Daech : l’assaut final contre le dernier carré a été lancé

10:28, 12 februarie 2019 | Actual | 218 vizualizări | Nu există niciun comentariu | Autor:

Cette fois, ça y est : « La bataille a commencé », a indiqué à l’AFP Mustefa Bali, le porte-parole des FDS, cette milice arabo-kurde encadrée et armée par les États-Unis. Depuis samedi, les fantassins des FDS ont repris leur progression vers le dernier réduit territorial de Daech. Ils l’avaient interrompue depuis une semaine afin de laisser se rendre les civils qui affluaient par milliers, fuyant non Daech, dont ils étaient des soutiens convaincus, mais la faim et la soif. Les FDS estiment qu’ils ont, ainsi, évacué vers le nord de la Syrie plus de 20.000 personnes.

« Entre 500 et 600 terroristes » se trouveraient encore dans les quelques kilomètres carrés à reconquérir, a ajouté le porte-parole. Des centaines de civils s’y trouvent également, refusant d’abandonner les combattants. Ces derniers sont surtout étrangers, mais on ne connaît pas encore leur répartition par pays.

Donald Trump, de son côté, a confirmé qu’il s’agissait de l’assaut final : « L’annonce formelle que nous avons repris 100 % du califat devrait intervenir la semaine prochaine », a-t-il déclaré samedi.

Depuis le début de l’offensive, lancée en septembre, les différents acteurs estiment qu’environ 1.200 djihadistes ont été tués, contre 700 combattants FDS – essentiellement kurdes, rappelons-le.

Cela étant, la chute inévitable de ce dernier réduit ne signifie pas que la Syrie en aura fini avec Daech. Certes, le califat est détruit et il n’a, maintenant, aucune chance de resurgir. Les pays occidentaux ont fini par abandonner les milices islamistes qu’ils avaient, pour notre honte, activement soutenues au début de la guerre, et c’est sur ce terreau que Daech a pu être créé en 2014.

Mais tous les combattants ne sont pas morts ou prisonniers. Des poches restent actives dans des zones désertiques, notamment entre Palmyre et Deir-ez-Zor. Cette zone se situant à l’ouest de l’Euphrate, elle est sous contrôle de la Syrie et l’armée va essayer de la réduire dans les prochaines semaines.

Restera le problème des cellules dormantes. Elles sont probablement nombreuses dans tout le pays, notamment sur l’ancien territoire du califat qui fut, tout de même, assez vaste. Ainsi, plusieurs dizaines d’islamistes viennent d’être arrêtés par les FDS à Raqqa, l’ancienne capitale de l’État islamique. Ils sont soupçonnés de faire partie d’une de ces cellules.

Par ailleurs, deux attentats se sont produits à Damas, ces dernières semaines. Ils ont fait peu de victimes et n’ont pas eu lieu dans des zones stratégiques, mais cela démontre que la capacité de nuisance de Daech perdure.

Mais, comme on s’en doute, il n’y a pas que la Syrie qui n’en a pas fini avec Daech : les pays occidentaux non plus. Combien sont-ils, les islamistes qui ont rejoint la France, l’Allemagne ou d’autres pays à la faveur de la grande invitation d’Angela Merkel et du laxisme de ses partenaires de l’Ouest ? Sans la révolte salvatrice des pays d’Europe centrale et de l’Est, le flot aurait été plus important encore. Madame Merkel a commis là un crime contre notre civilisation. Il restera impuni, bien sûr, mais nous ne devrons jamais l’oublier.

Source: http://www.bvoltaire.fr