sans limites. Il faut que l’homme cosmopolite soit noyé dans la masse la plus conformiste possible suivant les modes promues par les mass medias.

C’est pourquoi ce système utilitariste matérialiste et centré sur les égos personnels est en réalité profondément antihumain, anti humaniste. Le niveau culturel est en baisse en Occident. On ne veut enseigner que des techniques profitables immédiatement comme l’informatique ou l’anglais.

Enfin, le socle de la société est la volonté de profit financier qui passe avant les besoins de la famille, les racines nationales ou professionnelles. L’arbitrage entre la vie professionnelle et la vie familiale se fait toujours contre la vie familiale. L’idéal de la liberté de l’égo est de ne pas avoir d’enfants : on dit, non pas « childless » (sans enfants) mais « childfree » (libre d’enfants). C’est cet état d’esprit égoïste et sans humanité qui précipite la chute démographique de l’Occident.

Sur le plan strictement économique, la finance est plus importante que la production et la tendance est à embaucher pour des contrats courts des personnes peu qualifiées.

Montée du crime ; effondrement de toute solidarité sociale et du patriotisme ; effondrement culturel ; chute de la natalité ; les pays dominés par cet utilitarisme matérialiste sont sur le chemin de la mort et de la disparition. Bien sûr, cette critique de la société utilitariste occidentale ne justifie pas le retour au communisme ou au fascisme.

Une quatrième forme de société, comme l’a écrit si justement le philosophe Alexandre Guelievitch Douguine doit réévaluer tout d’abord la dimension spirituelle pour que l’égo humain ne soit pas au centre de tout. Il faut aussi restaurer la spiritualité, la morale et le sens de la solidarité allant même jusqu’à l’héroïsme. Le patriotisme doit redevenir la valeur politique essentielle. La personne et la culture doivent être restaurées ce qui suppose une grande réforme éducative. Enfin, le métier et la famille doivent reprendre leur juste place.

Pour cela, il faut retirer le pouvoir aux oligarques des finances, des médias et de l’administration et du grand patronat. Pour cela, il faut redonner du pouvoir au peuple grâce à la démocratie directe car le référendum défend mieux les intérêts du peuple que le seul parlement. C’est au président appuyé sur les référendums de fixer les grandes orientations du parlement et du pays. Mais il faudra en même temps que l’État favorise aussi le redressement spirituel, philosophique et moral de la Nation. Il s’agit, au-delà de la politique, de changer les bases métaphysiques en faveur de la vie contre les forces de la mort.

Source: lesakerfrancophone.fr 

Navighează dupa cuvinte-cheie: , ,